Le Grand Détour

Chine, premières impressions…

Download PDF

IMPORTANT! Contact will be complicated for the next 3 or so weeks because in the People’s Republic of China we have no access to Facebook (so I can’t see the gloating re. the elimination of England from RWC 2015!), we have no gmail (so please send any emails to my hotmail.com address – which is the same as my gmail one with gmail replaced by hotmail). There may be other things but for the moment we haven’t noticed. I’ll keep you up-to-date via the blog – so now is the moment to subscribe to be automatically updated if an article is published (see our first articles).

france_french_flag Arrivée à Beijing vers 20h le samedi soir, après une escale à Yantai. Alors que le Japon constituait une certaine zone de confort, où l’on comprenait un minimum ce qu’il se passait, non seulement à l’oral mais aussi également un peu à l’écrit grâce aux hiragana/katakana/ et les quelques kanji que je connais, nous débarquons ici dans un monde de l’inconnu total où toute compréhension écrite ou orale nous est quasiment retirée (nous ne connaissons qu’un seul mot en chinois et c’est « merci », « xiéxié »), où les gens se comportent différemment, où les repères ont énormément changé. Et nous essayons d’absorber ce choc culturel avec l’esprit le plus ouvert et le plus large possible mais en venant du Japon, c’est un peu compliqué. Non, il ne fait surtout pas comparer. Enfin pas trop…

On remarque des tas de petites choses insignifiantes ou étranges. Dans la file d’enregistrement des chinois ont failli en venir aux mains en s’insultant copieusement parce que quelques uns avaient grillé leur place. Ici la notion du respect de l’autre apparaît relativement flou : on se bouscule sans dire pardon, les gens montent dans le métro sans laisser descendre les passagers, bref c’est un peu le bazar. On entend très rapidement les fameux raclements de gorges et reniflements bruyants. Tiens, le mec devant nous dans le bus vient de se « moucher par terre », évitant de peu la jambe de Susie avec sa morve, charmant.

Susie a été grandiose hier soir. On se posait la question du taxi ou du métro pour rejoindre notre auberge de jeunesse depuis l’aéroport. Le taxi c’était normalement 100 à 130 RMB et ça devait prendre 30 minutes et le métro plus d’une heure avec 2 changements mais pour 27 RMB… Il était pas loin de 20h on était crevé et forcément on penchait plus pour la solution de facilité. Sauf que le chauffeur de taxi a cru lire « gros pigeons » sur nos têtes et nous a montré une carte avec les tarifs où le minimum était 485 RMB ! Bref, notre première arnaque. C’est pas tant pour le montant que l’on aurait pu se permettre que pour le principe mais du coup on a dit merci et on est parti. C’est alors que Susie a suggéré de demander pour le bus. Grande idée le bus ! Je demande au guichet de bus en montrant l’adresse de l’hostel écrite en chinois et la dame nous dit « Bus N°3, Beijing Railway station ». J’essaye d’avoir plus de détails mais elle répète « Bus N°3 ». Nous y allons et quelques minutes après, pour 21 RMB chacun, nous montons dans un bus pour la gare de Beijing, qui se trouve à 4 stations de métro de notre hostel. Merci Susie !

20151003_212635_DSC04600A la descente on se retrouve dans une foule énorme sur la place de la gare, on se croirait en Inde 😉 On lutte un peu pour trouver où aller pour prendre le métro mais on trouve les guichets et j’obtiens 2 cartes de métro, 3RMB chacune. Jusqu’à là tout va bien. Le métro c’est la zone de confort : on sait comment ça fonctionne, on connaît le rituel. Même si ici il faut faire scanner ses bagages comme à l’aéroport. Bref on sort finalement à notre station, il est 22h, 18°, il fait nuit et on a aucune idée de quel côté partir. C’est le moment de tester le niveau d’anglais des chinois. On demande notre chemin, faute de pouvoir faire autre chose (à part appeler l’hostel, dernier recours). Un jeune me répond et il parle un peu anglais, yes ! Et il dit qu’il connait. Enfin, il est pas sûr. Il dit à gauche, puis à droite. Puis il appelle un gars qui passe pour lui demander et qui dit à droite. Il dit oui, ok, à droite. L’autre gars indique qu’il faut traverser la rue et nous indique une petite allée sombre. Bon, bah faut y aller. Et nous de se retrouver 2 minutes après dans une petite rue sans lumière, à ne pas être trop rassurés. Susie commence à flipper mais on voit un néon rouge au loin. Notre persévérance paiera car c’est bien notre hostel. Houra !!!

La fille de l’accueil parle anglais nickel, il y a du wi-fi et de quoi manger… la civilisation quoi 😉 En montant dans notre chambre elle nous indique de bien lire les panneaux « Arnaques » pour nos visites, qui listent les nombreuses arnaques dont peuvent être victimes les touristes. En gros à chaque fois des filles ou des gars approchent avec un prétexte, un truc à montrer, un thé gratuit à boire et puis finissent par emmener les gens quelque part pour les forcer à payer le prix fort, parfois de manière agressive, dit le panneau. Hé bien, ça promet ! La chambre est correcte mais on est loin de nos dernières expériences japonaises. Ici le papier hygiénique se met dans la poubelle, pas dans les toilettes par exemple… Un dernier mot sur le wi-fi et la censure : ici pas de Facebook, pas de Google du tout et de nombreux autres sites ne fonctionnent pas !!! Donc pas de téléchargement d’applications Android, par exemple, pas de YouTube… Heureusement que j’ai pensé à me télécharger les applis essentiels depuis le Japon. Bref, on est en Chine !

english_flag After a calm and lazy last morning in Kyoto we are on our way to China. Everyone says that we mustn’t compare the two countries but it’s hard when, even before arriving, in the queue for the check-in several Chinese people start shouting and insulting each other because a group of them push in-front of the others. When Stéphane asked the man in front of us in the queue if he speaks English (in order to get his advice on how to get from the airport to the metro station next to our hostel) – reply « No ». « Nihon-go? » (Japanese?) « No, Chinese »…and then he turned his back again….it’s going to be a challenge!!

On arrival at Beijing airport we hesitated between the metro or a taxi…the taxi driver waved us to come over to his and just as we were about to put our bags in the boot he pulled out a credit card size piece of paper with the « official prices » for a taxi into Beijing 480-520 RMB…Stéphane had seen on the hostel’s website that it should cost 130. After a bit of haggling the taxi driver had suggested 400 RMB…I said no and we started walking off to where Stéphane had spotted the metro…which turned out to be a car park!! Doh!! Heading back to the main terminal I spotted a bus #3 which had a destination of « Beijing Railway Station »…we bought a couple of tickets for 21 RMB each and went and queued. I’d grabbed a TimeOut map from a stand inside the terminal and eventually spotted the railway station on the map – thankfully not far from the hostel (4 underground stations away).

As we got off the bus at Beijing Railway Station (where the buildings are all lit up like Christmas!!) we were swamped with people offering us a hotel for the night…they quickly scampered to the next person when we said that it was all booked. We walked from between the bus stop and the railway terminal where we passed the rows of tramps to the main square where there were hundreds of people everywhere, seemingly with nowhere better to go on a Saturday evening.

20151003_212406_DSC04599

We eventually found the ticket office for the underground and for the costly price of 6 RMB (62p for two tickets) we had our tickets to the station near our hostel. As we came out of the station we realised that we hadn’t got a map and so we stopped a passer-by who said « Yes I know that place really well. It’s over there » pointing left…he then stopped an elderly man and asked him…he too pointed in the same direction before changing his mind and pointing right…(oh dear)…they then stopped a young couple walking past. The girl seemed to know what she was talking about and explained it to the men who then explained to us…we had to cross the road and go down the first alley off the main road. It’s not a well-lit alley but we continued towards a well-lit panel – it turned out that it was our hostel :). The woman at the desk spoke English really well and after a quick sandwich and a local beer in the bar we headed up to our room for our first night’s sleep in China! Night night!

20151003_092638_DSC04578

3 reflexions sur “Chine, premières impressions…

  1. Brenda

    Sounds very different to Japan, but what an adventure it will be!
    So glad to hear you arrived safely, and am looking forward to reading new exciting instalments. xx

  2. Ysish

    Oups!! en effet vous abordez un autre monde
    nous osons espérer que vous trouverez des gens agréables et conviviaux
    eh oui! pas toujours évident de s’accoutumer à une autre civilisation
    Gros bisous à vous deux
    papa maman

  3. Chantal CAVAGNÉ

    Coucou, Courage c’est la Chine avec tous ses contrastes et il y en a dans tous les domaines… Finalement ça n’a pas changé à première vue !
    Si je peux me permettre un conseil, dès que vous rencontré quelqu’un de fiable, demandez lui d’enrichir un petit lexique qui vous facilitera la communication avec vos prochaines rencontres. A+ Chantal.