Le Grand Détour

Elephants! (1/2)

Download PDF

english_flag Mini-bus to ECC (Elephant Conservation Center)

We’re driving through numerous villages where the roads are lined with little shops selling things for everyday use, grannies with babies tied to their backs, school children dressed in various uniforms heading to school. We’re overtaking tuk-tuks filled with locals spewing diesel fumes in huge black clouds towards us in our air-conditioned Toyota mini-van. I can’t count how many mopeds we’ve passed with mothers or fathers (or both) taking their one, two or three children to school (or to work with them when they’re too little for school and grandparents aren’t an option).

Between the villages, in the fields at the side of the road, they are busy harvesting the rice. I hope that this morning’s storms haven’t damaged them but the sun is out now so it should quickly dry out again as it’s to be +30° again today. They work mainly in groups with their bamboo hats making the perfect picture with the backdrop of the mountains behind them.

We’re heading to the Elephant Conservation Center in Sayaboury where we will hopefully get to see the vets and biologists in action and to help out for the next couple of days. I have to admit that I’m probably looking forward to the nursery visit the most where I’m hoping that you get to feed the baby elephants…the centre offer a service to elephant owners when their female elephants are pregnant to insure that the birth is closely followed by the vets and that the mother elephant gets the rest she needs afterwards (too often they are sent back to work too early after the birth and suffer greatly). We’ll know more after our visit ^_^.

As it was we were picked up in front of the Post Office in Luang Prabang and we were the only two people in the mini-bus. We stopped in Sayaboury village and picked up another couple, Roger and Glenda from Vancouver, Canada.

The bus pulled up next to a lake where there’s a boat waiting to take us across to the village. The lake is relatively new and man-made in order to increase the water available for the farmers. When we arrive there’s a little confusion and it takes a while for a man called Lah to come down to greet us. He tells us that our guide will be along later, he’s just “busy” at the moment.

The Elephant Conservation Center

There are wooden “bungalows” on stilts containing one or two beds complete with mosquito nets. On the balcony there is a hammock and we have a view over the lake and the “swimming pool” which is a bambooed-off part of the lake.

We headed up to the restaurant following the other couple that arrived with us. After a bit of waiting around we discovered that our guide was just too busy for us and that Lah would actually be our guide for the next two days. We also met the Canadian family that were staying here for a week. They’d taken their boys out of school for a year and are travelling around the world with them. Very brave thing to do!

We had lunch and still had no official plan for the rest of our stay apart from what the 10 year old boy told us (which turned out to be incredibly precise!).

Lah took us to the museum and then to the “hospital” where he left us with another guy who explained a few things about treating elephants and their general size and statistics. He also said that the centre didn’t have its own vet at the moment and they call in one from Vientiane when they need one.

Some elephant statistics:

  • Brain weighs between 3.5 and 5 kg
  • Trunk weighs 120-150kg and has 150,000 muscles
  • Have 3 eyelids!
  • Eats up to 250kg a day…poos 100kg a day
  • Heart weighs 12-21kg

Females:

  • Vagina 30-50cm long
  • Clitoris 60-80cm long

Males:

  • Penis 1m long, 16-20cm diameter, >27kg and…..can move on its own….elevator muscles (someone may have to explain this one to me…though I think I have an idea)
  • Testicles 15-23cm diameter, 2kg each
  • Ejaculation 50-200ml

Can we see the elephants now?

We were by now champing at the bit to see the elephants who had been bought down to the water for their second bath of the day. There were 6 of them in the water — all female adults and one baby male. We watched them play in the water for a quite while (or just stand in the case of the two elderly females — 37 and 52 years old — who basically waited for their keeper to wet them with buckets full of water) both hypnotised by these amazing animals who were simply playing like children and splashing around.

After the bathing the elephants were brought up to a shady area where the mahouts showed us some of the basic commands that they use in order to “control” the elephant. Certain were to be able to get onto the elephants neck and others to get them to stop, to reverse, etc. As these elephants are no longer working elephants the number of commands are quite limited.

We were able to touch them and then got to feed them from a wooden platform where their trunks snaked up to our level to try and grab the sticks of sugar cane that we’d got for them. The baby elephant couldn’t see anything on the platform and struggled to get his trunk up to our level. We all fought through the other trunks in order to be able to feed the little one as the spectacle was so cute!! As soon as they’d realised that there was no sugar cane left and the mahouts gave the appropriate commands and leapt onto their necks to walk them back up to their grazing areas for the night. As these are domestic elephants they are chained up at night, but here they have 30m chains which gives them quite a lot of freedom. The mahouts either live on site in a bungalow or they head back to the village to their families for the night.

We headed to the pool…or the cordoned off part of the lake. I guess that they must weed it as the tiny waterlily-type plants that are found growing around the edge of the lake are nearly non-existent in the swimming pool. We watched the start of the sunset and then headed up to our bungalow’s balcony for the grand finale…from the hammock. Lovely!

Since lunchtime Lah has been telling us that a group of 15 people were due. We were very glad when they didn’t turn up and we were just the four of us plus the volunteers. However, this evening, the group arrived. 15 off-road motorbikers from the south of France no less! As we came up from the pool they were stripping off out of their dusty biking gears and heading to the showers or the pool. They took over the main table this evening which meant that our lunchtime group was separated onto two smaller tables. Two of the bikers ended up on ours as the big table wasn’t big enough for them and we had a very interesting chat whilst eating a rather scrumptious dinner. The Lao red curry vegetable soup was just heavenly!! In fact, all the meals here are vegetarian, but there are so many variations, textures and flavours that most people probably wouldn’t notice.

Back in our bungalow I was slightly concerned that I wouldn’t be able to sleep without my earplugs, but the noise of the insects was so hypnotising that I wanted to give it a go. I quickly dozed off and wasn’t woken when the bikers headed to bed at 1am! The next thing I knew it was 6am and there was a motorboat heading across the lake taking either a farmer to his lands or a mahout to go and wake up the elephants (as the bikers wanted to see them before leaving!).

france_french_flag En route vers l’Elephant Conservation Center

Je navigue entre les rives de ma conscience, tantôt bringueballé par les cahots de la route, tantôt chahuté par le hasard de mes pensées semi-oniriques. Dehors, la campagne laotienne défile, verdoyante dans sa parure de jungle, qui laisse entrevoir quelques rizières timides au creux des vallées. Elle porte également d’épais nuages sur les sommets qui nous ont offert plusieurs ondées matinales. Collines après montagnes, nous redescendons de Luang Prabang vers la ville de Sayaburi où nous allons passer la nuit avant de revenir sur nos pas. Le détour d’aujourd’hui nous conduit, en minivan dont nous sommes les deux seuls passagers avec Susie, vers le ECC, le Centre de Conservation des Eléphants. Plutôt que de succomber aux traditionnels camps d’éléphants où les pauvres bêtes servent souvent de jouets à touristes jusqu’à l’épuisement, nous avons choisi de vivre une expérience plus intense en passant deux jours avec ces animaux en voie de disparition, pour vivre leur quotidien aux côtés de leurs soigneurs et cornacs.

En arrivant, nous faisons la connaissance avec un couple canadien, Roger et Glenda de Vancouver qui, comme nous, ont choisi ce centre pour vivre une expérience au plus proche des éléphants. Dans le restaurant où nous déjeunons tous ensemble avec les autres pensionnaires du lieu, nous faisons également la connaissance avec une jeune biologiste espagnole en éco-volontariat de 6 mois ainsi qu’avec une famille canadienne, les parents et leurs 2 enfants de 8 et 10 ans, qui voyagent pendant un an autour du monde et qui restent au centre pour une semaine entière. La maman est professeur dans une école et veille à donner aux enfants les leçons nécessaires. Il existe apparemment un groupe Facebook des familles qui voyagent autour du monde avec leurs enfants. Aux dernières nouvelles il compte quelque chose comme 400 familles du monde entier. Et je trouve que c’est une excellente idée pour l’ouverture et la curiosité qu’elle apporte aux enfants sur le monde et les autres cultures. Nous leur posons pas mal de questions sur l’organisation du voyage, sur la manière dont les enfants réagissent, etc. c’est très intéressant. Je me dis que, si nous réussissons à avoir des enfants un jour, nous partirons aussi à l’aventure. En tous cas ça serait une bonne excuse pour se refaire un voyage de folie !

Mais nous sommes là pour apprendre et rencontrer les éléphants. Le déjeuner se termine et notre guide Lah nous explique le programme : visite du musée du centre pour en savoir un peu plus sur son origine et sa raison d’être, visite de « l’hopital » des éléphants puis participation au bain des éléphants, présentation de chacun de 7 des 8 éléphants du centre avec leurs cornacs (en anglais on les appelle les « mahouts ») et séance « goûter » où nous pourrons donner des cannes à sucre dont ils rafolent aux pachydermes.

Les éléphants du Laos

Tandis que nous nous dirigeons vers le « musée », nous voyons passer les éléphants entre les arbres. Certes nous sommes là pour apprendre mais nous ne pouvons cacher notre impatience d’aller approcher ces animaux. Le « musée » est une installation dans une grande hutte où sont affichés plusieurs posters qui présentent à la fois le centre et la situation des éléphants d’Asie et plus particulièrement du Laos. Ce sont deux français qui sont à l’origine de ce centre, créé en 2011, avec une équipe de spécialiste des éléphants ayant oeuvré précédemment dans de nombreux programmes au Laos. Je vais essayer de donner quelques informations et chiffres mais je vous encourage, d’une part à visiter le site de l’ECC, l’Elephant Conservation Center et d’autre part à lire l’excellent article paru dans Le Monde il y a peu (merci Sophie !) et qui explique bien la situation très critique de cet animal au bord de l’extinction au Laos.

Nous apprenons d’abord à reconnaître et différencier les éléphants d’Afrique et les éléphants d’Asie. Ces derniers ont des oreilles et une trompe plus petite que leurs cousins africains mais sont reconnaissables à la bosse proéminente de leur crâne (entre autres). C’est un animal assez incroyable à vrai dire, tellement énorme par certains côtés et pourtant très fragile, un animal également particulièrement complexe, tant dans son caractère que dans l’organisation (humaine) que nécessite sa sauvegarde. Doué d’une intelligence qui le place à côté des dauphins et de certains grands singes, il faut parfois une vie entière à son cornac pour le comprendre après son « dressage » à 3 ans… et encore, l’animal peut très bien cacher son jeu et se retourner contre son « dresseur » après des années de bons et loyaux services. C’est particulièrement vrai pour les mâles en période de « musth », un état de folie annuel partiellement lié au rut, lorsqu’ils deviennent quasiment incontrôlables, à en oublier leur domestication. Au Laos, il y aurait environ 400 éléphants domestiqués et 400 éléphants sauvages, soit moins de 1000 pour le pays dit « du million d’éléphants ». L’année dernière, 16 morts ont été recensées pour 3 naissances, ce qui est bien trop peu pour assurer la pérénnité de l’espèce. Il faut dire que la reproduction de l’éléphant est une longue histoire avec 22 mois de gestation. Mais ce n’est pas la biologie qui est la plus en cause dans la situation critique d’éléphant du Laos, c’est une équation complexe de pression économique des cornacs et de réduction de l’habitat avec la déforestation. Que ce soit pour les camps à touristes ou l’industrie du bois, les cornacs sont obligés de faire travailler l’éléphant très dur pour survivre, et souvent trop dur. D’un point de vue économique la reproduction est une très mauvaise chose pour eux : non seulement l’éléphante ne sera pas apte à travailler pendant les 22 mois de gestation mais il faudrait également attendre 15 ans pour que l’éléphanteau lui aussi soit apte au travail. Quand à cela s’ajoute une déforestation intensive pour les grands projets d’infrastructure, on commence à comprendre que l’avenir de l’éléphant est vraiment incertain ici. Nous prendrons conscience de cela tout au long de ces 2 jours à l’ECC, au fur et à mesure de nos conversations avec Lah. Evidemment ce centre fait figure d’outsider avec son programme « Baby bonus », qui permet aux cornacs de passer un contrat intéressant en échange de la maternité potentielle de leurs éléphantes. Pendant près de 2 ans, le centre fournit un toit et le couvert au cornac et met à disposition ses infrastructures en espérant qu’une grossesse puisse être déclenchée et que la maternité arrive à son terme sans encombre. La dernière naissance au centre date de 2 mois et nous aurons la chance de voir le petit éléphanteau et sa maman le lendemain à la « nurserie ».

Après le « musée », nous passons une demi-heure dans l' »hôpital ». Je mets des guillemets un peu partout car les mots sont un peu trompeurs. En guise de nurserie, il s’agit d’un espace forestier aménagé pour que l’éléphanteau et sa mère puissent être tranquille, sans être dérangés par les autres éléphants. En guise d’hôpital, il y a d’un côté les bureaux administratifs et de l’autre un genre d’échaffaudage en bois permettant d’attacher l’éléphant pour lui administrer des soins. Pour autant, il y a aussi une pièce avec de nombreux posters expliquant la biologie éléphantesque. Et c’est quelque chose ! 2 à 3 tonnes, 200kg à 250kg de nourriture par jour, 100 à 150 litres d’eau par jour… Un estomac de 40 mètres de long mais très peu efficace qui oblige l’animal à se nourrir quasiment tout le temps pour ne dormir que 4 heures par nuit maximum mais pas de façon continue car s’il reste inactif trop longtemps, il risque de ne plus pouvoir bouger.

<ModeLesNuls> Pour les fans de Les Nuls, non, je n’ai pas demandé s’il était vrai que lorsque l’éléphant balance la purée le jet peut atteindre la vitesse d’une bonne mobylette. Par contre, avec 4 kg de testicules, un membre d’un mètre de long pour 27 kg et d’une circonférence de 20 centimètres, la citation suivante des mêmes Nuls prend tout son sens : « avec un instrument comme ça, les éléphantes n’ont pas intérêt d’avoir la chatte en papier crépon »… </ModeLesNuls>

Enfin, des éléphants !

Des chiffres, des posters, des faits, tout cela c’est très bien mais nous trépignons d’impatience pour voir ces animaux pour de vrai. Ca tombe bien, ils arrivent car c’est l’heure de leur bain, yes !
En sortant de l’hôpital, nous voyons arriver les 7 éléphantes, chacune accompagnée de son cornac. Il est d’ailleurs une consigne de sécurité absolue : il ne faut jamais s’approcher d’un éléphant (domestiqué) sans son cornac. Mais lorsque les pachydermes arrivent à notre hauteur en descendant de la colline vers le lac, il n’est pas la peine de nous la rappeler : malgré notre impatience, nous sommes très impréssionnés et nous n’osons pas trop nous approcher. Nous nous sentons tout petit et ils sont si gros, avec leur trompe qui peut soulever des troncs d’arbre ou balancer un homme à 15 mètres comme un rien. Nous sortons un peu de notre torpeur lorsque la famille canadienne que nous avons rencontrée plus tôt les suit et marche à leur côté jusqu’au lac, visiblement en confiance. Pour ma part je ne prends pas trop de photos. Quelques vidéos seulement. Mais je me régale des yeux à me trouver si proche de ces éléphants. Nous les voyons maintenant prendre leur second bain quotidien, sous l’oeil de leur cornac. Ils ont l’air de jouer, ils s’arrosent, ils font du sous-l’eau. Il y a Mekoun, il y a un jeune éléphanteau, il y a la coquine et les autres dont le nom m’échappe. Elles ont toutes un caractère bien marqué que Lah connaît bien. Celle qui reste à l’écart des jeunes parce qu’elle n’a pas pu avoir d’endants. La doyenne, assez calme. La vilaine doit son nom à son caractère imprévisible qui cherche souvent à faire de l’esbrouffe. La voilà d’ailleurs qui sort tout d’un coup de l’eau. Surpris nous reculons de plusieurs pas tandis que le cornac lui donne des ordres.

Wouahou. C’est énorme. Littéralement. Gambader avec des éléphants…

Quelques minutes plus tard, lorsqu’ils sont tous sortis, nous nous dirigeons tous vers un espace avec quelques sièges pour la présentation des éléphants. Nous en profitons pour les approcher d’encore plus près, en touchant timidement leur peau ridée et très sensible. Nous faisons tout doucement car l’éléphant est un animal craintif qui peut vite s’exciter s’il est surpris ou appeuré. Nous touchons un peu la trompe et regardons ses yeux. C’est fascinant.

Sont-ils contents ces animaux ? Nous posons la question à Lah qui nous aide à reconnaître les signes pour savoir si un éléphant va bien ou non, s’il est à l’aise ou pas. Et ça n’a rien d’évident. Les yeux grands ouverts, la trompe pendante, un dodelinement de tête. A priori ils sont relax. Mais il faut des années pour pouvoir apprécier les nuances de leur caractère, même pour les cornacs.

Nous passons ensuite à la présentation formelle de chaque « couple » éléphant-cornac, avec l’historique de chaque bête. Certaines ont été récupérées après des blessures, d’autres après des maltraitances, d’autres ont été amenés au centre spontanément, lorsque les enfants d’un cornac n’ont pas souhaité devenir cornac à leur tour. Lah nous explique également quelques mots du langage que les cornacs utilisent pour parler à leurs éléphants. Ceux-ci seraient capables de comprendre jusqu’à 50 instructions mais dans le centre, 6 mots seulement sont nécessaires : avance, droite, gauche, arrête, recule, à genoux. Démonstration à l’appui, avec les 3 façons de monter sur l’animal sans lui faire mal. Nous ne le ferons pas. Ce n’est pas comme ça que ça se passe ici. Notre séjour nous apprendra à respecter l’animal et, d’une certaine manière, à évacuer notre envie un peu puérile de vouloir jouer avec lui, de lui grimper dessus ou de le caresser, un peu comme nous le ferions avec un chien, par exemple. L’éléphant n’est pas un animal de compagnie, il faut l’accepter. Plusieurs fois pendant ces deux jours, j’aurai l’impression de vivre un genre de Jurassic Park. Pas pour le côté sensationnel holiwoodien de la chose mais pour la fascination et les pulsions conflictuelles de vouloir à la fois protéger un animal extraordinaire qui mérite le respect et à la fois vouloir jouer avec lui, en imaginant qu’on soit capable de le contenir et de le maîtriser. Alors que celui-ci peut très bien décider de partir tout droit si ça lui chante, en détruisant tout sur son passage. Cela est arrivé plusieurs fois dans le centre, d’ailleurs. Nous continuons de poser plein de questions à Lah qui partage son savoir sans retenue.

L’heure du goûter

Puis vient l’heure du goûter. Pas le nôtre, non, celui des éléphants 😉 Nous montons pour cela sur une plateforme à deux mètres de haut, d’où nous allons pouvoir leur donner des cannes à sucre coupées. A peine avons-nous pris pied sur la plateforme que leurs grosses trompes commencent à nous renifler, comme des tentacules aliens. C’est très drôle et un peu déconcertant. Nous avons vraiment l’impression que cette trompe est un animal à lui tout seul. L’éléphant est d’ailleurs extrêmement agile avec cet appendice, capable d’aspirer, de renifler, de porter, de boire, de cracher, etc. Avec douceur l’animal se saisit des morceaux de canne à sucre avant de les enfourner dans sa bouche. C’est génial. Ce moment de partage passe trop vite. Et encore plus vite lorsqu’une petite maline d’éléphante arrive à trouver puis à renverser le panier à cannes à sucre et à toutes les prendre d’un coup ! C’est le moment de laisser partir les éléphants et leurs cornacs. Ces derniers emmènent leur moitié dans la forêt, dans l’espace de « socialisation ». Il s’agit d’un espace de plusieurs hectares où les éléphants seront laissés à eux-mêmes, sans attache, libre d’aller où bon leur semble. Les cornacs iront les chercher le lendemain matin. C’est très important pour les éléphants de pouvoir disposer de ce temps libre en pleine forêt, sans attache. Dans les camps traditionnels d’éléphants, ceux-ci sont attachés à une chaîne de 10 à 30 mètres, un espace souvent insuffisant pour qu’ils puissent trouver toute la nourriture nécessaire.

Après le bain des éléphants, c’est au tour des humains de piquer une petite tête dans le lac pour profiter de la fin d’après-midi. Là, tous seuls dans l’eau, Susie et moi partageons des instants privilégiés en regardant le soleil couchant. Après le bain, nous remontons dans notre petite cabane en tresses de bambous sur pilotis, avec vue sur le lac. Susie se pose dans le hamac tandis que j’explore un peu les environs du centre. Notre cabane est l’une des 10 que compte centre. Le confort est spartiate : à l’intérieur il n’y a qu’un grand lit avec une moustiquaire. Il y a du jour entre chaque planche et chaque tresse de bambou, ce qui donne l’impression d’être assez vulnérable à toute sorte de rampants et de volants. Il n’y a de l’électricité que de 18h à 21h, les sanitaires sont partagés, mais c’est top !

Le soir nous rejoignons tout le monde dans le restaurant pour le dîner. Outre les personnes que nous avons rencontrées à midi, nous faisons également connaissance de Barbara, une jeune française en volontariat au centre pour une semaine dans son voyage de 2 mois. Et puis il y a aussi une quizaine d’autres invités, un peu à part. Il s’agit de motards ardéchois dont le tour opérator a choisi ce centre comme étape dans leur périple du Laos à moto. Ambiance franchouillarde. Nous échangeons sur nos aventures respectives, sur la Chine et sur les éléphants.

Après le repas nous regagnons notre hutte à la lumière de notre téléphone portable. Lorsque nous nous glissons dans la moustiquaire et éteignons la lumière, nous avons vraiment l’impression de dormir en pleine jungle à ciel ouvert. Les insectes s’en donnent à coeur joie, les geckos rampent sur le toit, ça siffle, ça caquète, ça buzz, ça stridule à tout va. Trop cool. Mais avec les boulequies c’est mieux quand même pour dormir. Bonne nuit les éléphants.