Le Grand Détour

Ayutthaya – Jour 2 / Day 2

Download PDF

france_french_flag Ce matin nous prenons notre temps, c’est les vacances après tout ! J’en profite pour réserver notre prochain hôtel à Bangkok. La nuit a été agréable, à priori sans problème digestif par rapport aux moules de la veille. Ouf…

Au programme d’aujourd’hui, 3 ambiances différentes : balade à vélo pour aller voir l’exposition du centre d’informations touristiques et faire le tour des ruines un peu comme à Sukhothai, visite du marché flottant et le grand final, participer à la fête de Loi Khratong, cette fois-ci sur le canal directement, pour mettre à l’eau notre Khratong, notre couronne de fleurs flottante.

Le vélo est agréable même s’il fait déjà très chaud. Par contre la carte que nous avons est tout sauf utile : elle comporte plein d’erreurs et il lui manque la moitié des routes ! Ce qui fait que nous mettons 35 bonnes minutes à trouver le TAC, le Tourist Attraction Center supposé se trouver à 10 minutes. Mais nous finissons par arriver, perdant par la même tous les liquides de notre corps. Visiblement nous ne sommes pas les seuls à avoir joué à cache-cache avec ce bâtiment pourtant énorme : un couple gai franco-anglais arrive dans le même état que nous, après avoir tourné en vain dans le quartier.

Heureusement l’exposition (climatisée !) du centre vaut vraiment le détour : elle met en perspective et l’île d’Ayutthaya, cette ville qui a été l’une des plus peuplée de la Terre à une certaine époque, et l’histoire de son royaume qui s’étend de la moitié du 14ème siècle à 1767. L’exposition montre également qu’il existe de nombreux sites à visiter à l’extérieur de la ville… Autant d’endroits que nous n’aurons pas le temps de voir malheureusement mais il faut en laisser un peu pour la prochaine fois, non ?

Nous poursuivons notre balade pour atteindre le plus grand et plus iconique des temples de la ville, à savoir le Wat Phra Si Sanphet avec ses 3 magnifiques stupas encore en (relatif) bon état. Alors que nous déambulons parmi les ruines, je pense à ces rois qui ont fait construire ces palais, trônant à l’époque parmi les joyaux de la civilisation humaine. Et aujourd’hui nous sommes là, à grimper sur ces ruines en prenant des selfies, à photographier des Bouddhas sans tête, à se dire que c’est joli en trouvant qu’il fait chaud. Combien de temps ces rois pensaient-ils qu’on allait honorer leur mémoire ? Se posaient-ils même cette question ?

Avant d’aller déjeuner nous faisons un crochet vers le Thammikarat qui était fermé hier soir. Et bien nous en a pris car en rentrant dans le petit temple qui jouxte le stupa aux lions, un moine propose de nous donner une bénédiction. A vrai dire, lorsque je l’ai aperçu en rentrant dans le temple, j’ai cru qu’il s’agissait encore d’une de ces statues de cire à l’effigie des vieux moines morts. Mais non, celui-là est bien vivant malgré son grand âge.

Il nous fait agenouiller devant lui, récite des sutras, nous asperge d’eau et nous passe un petit bracelet que nous portons toujours autour de nos poignets. Nous nous retenons de rire avec Susie durant la « douche » bénite mais au moins nous voilà couvert question kharma. Moyennant un petit billet de 20 bahts que le moine nous invite à accrocher à une tige que l’on plante ensuite dans un bouquet de billets de banque…

Cette fois-ci il est bien l’heure d’aller déguster les fameuses nouilles de l’oncle Lek, « Lung Lek » que nous avions trouvé fermé hier. Pas mal, pas mal, surtout après avoir relevé la soupe avec plusieurs épices disposées sur la table mais de là à dire qu’il s’agit des meilleures nouilles de la ville, il y peut-être un pas de trop.

De retour à notre guesthouse, nous commandons un taxi pour visiter le marché flottant d’Ayutthaya. Je crois que je m’étais fait une idée un peu « romantique » ou idéalisée de ce marché flottant, peut-être en souvenir de documentaires vus à la télé. Car si l’endroit est plutôt sympa, c’est surtout un empilement assez kitch de boutiques de souvenirs pour touristes (dont beaucoup de thais) et pas vraiment un marché flottant pour locaux. Susie en profite pour tester le « Fish Spa », ce bain de pied où des centaines de poissons viennent manger les peaux mortes pendant 20 minutes. Apparemment ça chatouille à mort. Je passe mon tour. Je n’infligerai pas mes pieds à ces poissons 😉

Nous prenons tuktuk rouge rutilant pour retrouver la guesthouse et se reposer jusqu’au départ de la croisère. Hé oui, le hasard du calendrier fait qu’après le festival des lumières à Sukhothai, nous allons pouvoir participer à ce même festival dans la ville d’Ayutthaya. Et c’est pourquoi nous avons réservé cette croisière sur les canaux de la ville. Elle doit nous emmener faire une balade jusqu’au coucher de soleil, en s’arrêtant au passage pour visiter 3 temples et finir sur la mise à l’eau de notre khratong que la propritétaire de la guesthouse a fabriqué ou acheté pour nous.

Nous sommes 7 à prendre place dans un longtail boat, ces bateaux à moteur étroits qui sillonnent les canaux. La vie du bord de l’eau défile sous nos yeux tandis que le soleil amorce sa descente flamboyante. Nous croisons des énormes convois de péniches remorqués par de petites embarcations. Les stupas et autres dorures des temples brillent de mille feux au soleil couchant. Quelle chance de pouvoir admirer ces merveilles !

Dans le premier temple, le Wat Phana Choeng, nous trouvons un énorme Bouddha de 19 mètres de haut, entouré de 84 000 petites statues, de Bouddha évidemment, logées dans les murs.

J’ai pris tellement de photos de Bouddha depuis le début de notre voyage que j’ai déjà l’impression d’être bouddhiste ou d’avoir envie de me convertir. Ce concept de la multiplicité des représentations du dieu est vraiment différent du christianisme. Même si on trouve plusieurs représentation de Jésus dans nos églises, il n’y en a pas non plus des milliers. Et en général, derrière l’autel, on ne trouve souvent qu’un seul grand crucifix. Alors qu’ici il peut y avoir un nombre incalculable de statues de Bouddha, y compris au pied du Bouddha central de l’autel. Sans compter toutes les autres statues nichées dans les murs ou tout autour du temple. Je n’irai pas jusqu’à dire que ça privilégie la quantité à la qualité (de la foi) parce que je ne le pense pas mais pour nous pauvres pêcheurs, ça frise parfois l’overdose !

Nous remontons dans le bateau. Pourquoi se fait-il que lorsque deux embarcations se croisent ou qu’un bateau passe les gens ne peuvent s’empêcher de faire « coucou » de la main. C’est vrai, ça. Qui est-ce qui a commencé cette manie universelle ? Je médite sur ce geste. Faire ou ne pas faire coucou ? Telle est la question. Et toi tu fais coucou quand tu es sur un bateau ? Parfois je trouve ça un peu bête. Pourtant il y a quelque chose de sublime dans cette communication minimaliste, ce petit geste éphémère de la main, qui reconnaît l’existence de l’autre tout en attendant le geste en miroir, comme pour se rassurer d’exister. Evidemment tout le monde ne fait pas coucou en philosophant… Certains se disent peut-être « aller c’est ça, cassez-vous bande de touristes » en agitant la main 😉 Mais ce soir, pas de mauvais esprit et puis nous sommes en Thaïlande après tout, pas en « Beauf-land ». Alors je choisis de faire coucou et de répondre aux coucous des autres. Ca fait marrer les enfants qui prennent conscience que même à des centaines de mètres ils arrivent à avoir un retour. Nous sourions. Coucou les gens !

Nous débarquons pour visiter notre dernier temple, le Wat Chiai Wattanaram, et le timing est parfait au coucher de soleil. C’est tout simplement magnifique. Le rouge des stupas flamboie dans les derniers rayons. Nous goûtons à la grandeur passée et présente d’Ayutthaya. Inoubliable.

Il est temps de regagner notre bateau pour allumer et mettre à l’eau notre Khratong un peu plus loin sur le canal. Il faut faire un voeu. Nous allumons le nôtre en dernier avec un briquet brûlant et voilà notre couronne de fleurs qui s’éloigne lentement, emportant avec elle toutes nos mauvaises pensées et nos ondes négatives. L’instant solennel prend fin bien trop vite. Nous repartons déjà.

Nous débarquons nos loin du marché de nuit où se passe la plus grande partie des festivités. Il y a du monde, de la musique, des lumières partout comme dans une grande fête forraine. Sur la rive des centaines de personnes allument et poussent leur krathong à tour de rôle. Il y a également une grande scène où se succèdent des chanteurs, des danseurs et des artistes, sans oublier l’incontournable concours de beauté du festival.

Pour changer un peu de la street food, nous décidons de dîner dans un restaurant. Celui que nous trouvons propose de servir ses clients au milieu d’un improbable bric à brac de jouets, d’appareils électroniques anciens et d’objets de décoration en tout genre. A priori il devrait y avoir un grand feu d’artifice, comme à Sukhothai mais les enfants (!) qui nous servent ne savent ni où ni quand.

Nous ressortons pour retrouver la foule. Sur la grande scène il y a un discours solennel et des tas de gens en costumes. Quelques feux d’artifices sont lancés lorsqu’il se termine. Est-ce le fameux feu d’artifice grandiose ? Aura-t-il même lieu ? Comme Susie ne se sent pas très bien nous décidons de rentrer… Non sans faire un petit arrêt dans un café pour une glace au chocolat et au thé vert. Juste parce que c’est bon ! En l’absence de programme des festivités, nous ne saurons jamais si nous avons loupé le tir d’artifices ou non. Qu’importe, la journée a été superbe. Vivement demain !

english_flag After breakfast at the reception of the homestay, we borrowed a couple of bikes in order to explore the town. Our first stop on this adventure was the Tourist centre. We’d been given a map by the hotel, but it was an artistic impression and didn’t show half of the actual roads or buildings. I blame this map for us getting lost and, instead of taking five to ten minutes to get to the huge new tourist building, it took us more like half an hour. However, as we were locking our bikes up outside, a Fringlish gay couple, on a day trip from Bangkok, pulled up asking us if we’d found this place easily. Apparently they’d got lost too…it made us all feel a little better!

After the museum we headed off to explore a couple more of the main temples in town (including the temple that was closed yesterday). In this second one the monk pulled us over to one side and made us kneel in front of him. He gave us a blessing in Thai and showered us with holy water (which was nice and refreshing after the heat outside!). I had to meditate a little in order to not burst out laughing and tried to find some way to subtly protect my Nikon that was attached to my shoulder strap! He gave us a couple of bracelets and a straw in which we were shown that we place a bank note…nice touch!

Lunch was at Lung Lek’s and was quite nice, but not as nice as I had thought it was going to be given the write up in the Lonely Planet! So we quickly finished our noodles and headed to the floating market the other side of the river. The market was a bit of a disappointment and a bit of a tourist trap. We took a few photos, I took the opportunity to have a fish foot spa…still not sure whether this is cruel or not for the fish…with my feet it probably is, but they were well washed by a Thai girl with wicked coloured contact lenses beforehand. The girls here seem to really be into these coloured lenses…I guess it makes them stand out more. That, plus this girl’s purple hair…she stood out!

The fish tickled me to death for about 20 minutes…T, I think you’d really love it! I’m not sure that I felt a great difference though…my feet are in a pretty rough state what with all the walking we’re doing in hot countries with thick socks and walking shoes! We quickly found a tuk-tuk and headed back to the hotel — negotiating him down from 170 baht to 100 baht and still feeling that we’d been done over!

We’d been told to meet in the hotel lobby at 3:50pm to catch the bus for our boat tour of the island (most of Ayutthaya is on a large island surrounded by this river). The boat trip would take us to three of the major sites of the town that are situated on the other side of the river from the island. The woman at the reception gave Stéphane and I a Krathong so that we could participate in Loi Krathong. The other couple in the tuk tuk had been given one, and the three German tourists had one each too.

I had been imagining a pretty big cruise boat, but it turned out that it was a little boat with just the seven of us and the driver. We made the mistake of getting in first and therefore were at the back of the boat and had to climb over all the other seats to get in and out of the boat at each stop. Oh well.

The temples were beautiful and the sun setting as we stopped at each one until we arrived at the best one for the sunset. We took hundreds of photos and really felt privileged to be part of this moment together. Make the most of it!

Before docking back at the beginning (after completing the tour of the island and its canals) we lit our Krathong’s candle and incense sticks (luckily one of the group had a lighter despite not being a smoker!). This part was over too quickly and the boat didn’t really allow us to float the krathong together, but I’m not sure that really matters…both our hearts were in it.

The whole group decided that we wanted to go to the outside market and beauty pagent that was happening near to where the boat docked and so the tuk tuk dropped us all off there. As I’d been slightly unwell following the previous night’s dinner on the outdoor market I insisted on eating in a restaurant and we managed to find one just up the road. A strange and eccentric little place that is half restaurant and half old-style department store. The service was incredibly slow and the portions weren’t very big, but it was nice and cool inside (both temperature and design!).

Returning to the market afterwards it was the finale of the beauty show. All these far-too-made-up little girls bitterly disappointed for not having won…so much glitter and lip gloss everywhere! There was a quick firework display over the river and the temple beyond to mark the end of the show.

Regretfully Stéphane accompanied me back to the hotel — regretting that he would be missing out on the real firework show, but unable to get any details about it (as to its location or time). To try and cheer him up we stopped at an ice-cream café for a scoop of chocolate and a scoop of green tea…all for him of course ^_- .