Le Grand Détour

Chilling in Kampot / Relax à Kampot

Download PDF

[28 décembre 2015]

france_french_flag Après un trajet de quelques heures sans accroc, qui m’a donné au passage l’occasion d’écrire l’histoire d’Indiana Bob, nous arrivons finalement à Kampot, une charmante petite ville tranquille de la côte sud du Cambodge, où nous avons choisi de nous arrêter pour 2 nuits.

Combien d’entre vous ont-il déjà entendu parler du poivre de Kampot ? Pas des masses, hein ? Et pourtant, avant l’ère des Khmers rouges qui ont détruit presque toutes les plantations, ce poivre, spécifique au terroir de la région, était considéré comme le meilleur poivre du monde, prisé des plus grands restaurants. C’est aussi l’une des raisons de notre visite ici. Mais vous en saurez plus dans les jours à venir.

A notre arrivée, nous renouons enfin avec nos habitudes pré-gastro de Noël, en déjeunant dans un petit boui-boui de rue à 10 mètres de là où nous a posés le bus. Puis nous marchons sous le soleil vers « La Belle Villa », notre guesthouse.

15 minutes plus tard, nous tournons sur le chemin en terre tout cabossé que nous indique Maps.me. L’environnement un peu sale ne semble pas tout à fait correspondre avec les photos décrivant la guesthouse et pourtant, une centaine de mètres plus loin, nous entrons dans la belle propriété coloniale de Nicolas, un très sympathique canadien qui nous emmène directement sur la terrasse à l’étage.

« Bah voilà mon petit chez moi, ici à Kampot ! », dit-il avec un joyeux accent canadien.

Installés dans de très confortables fauteuils, baignés de soleil, nous faison plus ample connaissance avec lui. Chemise ouverte, lunettes de soleil, mêche dans le vent, ce québéquois ultra cool nous présente brièvement la ville et nous raconte un peu son histoire. Avant de s’installer à Kampot il y a maintenant plus d’un an, Nicolas a voyagé autour du globe avant de s’installer en Thaïlande pour démarrer une affaire, dans un petit village à l’ouest de Chang Rai. Bien qu’il ait vraiment eu un coup de coeur pour ce lieu, il nous raconte à quel point il est compliqué de créer et de faire grandir une entreprise en Thaïlande pour les étrangers. Notamment car même en créant sa propre entreprise, elle sera toujours détenue à 51% par le gouvernement. Tandis d’ici au Cambodge, tout est beaucoup plus simple.

En reprenant ses mots, Nicolas est vraiment easy-going et adore chiller et discuter avec les gens. Nous lui racontons à notre tour les grandes lignes de notre voyage, toujours vautrés dans nos fauteuils au soleil… D’ailleurs nous ne voyons pas l’après-midi passer. Nicolas nous avait pourtant prévenu que la terasse était ensorcelante et que les minutes qu’on y passe se transformaient souvent en heures 😉

Vers 15h45 nous nous arrachons finalement de nos fauteuils pour découvrir la ville à pied, en marchant vers la rivière. C’est une petite ville typiquement cambodgienne avec des tuktuks, des étals un peu partout, de l’animation, des scooters avec des enfants dessus, des odeurs très riches, des salons de massage, etc.

Nicolas nous a conseillé de faire une croisière au coucher de soleil pour terminer la journée et vers 16h30, nous prenons place sur le toit d’un bateau qui propose une balade de 2h30 avec une bière gratuite, le tout pour 5 dollars. Après avoir passé l’après-midi dans les fauteuils de la terasse de Nicolas, nous voilà maintenant en train de dorer au soleil tombant, les doigts de pieds en évantail. Elle est pas belle la vie ?

Nous profitons de cette croisière, en prenant le temps de chaque seconde tandis que le soleil nous offre un splendide coucher.

Au point le plus loin de la croisière, le bateau s’arrête pour permettre à ceux qui le veulent de prendre un petit bain… Zut, nous ne le savions pas et nous n’avons pas pris les maillots. Bon, j’avous que j’ai été un peu faible car j’aurais quand même pu y aller, même en caleçon… Mais on était bien aussi au sec sur le toit avec nos boissons, hein 😉 Ou bien est-ce l’un de ces « discrets manques de courage » dont parle Jean-Jacques Goldman dans sa chanson « En passant » ?

Lorsque nous nous amarrons sur le ponton au retour, il fait bien nuit. Il est temps de nous trouver un petit resto sympa pour manger. Notre premier choix « Trip advisor » nous amène dans un établissement maintenant fermé. Dommage. Nous optons alors pour un restaurant local sans prétention mais où de nombreux cambodgiens semblent se régaler – un signe qui ne trompe pas. Nous nous régalons à notre tour mais en sortant de table, je ne résiste pas à acheter une petite patisserie dans un boutique qui nous fait de l’oeil depuis le début du repas. Apparemment elle est également tenue par un canadien, décidemment !

De retour à la guesthouse, nous faisons la connaissance de Sandra et Stéphane, un couple de suisses sympahiques en voyage pour 7 mois, fraîchement arrivés du Vietnam ce jour-même. Forcément nous avons des choses à nous raconter 😉 et nous passons la fin de soirée à partager nos anecdotes réciproques. Si vous souhaitez faire un tour sur leur blog, c’est par ici que ça se passe : http://petrusdayer.tumblr.com.

Voilà une journée très relaxante. Avec, certes, moins de détours mais qui nous fait du bien. A demain pour de nouvelles aventures !

english_flag [28th December 2015]

Another day, another adventure! Today’s adventure will see us arriving in Kampot — a town famous (in Cambodia and certain culinary circuits) for its pepper (as in black pepper and not bell or chili peppers). Another thing that was nearly totally destroyed during the Khmer Rouge period (as they destroyed lots of the pepper plants) and is currently still being reintroduced in the region, but enough about that for now, we’ll be going into more details later on our visits!

Our hotel had arranged a pick up at 9am from the reception and the mini-bus then collected a couple more tourists from a different hotel before dropping us off at the bus station where the big bus was waiting for us. The bus was pretty much full of tourists until about 2 minutes before we left when the locals started filling up the back seats.

The journey took longer than we expected though as out route took us through Kep…which is quite a bit of a detour (or should I say “grand detour”…sorry, I’ll get my coat!). In any case when we arrived it was passed lunchtime and so we headed over the road from the bus stop to have some lunch at a local café. The menu was the sign in the road which had four photos on it and I ordered the vegetable fried noodles while Stéphane opted for the chicken and rice combi. The chicken (a barbecued drumstick that was cut into about ten pieces using a cleaver — bone included!) came with a heap of steamed rice and 2 slices of cucumber. I don’t know why but everything comes with 2 slices of cucumber and sometimes, if you’re lucky, a slice or two of slightly green tomato. My noodles were made from a small packet of instant noodles with some chili sauce poured over them and some steamed vegetables on the side…all in all I think I won though as I didn’t have little slithers of broken chicken bone in mine ^_^

In any case, it was authentically local and was very cheap!

After lunch we returned to the bus station to buy some tickets for the day after tomorrow to take us to Sihanoukville for New Year and then headed, on foot, to our hotel, La Belle Villa which was about a mile away.

La Belle Villa is a beautiful, colonial villa, down a dirt lane, slightly to the north east of the city of Kampot. The lane leading up to it is a little “rough” in all senses of the term and there is a nasty smell on the first bend, but it’s possible to hold your breath until you’ve past it…trust me!

On arrival we met the owner, Nick, a Canadian with a beard, floppy hair and sunglasses and a superb Canadian accent that I love! He showed us to our room and then we sat in the wonderfully comfortable chairs on the beautiful and peaceful upstairs balcony and chatted to him about what we planned to do and what was possible. Nick warned us about this balcony though…it has a tendency of absorbing time, you sit down for 5 minutes and three hours later you’re still here…I believe him as it’s already the case for us!

We decide to do the sunset cruise and so head off just before 4pm, on foot, to where the boats leave. It’s further than we thought and by the time we arrive there are already lots of people on the boat and we have approximately 1 minute to make a decision as to which boat we want…but in the end there doesn’t seem like there’s that much choice…the other boats are deserted.

On the crowded top deck I push a group of American kids over a little to make a bit of space on the “sunset” side of the boat and we settle down with our free drink (a nice cold beer). The sunset is pretty and we take quite a few photos before the boat starts to turn around to head back. Though before we head back, the captain stops the boat so that people can swim in the river if they want to…jumping and diving off the top deck. We weren’t aware that this was part of the trip and so hadn’t bought our swimmers, but Stéphane is tempted anyway before finally chickening out – not wanting to have to sit with wet undies for the rest of the evening (understandable really!).

Once back on dry ground we headed to a restaurant recommended in the Lonely Planet (once we’d got the right address and not the TripAdvisor address) only to discover that it had closed down…that’s the problem here, lots of places are only open for short time and our Lonely Planet dates from 2014.

We end up in a different local restaurant where there is a French/Cambodian couple and their two daughters and the French grandparents who appear to be visiting. There is also an ageing middle-aged white man with younger Cambodian lady who spent the whole of the meal talking on her phone to someone else. Not a word was exchanged until after they had paid…fun!!

Oh and there was this Franco-British couple and the woman was very, very nosy … on no, that’s a mirror!!

On the way home we stopped for Stéph to have a coconut and chocolate brownie and then paid for a tuk-tuk to take us back to the villa. Stéphane didn’t think that the tuk-tuk would make it down the lane, but I was confident and he bought us right to the door for a very reasonable price ^_^

Once back at the villa I got some bad news from back home, one of my younger third-cousins had a serious accident and has been hospitalised in intensive care. All our thoughts and wishes are with her and the family. Be strong. Be patient. We’re thinking of you all. Get Well Soon!

 

 

 

2 reflexions sur “Chilling in Kampot / Relax à Kampot

  1. Brenda

    What a lovely article! Spending time with Nick on the balcony of La Belle Villa sounds like heaven.
    I love the description of the nosey British woman! Wonder where she gets that characeristic from?
    XX

    1. Susie Auteur de l'article

      Hi Mum, thanks for your message. Slightly cheerier article than the precedent! There’ll be a photo of Nick in one of the next articles…keep reading!
      Love, Susie x