Le Grand Détour

Koh Tao : explorer la carte postale

Download PDF

france_french_flag Nous commençons par une quasi grasse matinée avec un levé vers 8h30. Il fait super beau et ce n’est pas rien après tous les épisodes de pluie que l’on a essuyés sur cette île. Alors il s’agit d’en profiter, la tête hors de l’eau cette fois ! Ou presque.

Petit-déjeuner à 2 pas de l’hôtel avant de rejoindre la plage. Nous loueons un kayak double, des masques, palmes et tubas et partons rejoindre les îles de Koh Nangyuan près desquelles nous avons plongé la veille.

Le trajet dure 40 bonnes minutes d’un pagayage sportif à cause du vent entre les îles, sans compter que le canoe est une vraie savonnette pénible à diriger – à moins que ce soit notre technique qui n’est pas des plus efficaces.

Les îles Koh Nangyuan tiennent réellement de la carte postale paradisiaque : il s’agit de 3 toutes petites îles reliées entre elles par une bande de sable blanc qui donne l’impression de marcher sur l’eau comme Jésus… Jésus et des dizaines de touristes asiatiques. Nous avons beau arriver en kayak, par nos propres moyens sans polluer, nous devons tout de même nous acquitter du droit d’entrée de ces îles privées. Nous pataugeons un peu sur le sable, au milieu des coréens et chinois qui portent quasiment tous un gilet de sauvetage et une combinaison intégrale pour se baigner dans 30 centimètres d’une eau à 29 degrés. Puis nous partons faire le tour de l’une des îles sur une passerelle en bois au raz de l’eau.

C’est magnifique, l’eau est d’une clarté incroyable, les énormes rochers me rappellent des photos des Seychelles (où nous ne sommes jamais allés). Nous sommes vraiment dans une carte postale. Un peu plus loin nous décidons de nous mettre à l’eau pour aller taquiner les poissons. Pendant ce temps le soleil est en train de rôtir les fesses de Susie à petit feu. Mais pour l’heure nous batifolons au-dessus des coraux de toutes les couleurs au milieu des poissons. Nous prenons de nombreuses photos et vidéos avec la GoPro mais nous serons très déçus du résultat, flou pour la plupart.

Nous remontons sur l’île. C’est à ce moment que Susie se coupe le pouce et que sans le sentir je m’entaille le pied d’une belle balâfre de 8 centimètres. J’ai de la chance : même si ça fait mal à chaque pas, la coupure ne va pas jusqu’au sang. Cela ne nous empêche pas de monter jusqu’au point de vue et nous aurions eu tort de nous en priver car c’est l’une des plus belles photos que j’ai prises des vacances !

Nous redescendons pour aller manger un morceau. Le burger et la salade sont hors de prix mais la vue est tout simplement sublime.

Après manger nous repartons pour une petite session de snorkeling à la découverte « des jardins japonais », ce site dont les coraux offrent un spectacle unique au monde. C’est notamment pour cela qu’une dizaine de bateaux de plongée bouteille mouillent non loin de là. Nous pensons à nos amis Coline et Jonathan qui plongent également aujourd’hui pour faire leur « profonde » à 30 mètres et qui doivent se régaler.

De notre côté, à 50 centimètres de profondeur, nous nous régalons de poissons, de coraux, d’anémones, de sapins de noël, etc. Je plonge en profondeur plusieurs fois pour voir ce qui se trame sous les patates de corail… Le détendeur me manque.

Retour sur le sable au soleil brûlant. Nous décidons de prendre le chemin du retour en kayak. Quelle bonne idée de venir jusqu’ici !

Le trajet de retour en canoe sera plus pénible que le matin. Peut-être est-ce la fatigue mais nous ne pouvons nous empêcher de tomber dans le piège de « l’engueulade pour des conneries ». « Mais non je te dis de ramer à gauche ! », « Si tu ne peux pas voir où ça tourne, je ne peux rien pour toi », « La prochaine fois on prendre des kayak solo », « Hé, tu m’as arrosé… Tiens voilà pour toi »… Bref, nous finissons par arriver sur la plage de l’autre côté après avoir frisé le divorce 😉 Nous prenons un petit quart d’heure tranquille de baignade pour nous remettre de nos émotions.

Retour à l’hôtel. Pour la sieste ? Non bien sûr, ce serait mal nous connaître. Parce que nous nous disons que ça serait une vachement bonne idée de marcher jusqu’au « point de vue » de l’île. Le proprétaire de l’hôtel nous l’avait montré à notre arrivée sur une carte. A priori il s’agit d’une balade de 45 minutes. Et si l’on pouvait y être pour le coucher de soleil…

Je ne sais pas trop ce à quoi on s’attendait en termes de marche mais certainement pas à ce que ce soit si difficile ! Au lieu de 45 minutes, c’est plus d’une heure de montée très raide que nous parcourons sous le soleil et dans la jungle, en perdant par la même tous les fluides de notre corps, le long d’une route d’abord en dur puis en terre et en sable. Sur le chemin nous ne croisons évidemment aucun fou suffisamment fou pour faire le trajet à pied. Par contre nous croisons des scooters et des motos qui descendent du point de vue. L’un d’entre eux nous encourage en nous expliquant à quel point le chemin est encore loin jusqu’au sommet. Merci l’ami ! Plusieurs fois nous hésitons à faire demi-tour mais nous sommes déjà trop loin pour reculer. Nous devons en plus nous dépêcher pour ne pas louper le coucher de soleil. En chemin plusieurs panneaux annonce le point de vue en précisant parfois la distance restante et parfois pas. A un moment je crois que nous sommes arrivés mais le panneau indique « 2 kilomètres ». Dire qu’il va falloir faire le chemin dans le sens inverse… Après nos quasi 2 heures de kayak et nos 2 sessions de plongée libre, nous poussons un peu le bouchon.

Nous parvenons finalement non loin du sommet, la langue pendante, toutes les fibres de nos vêtements imbibés de sueur. Et là un gars nous arrête pour nous faire payer l’entrée. Oui, pour regarder le soleil couchant en haut de l’île il faut payer ses 100 bahts chacun. Sauf que je ne suis pas d’humeur. Je commence à lui expliquer qu’il faudrait qu’il fasse un tarif différent pour les motos qui polluent et les piétons qui transpirent et que ces derniers sont visiblement peu nombreux. Je ne sais pas si c’est la fin de journée ou bien la qualité de mon speech mais le gars accepte rapidement de nous faire moitié prix. Nous payons et courons rapidement vers le point de vue car le soleil est bientôt couché.

Là. Nous y sommes. Le point de vue panoramique de Koh Tao. Et le coucher de soleil. 3 minutes plus tard c’était trop tard. Mais nous arrivons juste au bon moment, en commandant un banana shake. Putain ça fait du bien ! Avec nous 5-6 personnes dont deux qui sont apparemment montés en traversant la jungle et qui avouent avoir totalement sous-estimé l’effort. Tu m’étonnes !
En tous cas nous profitons de ces instants magiques bien mérités, avec une bataille de photo de coucher de soleil. Malheureusement nous ne pouvons nous attarder car la nuit tombe et le chemin de retour bien casse-gueule par endroit n’est pas du tout éclairé.

Au moment de partir je remarque un super lance-pierre sur le comptoir du bar. Cool. Je peux l’essayer ? Un gars me fait signe et me montre une cannette de coca sur un poteau à une dizaine de mètres en contre-bas. Il prend un caillou et l’envoi. Raté. J’essaye à mon tour. Premier caillou raté. Susie me presse « Aller, on n’a pas le temps de jouer, il faut descendre ». J’en essaye quand même un deuxième et je touche la cannette. Tout le monde applaudit. Alors, c’est qui le boss ?

Redescente toute aussi suante mais il nous faut un tout petit peu moins de 40 minutes pour arriver en bas, dans un état avancé de lyophilisation. C’était un peu n’importe quoi cette escapade mais ça nous fait marrer. Maintenant il est temps d’engloutir quelque chose à manger avant de défaillir. Et 10 minutes plus tard je me retrouve avec une énorme portion de pad thai tandis que Susie a craqué pour du poulet au gingembre. Miam !

Il est 20 heures. L’heure du blog, l’heure de faire les sacs et l’heure de se coucher pas trop tard car demain matin il faut se lever à 4h50 pour le ferry. Ouille !
Encore une journée magnifique. Merci Koh Tao !

english_flag The guy at the hotel told us to head to the beach and ask for Tik (as in TikTak). Our plan being to rent a kayak from this…Tik… and head off to the Koh Nang Yuan island opposite. We realised though, once we’d started rowing out to sea, that this boat slid around, among the small wavelets and in the gentle breeze, like crazy! It took us huge amounts of effort to not go very far, zigzagging the whole time and, as the day was so beautiful, we were quickly melting and getting irritated under the glorious sunshine that we’d not seen much of since our arrival on Koh Tao.

When we did, eventually, make it across to the island and row our boat onto the beach a waiting committee was there waiting for us and for their 100 Baht, entry fee, per person. Even if you arrive by kayak (which is, pretty much, non-polluting) — they still ask for their 100 Bahts.

Having abandoned our kayak on the beach (hoping that it would still be there when we came back), we walked across the sand strip which joined the islands. Seen from afar (and at the right height of the tides) it can seem like people are walking on water. Around the left hand island there is a wooden footpath over the boulders which take you to the back of the island before the path gives way and is blocked off for tourists. We decided that, as there was no-one here, we would head off snorkelling from this point to see if there was anything to see. We did see quite a few different types of fish, but I cut my hand trying to get out of the water on the rocks and Stéphane, it later turned out, cut open his foot…though, thankfully, not too deep and there was no blood!

We headed quickly up to the viewpoint where we took a couple of photos that should make a lot of you jealous…it’s one of the most beautiful places in the world…you just need to remove the other tourists!

We had lunch at one of the main restaurants on the island which had a view of the sea over the tops of the parasols covering the deck chairs (that were also available for a small fee). I had a delicious papaya salad while Stéphane opted for the Western chicken burger (can’t go wrong with a chicken burger!) complete with half a ton of mayonnaise. As plastic bottles are banned on the island we had a couple of glass bottles of water (one fizzy, one flat…oh yes, the party animals, but in our defense we still have to row back to mainland!!!).

Lunch was followed by a snorkle around the “Japanese Garden” where there were even more fish and corals…anemones, clown, parrot, razor, squirrel, butterfly…to name a few! There were also a lot of diving schools offering first dive experience from the beach.

We decided that it was time to head back to the kayak and back to mainland. On the way we had a huge row for absolutely no valid reason…Stéphane splashed me by rowing backwards as I’m rowing forwards like mad to keep up the momentum (as I had been told to by him earlier)…anyway, we still both think that we were right…though I think that when this kind of thing happens then no-one really is!

Needless to say, we were happy to give Tik his soapy boat back and went and cooled off in the sea with the late afternoon sun before heading back to the hotel for a shower.

Stupidly after getting clean we then decided to get dirty again and head off, on foot, up to the viewpoint (45 minutes’ walk according to our hotel manager). The climb took us more than an hour, accompanied by barking dogs, heat, steep concrete roads that gave way to really rough mud roads that had clearly suffered a lot during the last rain season and all this whilst the sun was rapidly getting close to setting.

We arrived at the top (where you have to pay to enter) just as the sun was starting to set. Stéphane had a go at one of the guys on the gate. His argument was that people who came by foot shouldn’t have to pay as much as people coming in cars or on motorbikes as they were polluting the jungle and wearing out the road…I felt quite sad for the poor guy, Stéphane doesn’t usually get bothered like this (even if he did have a point). The man quickly said to Stéphane that we could pay half price…battle won, but then he started feeling guilty!!

At the bar we ordered a banana shake and a fizzy water and took a few photos of the sunset (though, regrettably, none of the actual bar which is quite nice with a large wooden terrace and cushions). Once the sun had set we quickly headed back down again, much quicker though as we were now running and desperately trying to see the outline of the road in the twilight ^_-

Once finally back in town we stopped at a delicious restaurant (recommended by our hotel) for dinner. We were both dripping wet with sweat and humidity, but the locals seemed impressed that we’d gone to the viewpoint on foot!

We stopped at the 7-eleven supermarket to buy stuff for breakfast for tomorrow as we would be leaving the hotel at 5:30 by taxi to the boat….urgh early!

Tomorrow’s detour? A boat trip to mainland and then a bus to Khao Sok in order to spend a couple of days in the jungle…coming soon!!!

 

4 reflexions sur “Koh Tao : explorer la carte postale

    1. Steph Auteur de l'article

      Merci Tati ! J’ai passé un très bon anniversaire ici à Phnom Penh au Cambodge mais il faudra un peu de patience pour que l’on vous raconte ça 😉 A bientôt !