Le Grand Détour

Festival des lumières à Sukhothai

Download PDF

france_french_flag Jour 1

Réveil très matinal. Je suis ronchon. Pourquoi a-t-on choisi le bus de 8h du matin et pas celui de 11h déjà ? Heureusement la douche lavera cette humeur pour retrouver le sourire du voyage et l’appétit de l’aventure. Elle consistera en partie à traverser la campagne thaïlandaise pendant 5-6 heures, dans un bus dont les suspensions ont passé l’âge de la retraite depuis longtemps, assis non loin d’un chinois qui passera tout le trajet à ronfler comme un camion.

Et où va-t-on déjà ? Dans la ville de Sukhotai, l’une des anciennes capitales royales de la Thaïlande avec Chiang Mai et Ayuthaya qui sera notre prochaine étape.Durant le trajet je reçois un email. C’est le club de plongée sous-marine FrenchKissDivers de l’île de Koh Tao qui confirme notre réservation et pour l’hôtel et pour nos 4 jours de cours pour passer l’OpenWater à partir du 4 décembre. YES !

Les gares de bus se succèdent et se ressemblent. Décidément c’est long comme trajet… (…)

Nous arrivon finalement à la gare de bus de Sukhothai, le postérieur et les jambes engourdies. Un petit tour de tutuk dont le moteur a failli lâcher 3 fois et nous voilà à la Sila Resort. L’accueil est souriant et châleureux. Nous avions réservé un bungalow mais il y a eu du surbooking et nous devons nous contenter d’une chambre pour la nuit. Bon, nous ferons avec…

Mais l’essentiel n’est pas là car nous apprenons que nous sommes arrivés à Sukhothai pile-poil pour le festival annuel des lumières, le Loi Khratong et ça, c’est génial ! D’autant plus que la ville de Sukhothai est l’endroit le plus primé des thaïlandais pour passer ces 4-5 jours privilégiés. En effet, cette célébration qui rend hommage à la déesse des eaux, Phra Mae KhongKha, trouve justement son origine dans cette ville. Le festival en lui-même, qui pourrait se traduire par « La fête des paniers flottants », consiste à fabriquer d’incroyables structures flottantes, à l’aide de feuilles, de fleurs, d’encens et de bougies pour ensuite les mettre à l’eau en faisant un voeu, se purifiant par la même des transgressions passées et des pensées négatives. Dans le principe c’est très semblable à la fête que nous avions vécue à Vientiane au Laos pour la fin du carême bouddhique.

Et à Sukhothai, comme nous le découvrons sur le programme que nous a donnés l’hôtesse d’accueil, ils ne font pas les choses à moitié : c’est la fête pendant 4 jours avec des sons et lumières retraçant l’histoire de la ville, des concours de couronnes et paniers flottants, des feux d’artifices, des démonstrations d’arts traditionnels et j’en passe. Et on y est ! Topissime !

Pour rejoindre les festivités, nous faisons 10 minutes de vélo (prêtés par la guesthouse) et prenons un bus-navette qui relie la nouvelle ville où nous restons, à l’ancienne ville où se trouvent le parc historique des ruines de l’ancienne capitale. Nous arrivons vers les 16h15, une bonne demi-heure avant le coucher du soleil. Et c’est ainsi que nous prenons une première claque en découvrant les ruines de l’impressionnant Wat Mahathat, baignées d’une superbe lumière oranger. Nos appareils crépitent. Le grand Bouddha nous salue impassiblement au milieu des colonnes et des piédestals. Plus tard dans la soirée, il présidera tout aussi impassiblement le spectacle de son et lumières, cette fois paré de mille feux multicolores.

Nous déambulons parmi les ruines de la zone historique centrale et nous prenons petit à petit la mesure de l’ampleur de cette fête. Il commence à y avoir du monde. La musique thaïlandaise résonne parmi les ruines. Nous croisons de nombreux figurants locaux en costume qui se préparent pour le spectacle du soir. Ca va être magnifique !

Tandis que le soleil se couche, des miliers de lanternes s’allument, et dans les arbres et sur les multiples plans d’eaux du parc. Nous poursuivons notre balade le long d’un chemin bordé de petites échoppes et stands tenus par des familles. Certains proposent leurs plats à manger, d’autres vendent les fameuses couronnes flottantes. Il y a aussi des moines, des groupes d’enfants et des démonstrations de combats traditionnels.

Et soudain, un éléphant !

Un vrai, qui me passe à 10 centimètres ! Avec la nuit, la foule et notre attention sur les bons petits plats qui titillent déjà nos narines, nous ne l’avions pas vu arriver. Le pachyderme est monté par un cornac en costume. Il participera plus tard au spectacle son et lumière. Être surpris par un éléphant qui vous passe à côté, si ça c’est pas génial ! Par contre il s’agit d’un éléphant extrêmement bien dressé comme nous le verrons. Des gens se prennent en photo à côté de lui puis lui tendent un billet de banque. A l’éléphant. Celui-ci l’attrape avec sa trompe et le monte jusqu’au cornac. Je ne peux m’empêcher d’avoir des sentiments partagés quant à ce genre de dressage. L’animal ne « semble » pas malheureux, en tous cas il n’est pas mené à coup de bâton, mais je sais aussi qu’il est extrêmement difficile d’apprécier son état d’esprit réel. Mais ça reste un énorme bestiaux quasi-préhistorique qui m’a frôlé sans que je le voie arriver 😉

Ces émotions nous ont mis en appétit et nous craquons pour un curry vert et des nouilles thaïlandaises qui régalent nos papilles. Nous les dégustons assis sur une meule de foin parmis les locaux. J’en profite pour faire un brin de discussion avec une thaïlandaise assise à côté de nous. Elle travaille à Bangkok mais est originaire de Sukhothai. Entre autres, son dessert m’intrigue : on dirait une glace servie dans une noix de coco. Et si j’allais m’en chercher une ? 😉 Je me lève et me dirige vers le stand. Soudain, je vois Susie me faire signe de revenir avec insistance. Et ma glace, alors ? Mais lorsque je retourne à ma place un peu frustré, je vois que 2 noix de coco garnies nous y attendent… En fait c’est l’amie de la femme à qui j’ai parlée qui est allée nous en acheter 2 pour nous. Sans que nous n’ayons rien demandé. C’est adorable ! Cela arriverait-il chez nous ? Avez-vous déjà payé une glace à un couple de touristes étrangers en France parce qu’ils avaient posé des questions sur la vôtre, de glace ? Non ? Hé bien ici en Thaïlande, ça arrive. Et c’est génial ! C’est juste fantastique d’être ici, ce soir, pour vivre ces instants.

Les glaces quant à elles sont délicieuses mais nous réservent quelques surprises. Alors que je goûte aux nombreux « fruits » de la garniture, j’ai dû mal à reconnaître les saveurs. Et pour cause, avec la glace à la noix de coco, on trouve entre autres de la pomme de terre et de la citrouille ! C’est étrange mais pas mauvais du tout. En tous cas nous sommes repus après cela…

C’est bientôt le moment de rejoindre nos places pour le spectacle. Nous sommes assis quasiment devant. Après l’introduction, en thaï et en anglais s’il vous plaît, le noir se fait et la musique commence. C’est parti pour une heure de reconstitution historique du royaume de Sukhothai, dans le décors naturel des ruines de la cité. Le show retrace notamment la vie du roi Ramkhamhaeng, le souverain le plus connu de Sukhothai qui régna de 1275 à 1317. En plus d’être un roi juste et aimé de son peuple, c’est lui qui figea le premier alphabet thai et grava la stèle qui marque le début de la littérature thaïlandaise. Des centaines de figurant se succèdent sur la scène, tous habillés de lumières, pour faire revivre ces 700 ans d’histoire. A un moment donné, des dizaines de lanternes s’élèvent dans le ciel pour rejoindre les étoiles. C’est magique. Les périodes de paix et de guerre d’enchaînent. Pour ces derniers, 3 éléphants se joignent aux acteurs et se livrent à des combats et des manoeuvres incroyables : croisement de défenses, postures sur les pâtes arrières, barrissement à la demande… C’est très impressionnant. Le show se termine sur un superbe feu d’artifice avec l’ensemble des figurants, sous le regard impassble mais bienveillant du grand Bouddha et les salves de nos applaudissements nourris.

Il est 20h30. Nous poursuivons nos déambulations nocturnes en nous arrêtant devant les créations incroyables des fameux Khratong. Certains sont posés directement sur l’eau, d’autres sont suspendus au-dessus du sol. Ces oeuvres d’art font l’objet d’un concours de beauté pour le festival. Et je parle bien d’art car il faut voir le niveau de détails de ces « lanternes flottantes », entièrement faites de végétaux, qui reproduisent plusieurs scènes de la vie de Bouddha le long de pagodes à plusieurs étages. Combien d’heures sont nécessaires pour fabriquer ces oeuvres de plus de 2 mètres de haut ? C’est fou.

Il y a encore beaucoup d’animation mais nous commençons à fatiguer. Ce fut une très longue journée pour nous. J’achète un gâteau local pour combler un petit creux, puis nous prenons chemin de la guesthouse. Ce qui n’est pas si simple. Nous prenons un premier Bus navette qui nous dépose dans un parking 500m plus loin. Le chauffeur nous fait alors signe de monter dans une autre navette garée à côté et dans laquelle il y a déjà pas mal de monde. Ok. Nous prenons les dernières places. Puis nous attendons. 5 minutes. 10 minutes. Est-ce que quelqu’un sait à quelle heure part la navette ? Non. A priori le chauffeur attend qu’elle soit pleine. Ce qu’elle est déjà selon nos standards. Mais non, veuillons, il y a encore de la place pour des gens debouts à l’extérieur accrochés aux barreaux de l’échelle. Ah oui, c’est vrai ! Il a beau être 23h, il fait bien chaud. Ma voisine est japonaise, j’engage la conversation et nous échangeons nos impressions du spectacle. Puis nous finissons par partir pour parcourir les 14km qui nous séparent de la nouvelle ville. Les filles accrochées à l’extérieur tiennent bon. Il est temps de descendre et de reprendre nos vélos pour revenir dans notre guesthouse.

La nuit est calme. Les cigales chantent. Sur la route du retour faiblement éclairée, nous croisons un grand serpent. Nous ne nous arrêtons pas pour jouer avec lui 😉 Et nous trouvons enfin notre lit, pour un dodo bien mérité.

english_flag Day 1

Early start in order to catch the 8am bus to Sukhothai. Grabbed a breakfast at the bus station, but was only 1 slice of toast each, buttered on both sides with some kind of powdery margarine that clings to the roof of your mouth, so we stopped at the 7-11 to buy something else to top it up with (failure on my part because the pineapple pasties that I chose were also powdery and clung to the roof of my mouth too -_-).

The organiser on the bus asked if we wanted to get off at the New Sukhothai or the Old Town. Stéphane showed her on the phone and she said “Old Town”…not convinced, however, Stéphane searched for a little while on the net and it turned out he was right. Our hotel was just over 1 km from the new town and more than 14km from the Old town. Good man, saved us a lot of wasted time on arrival!

The journey would take 6 hours and our tickets cost a measly 316 Baht each (about £6). This meant that the bus, as you can imagine for this price, was very old and dodgy-looking. Maybe, once upon a time, it had had suspension, today this was clearly no longer the case. The air conditioning, however, was working at full blast and set to “Glacial” and we were both quickly frozen. The Chinese girls in front of us tried blocking their air vents using tissues…why not! We stopped a couple of times for toilet breaks but decided to eat when we arrived in Sukhothai rather than on the way.

Once we finally arrived at the New Sukhothai bus station we threw our bags into the back of a nearby tuk tuk (Stéphane ran off to buy tickets for the next stage — our journey to Ayathaya in 2 days time) and then we headed off to our hotel, Sila Resort. The tuk tuk was not in the best shape either. The driver had to continuously rev it in order to keep the engine going and I’m not sure that it actually had an exhaust, it was making so much noise. At least that meant that the staff at the Sila Resort heard us coming and were ready to greet us with their smiles!

It turned out that there were not enough bungalows for all the reservations and so we were offered one of the new “luxurious” rooms instead. We accepted, both slightly disappointed to not have our traditional, teak Thai-style bungalow (though Stéphane complained the next morning and we were moved into a bungalow that had become available that morning ^_^, so all’s well that ends well).

The receptionist also gave us a map to the old town and a list with the times of different activities. We’d arrived during the festival of Loi Krathong and there were lots of things happening between the 21st and the 25th November. So we decided that, once we’d eaten some lunch in the hotel, we’d head to the Old Town and see what we could get up to.

To get to the old town from Sila Resort we borrowed two bikes from the pool of available deteriorating bikes by the entrance (mine had an extremely wonky pedal that made my right ankle move in a mysterious way and one of the brake pads for the front wheel was actually in the basket on the front of the bike…not the ideal place, but it’s fairly flat here anyway and I don’t cycle quickly ^_^) and rode to a 7-11 store about 1km away where we could get the Old Town bus to complete the 14km. Perfect. And we arrived just as the sun was starting to set and cast beautiful shadows over the ruins of the temples. Even more perfect!

Walking into the Old Town there is first a huge market which fades out and leaves us in the “town” — which is more like a huge park with several ruins of the old temples dotted around. We wandered around the small roads, occasionally jumping out of the way of the electric buses that were shepherding people around, and discovered a little village where there were lots of food stalls offering all kinds of Thai food, both sweet and sour. One stand had a gorgeous smelling green curry….maybe later!

Further on there were demonstrations of martial arts, using spears and swords; there were people selling the offerings (krathongs) that you set afloat during the Loi Krathong festival (usually the same night as the full moon….which will be the 25th and we’ll already have left Sukhothai by then ;_; ) . A krathong is the basket or floating object that is usually decorated using banana leaves and flowers and often has a candle and three sticks of incense, some of them are really beautiful works of art. As well as the individual small krathongs there is a competition here for giant floating arrangements that are really intricate and stunning and also a similar competition for hanging lanterns (though there is a list of quite strict rules for the handing lanterns rules).

When we’d completed our tour and arrived back to where we’d started there were two large elephants taking bank notes from the tourists with their trunks and handing them to their mahout…very well trained!

We had just enough time before the light and music show to have some dinner and so headed back to the green curry lady and also grabbed a Pad Thai from a neighbouring stall. As we sat and ate a group of ladies came and sat next to us. One of them spoke English and started chatting to us. She was eating something out of a coconut. Stéphane asked her what it was and it turned out to be coconut ice-cream and fruit. We’d just finished our meal and so Stéphane headed off to buy one of these ice-creams. Just as he did, one of the three ladies came back with two in her hands, she’d bought them for us to try…so kind!! I ran to stop Stéphane buying a third one!! Strangely I quite enjoyed the ice-cream (which was served in a hollowed-out, green coconut shell), the “fruit” was coconut, pineapple, something jelly-like and some pumpkin and sweet potato cubes (interesting!?!).

The show lasted an hour (and we had an audio guide for the English translation) and told the history of the town. The Wat Maha That was lit up in all different colours and there were hundreds of people playing the roles of the kings, queens and people of the town. There were three elephants too. And fireworks and lanterns at the end. It was spectacular!

Afterwards we headed over to a different area to see the Khon show, which was a group of dancers dressed in colourful, glittery costumes and scary masks. I have to say that I was less enthralled by this music and made Stéphane leave after the second or third song.

We headed back to the bus to take us back to the New Town and our bikes…after stopping and changing buses at the car park (and waiting for the bus to be full before leaving…a little reminder of Laos!). In the bus there were a couple of Japanese ladies and Stéphane chatted away to one of them, they showed each other photos on their phones and cameras, before the ladies got off.

About half an hour later the bus stopped at the 7-11 where we found our bikes and headed back along the riverside to our guesthouse (passing a rather large snake on the way!!!). Back in our room we decided to ask to change to a bungalow tomorrow morning, but for tonight it would do.

france_french_flag Jour 2

Ce n’est pas pour faire les fines bouches mais nous sommes un peu déçus de la chambre… D’abord nous nous attendions à un bungalow et puis la chambre que nous occupons n’a pas de wifi. QUOI, pas de wifi ? C’est inacceptable 😉 Ca veut dire en tous cas pas de Skype, pas de blog, pas d’email et pas de sauvegarde de nos photos dans le cloud. Nous descendons petit-déjeuner et allons voir notre hôtesse. Ca tombe bien, un grand bungalow vient tout juste de se libérer… et il a du wifi ! Nickel.

Après le petit-dèj, nous repartons pour le combo vélo+navette pour gagner la vieille ville. Nous optons pour le musée de l’histoire de Sukhothai. Et pas uniquement pour la clim, hein. Nous passons un bon moment dans ce musée qui, non seulement met tout l’histoire et les ruines en perspectives mais qui montre aussi bien les différents aspects de la ville et du royaume à son apogée. Nous nous arrêtons devant les fameuses stèles gravées en « premier » thai par le roi Ramkhamhaeng. De grands panneaux montre l’évolution de l’alphabet thai au cours des âges et les différences avec les langues sanskrit, indiennes, lao et khmer. L’alphabet thai dispose de quelque chose comme 44 consomnes et 15 voyelles qui se combinent en 28 formes voyelles et 4 variations tonales. Ah ouais, quand même. Et bizarrement à l’écrit, de droite à gauche horizontalement, les voyelles sont positionnées au-dessus et en-dessous des consomnes ou bien à gauche et à droite des mots.

Le musée montre également l’évolution des différentes représentations de Bouddha en Thaïlande à travers les siècles. Sans compter les différentes postures du Bouddha, celui qui repousse la peur, celui qui soumet l’ignorance, celui qui médite, celui éloigne les maladies, celui qui se gratte le c…, ah non, pas celui-là ! Et merde mon Kharma doit en prendre un coup à écrire ces conneries. Je ferai une donation demain.

Lorsque nous sortons du musée, nous prenons une douche de chaleur bien humide. Nous louons des vélos et nous retournons vers l’endroit où nous avons dîné hier. Cette fois nous essayons d’autres plats. Celui de Susie est servi dans une feuille de bananier. C’est mélange de poulet pané fri avec des boulettes de riz épicées. Quant à moi je tente un genre de nouilles à la vapeur avec un oeuf et des tas de légumes. Pas mauvais mais Susie a pris la meilleure option. Nous finissons en achetant de nouveau la fameuse glace à la noix de coco servie dans des noix de coco.
Et puis nous partons à pédales à travers les ruines de l’ancienne Sukhothai, de temples en temples, de Bouddha en Bouddha.

Après la zone centrale nous prenons la direction de la zone du nord un peu moins explorée par les touristes. Nous y voyons le fameux grand Bouddha du Wat Si Chum. Dans le musée ce matin, nous avons appris que ce temple comporte un couloir secret qui part de la base et qui monte pour faire le tour de la statue, rempli de représentation des Jatakas, les anciennes vies de Bouddha. De nos jours il n’est plus possible d’y monter mais on peut encore apercevoir une petite ouverture qui donne sur la tête de la statue. Cela doit intriguer les touristes qui ne sont pas allés faire un tour au musée. Nous enchaînons avec le Wat Phra Phai Luang, beaucoup plus en ruines, avec une statue d’un Bouddha couché qui nécessite beaucoup d’imagination pour la voir.
Nous prenons le chemin du retour et décidons de profiter des vélo pour aller voir un dernier temple, un peu à l’extérieur de la zone historique. Nous sommes les seuls sur le site. Cet énorme stupa ou chedi est notamment intéressant car il est entouré de 32 sculptures d’éléphants, dont certaines sont quand même bien amochées.

C’est l’heure d’aller prendre un petit fruit-shake avant de rentrer… l’après-midi n’est pas terminée mais entre hier soir et aujourd’hui, nous avons fait le plein de ruines, de temples et de Bouddha pour la journée 😉 Et puis nous aimerions nous reposer, travailler un peu sur le blog et regarder pour la suite du voyage.

Le soir, après plusieurs déconvenues pour restaurants fermés (mais ouverts selon TripAdvisor), nous nous arrêtons finalement dans ce qui est probablement le meilleur restaurant Thai de la ville, le Dream Café. Et nous décidons de nous faire plaisir, à base de plats de dégustation et de cocktails locaux. Délicieux mais dommage qu’il ait fallu attendre si longtemps pour avoir nos plats.

Retour au bungalow sans encombre ni serpent cette fois. Demain une autre capitale historique nous attend, Ayutthaya !

english_flag Day 2

Just before breakfast Stéphane asked the receptionist if we could have a bungalow as there was one available on Booking.com and so she happily showed it to us and told us that we could have it from this afternoon, so tonight we will be in a real Thai-style wooden bungalow ^_^

After breakfast we, once again, decided to borrow bikes from the hotel (though we’d choose today’s bikes more carefully) and head for the bus to the Old Town to see the things that we hadn’t managed to see yesterday, rent some bikes from there and head to the north of the town to visit the temples up there.

We asked the bus driver to drop us off before the main stop for the Old Town in order to visit a small temple to the east of the Old Town before heading into the town’s Museum. The temple was a little disappointing having been rebuilt in 2006 and being closed to visitors, but there was a group of women under a shelter behind the temple, busy making Krathongs to sell. The museum afterwards was very interesting, but by the 2nd floor I was getting hungry and therefore, from then on, I clearly wasn’t paying it the attention that it deserved!! ^_^

I was, apparently, getting snappy and so we quickly decided to rent some bikes, get the tickets for the central part of the town and head to where we ate yesterday evening to try some specialities from some different stands. We opted for the battered chicken and spicy rice salad from one stall and a noodle rice pancake in soup with a fried egg on top from a different stand ran by old couple (using the neighbouring transvestite stall owner for translation) ^_^ We were told that we could keep the terracotta bowl if we wanted to, but as we’re only 2 months into our trip we are not buying or taking souvenirs in order to keep the weight of our bags to a minimum…something that has been a source of internal debate but ultimately is probably a good thing.

We opted for the same dessert as yesterday though, a coconut ice-cream with bits of fruit served in a green coconut shell, which we ate sitting in the shade, next to the lake, admiring the large floating lanterns.

As we rode through and around the park for the next five or ten minutes there was some excellent funk music playing on the loudspeakers that were dotted around here and there. I said to Stéphane to go and ask a group of men who were sheltering under a tree (as they seemed to be enjoying the music and may know the name of the group). It was a good call as they were actually in charge of the music for the festival and showed Stéphane the CD so that he could take a photo of it. Only problem is, if we find it, that we’ll have to carry the CD around for the next three and a half months (as I’ve not got a CD burner on my PC!).

We then spent the rest of the afternoon visiting parts of the central area that we hadn’t seen yesterday before heading to the North area (where you have to buy more tickets) and visiting a few temples up there (one of which is brand new and contains a gold reclining Buddha and has the World’s noisiest cat who will rub itself against you non-stop if you show it any kind of attention….yes, Susie the cat lover… This temple is best avoided in my opinion — but it was too late for us.

Stéphane wanted to visit one last temple before we returned the bikes and so we headed back East and eventually found the Wat Chang Lom which has (or had) either 32 or 36 statues of elephants around its base depending on which information panel you read. Having counted, there are 32 elephants…but I think I see where the confusion came from…when you look at one side of the Wat there are 9 elephants…the Wat has 4 sides…9×4=…but they forgot the double use of the corners!! Beginner’s mistake! ^_^

Having returned our rental bikes and being slightly sweaty we stopped for a nice, cold drink in a nearby café — Stéphane opted for Carrot and Honey…a strange combination, I stuck with the winning choice of pineapple! Delicious!

We headed back to our bungalow for a little bit of a rest (and a cold beer) before dinner. Dinner was a bit of a failure as the restaurant that we had carefully chosen was closed, our second choice (another ten minutes bike ride further on) was also closed…we ended up stopping in front of a restaurant called Dream.

The telegraph wires along both sides of this road were covered with hundreds of black birds who all got excited every time a buzz went along the lines and made them all chirp in unison (before making them all poo down onto the unprepared tourists below! Luckily as we were parking up our bikes I noticed this and so we leapt through the danger zone with no extra decorations on our clothes or bodies!

Dream is one of the most expensive restaurants in town and was full with a bus load of American tourists…about 18 of them on three different tables. Luckily, they were near the end of their dinner and so after about 15 minutes they left us and the one other couple present to enjoy the new-found peace and quiet ^_- . We ordered some magic potion as an aperitif — mine was supposed to improve my skin’s beauty, but it just tasted like less sweet Benedictine. The service was pretty slow, but the food was delicious…we exploded our evening budget, but ate well.

We biked slowly back to our bungalow for our last night’s sleep in Sukhothai — tomorrow we leave on the 10am bus to Ayutthaya.