Le Grand Détour

Grotte de Tham Phra That, chutes de Huay Mae Khamin

Download PDF

france_french_flag Dire que cette journée ne s’est vraiment pas passée comme prévue serait un euphémisme. Alors que j’écris ces lignes je suis passablement agacé d’être d’humeur maussade, comme un enfant gâté, car nous avons quand même vu l’une des plus belles chutes d’eau de Thaïlande aujourd’hui et une superbe grotte. Enfin l’un de nous seulement pour la grotte. Mais ce n’est que l’un des pénibles détails de cette excursion. Retour sur les évènements.

La nuit n’a pas été exceptionnelle. Cela aurait pu être la faute de la literie qui est l’une des plus dures que nous avons testée depuis le début de notre voyage. Mais non, c’est plutôt le rhume a décidé de s’inviter une fois de plus dans mon cerveau. La dernière fois c’était en Chine à Kunming, il y a 1,5 mois. Mais le plus embêtant c’est que, selon la force de ce rhume, cela va probablement signifier l’annulation de la plongée bouteille pour moi. Je croise les doigts mais j’en serais bien dégoûté, sans compter le tarif de l’activité et l’hôtel non remboursables… Forcément, en se réveillant avec ces idées, ce n’était pas gagné.

Hier nous nous sommes dits que nous irions par nous-même au parc national d’Erawan pour voir de superbes cascades et trekker toute la journée dans la jungle. Mais vu mon état ce matin nous sommes vraiment indécis. Ira ? ira pas ? Ne serait-ce pas plus sage de rester en ville ? Il est 7 heures du matin et cela fait 30 minutes que nous sommes levés car Jinny a proposé de nous conduire à la gare de bus pour 7 heure et quart.

La journée prend finalement un autre tournant quelques minutes plus tard lorsque nous sortons pour rencontrer Jinny ainsi que deux allemandes, Lisa et Désirée, qui restent également dans la guesthouse. Jinny nous propose de l’accompagner pour une sortie avec ses amies (que nous irons chercher en chemin) et les deux allemandes pour visiter les chutes de Huay Mae Khamin ainsi que des grottes. Je l’écris comme ça mais sur le coup rien n’est vraiment clair, ni le planning, ni le tarif, ni les repas. De mon côté, j’y vois une alternative « accompagnée » dans des sites sympas que nous ne connaissons pas et nous acceptons assez rapidement de nous joindre à la sortie.

En montant dans le minivan très confortable en passant, nous sommes séparés : les 2 allemandes et Susie tout à l’arrière et moi sur le siège avant. OK, lorsqu’on voyage ensemble pendant 6 mois, on ne pas va faire tout un fromage pour être séparé de sa moitié quelques heures. Sauf que « quelques heures » équivaudra à quasiment toute la journée sans pouvoir se parler ou quoi que ce soit car la route est longue, très longue. Mettons. Nous partons donc et passons prendre en route une dizaine d’amies de Jinny, qui ont toutes la soixantaine bien passée. En partant Jinny m’avait dit que ce serait 300 bahts par personne pour le tour, incluant les repas. Lesquels ? On ne sait pas trop. Mais ça nous a semblé un bon deal.

Pour le petit déjeuner, nous nous arrêtons au 7/11 pour prendre un jus de fruit et une brioche. Jinny nous suit de près. Aucune malveillance là-dedans mais c’est un peu pénible quand même car on se sent sous pression pour se dépêcher. Elle semble vraiment nous prendre pour ses élèves qui auraient besoin de quelqu’un pour leur dire quoi faire et quand le faire. C’est rigolo 5 minutes mais ça peut devenir pénible.

Nous prenons enfin la route pour de bon, vers les grottes. Je potasse le LonelyPlanet pour savoir ce qui nous attend. Apparemment les chutes d’eau sont parmi les plus belles de Thaïlande et les grottes valent le détour. Ca tombe bien, nous aimons les détours ! En chemin nous nous arrêtons dans une ferme de fraises.

Nous repartons. A l’intérieur du minivan, ça caquète en thai et avec un sacré volume que l’une des allemandes enregistre sur son téléphone. C’est un peu différent de ce que j’avais imaginé car nous n’avons aucun échange avec les amies de Jinny. En fait nous comprenons peu à peu qu’elles se sont organisées cette sorties pour elles et que nous profitons de l’occasion. C’est dommage, nous aurions aimé leur poser des questions. Peut-être qu’elles ne parlent pas anglais. En tous cas elles nous ignorent royalement. Bon.

Nous arrivons finalement aux fameuses grottes de Tham Phra That, via un stop à côté d’un temple. Et le premier couac arrive lorsqu’il faut payer l’entrée de la grotte. Apparemment Jinny a dit aux allemandes que les 300 bahts incluaient les entrées. Or les étrangers non-thai doivent payer 300 bahts pour la grotte. Nous apprenons aussi qu’il faudra également repayer 300 baht par personne pour les chutes d’eau. Donc 300×2 pour le transport, 300×2 pour la grotte, 300×2 pour les chutes, soit 1800 bahts, sans compter les repas pour lesquels nous ne sommes pas certains qu’ils soient inclus ou non. Bon, 1800 baht, ça fait à peu près 45 euros. De loin, ça n’est pas énorme mais ça représente ici plus de 3 nuits d’hôtel à 2. Et si c’est pour y rester 20 minutes dans ces grottes… Bref il y a discussion, surtout chez les allemandes qui voyagent visiblement avec un budget très serré. L’une d’elles n’arrête d’ailleurs pas de commenter chaque centime dépensé. Ce qui est assez pénible… Je comprends cependant un tout petit peu leur exaspération car Jinny n’explique rien ou pas grand chose, ce qui fait que l’on est toujours dans le flou sur le programme, combien coûtent les choses, incluses ou non, combien de temps on reste etc. De notre côté c’est plus le manque d’info qui nous gêne.

Finalement nous décidons que j’irai voir la grotte tout seul sans Susie mais avec le groupe des mamies. Question de sous mise à part, Susie n’est pas hyper fan des grottes de toutes façons et savoir qu’elle sont pleines de chauve-souris suffit à la dissuader. Sauf que. Comme j’aurais l’occasion de le voir la grotte est vraiment extra et les chauve-souris ne bougent pas à cette heure-là. Mais surtout la visite dure plus d’une heure… Une heure pendant laquelle les 2 allemandes ont le temps de se monter le bourichon et Susie le temps de s’ennuyer ferme.

De mon côté la visite commence par 600 mètres d’escaliers avec une chaleur étouffante et de nombreux moustiques. Je ne sais pas si c’est bon pour le rhume mais j’avance. Jinny et moi parvenons finalement à l’entrée de la grotte avec le ranger. Mais nous ne pouvons pas rentrer. En tous cas pas tout de suite. D’abord, il faut une lanterne ou une frontale car il fait tout noir à l’intérieur et je n’ai pas d’équipement sur moi, contrairement au ranger. Mais surtout, si Jinny tient la forme en courant 5 kilomètres par jour, ce n’est pas le cas de ses copines qui arrivent pantelantes 25 bonnes minutes plus tard. Pendant ce temps, j’attends. J’envoie quelques sms à Susie qui ne les reçoit pas.

Les mamies arrivent et nous commençons enfin la visite. Et franchement ça vaut le coup d’oeil car non seulement les formations rocheuses sont superbes mais la taille des 7 chambres est impressionnante. Nous arrivons à peine à distinguer le plafond où dorment des centaines de chauve-souris. Je prends quelques photos, et avec notre appareil et avec celui des allemandes qui m’ont demandé ce service. Et nous ressortons 20 petites minutes plus tard. Le prix d’une nuit d’hôtel pour 20 minutes c’est quand même un peu cher. Mais bon, j’aurais vu ces grottes… A la descente, c’est évidemment le même skecth : j’arrive en bas en 5 minutes, avalant les marches tel un cabri mais les mamies mettrons 20 bonnes minutes de plus.

Je retrouve Susie qui commençait à désespérer et qui serait venue sans hésitation s’il avait su que ça serait si long. Quant aux allemandes elles parlent de négocier un rabais, que c’est pas normal, que ça devait être inclus, que Jinny ne nous dit rien, etc. Il faut dire que pour le moment, elles se sont levées comme nous à 6h30, il est 12h15 et elles n’ont rien vu. Nous repartons vers les chutes, la pièce de résistance de la journée, que nous atteignons vers 13h30.

Les chutes de Huay Mae Khamin sont vraiment le genre d’endroit où l’on passe la journée, à parcourir les 7 niveaux de terrasses, à nager et à pique-niquer en chemin. Pour nous ça sera un peu différent car nous avons une contrainte forte. En effet, Jinny et ses amies doivent se rendre à des funérailles en fin d’après-midi et nous devons partir à 15h. Et nous n’avons pas déjeuner.
Nous commandons donc quelque chose vite fait au petit resto local, que nous paierons car visiblement la nourriture incluse n’inclut pas le déjeuner.

Et 30 à 45 minutes plus tard nous pouvons enfin partir pour découvrir les chutes. Il nous reste moins d’une heure pour cela. Et c’est court. Et c’est très dommage car les quelques niveaux que nous parcourons sont magnifiques. L’eau turquoise de la rivière s’écoule de terrasse en terrasse jusqu’au réservoir de Nakanmin en contre-bas. Malheureusement, si nous voulons faire un petit plouf nous ne pouvons descendre très loin. Susie et moi optimisons notre temps, tandis que les allemandes tentent d’aller jusqu’en bas. Après 3 niveaux, nous remontons pour une petite baignade éclaire mais très agréable sous la cascade. Les allemandes remontent et n’ont pas le temps de se baigner car le van nous attend déjà.

Nous repartons.

Où ça ? Nous ne savons pas. En ville peut-être pour la cérémonie de funérailles ?… Hé bien non, 30 minutes plus tard nous arrivons à l’endroit où se tient justement la cérémonie. Il y a du monde. Nous apprendrons plus tard qu’il s’agit d’un ancien collègue de Jinny, visiblement très populaire.

Pendant ces funérailles, nous attendons assis à l’écart.

Vers 16h15 nous repartons. Nous sommes toujours dans le flou quant à la suite.

Nous repartons. C’est long, très long. Je suis toujours assis devant sans possibilité de parler à quelqu’un, à part le chauffeur qui ne parle pas anglais. Susie s’ennuie ferme à l’arrière, surtout qu’elle doit supporter les plaintes ininterrompues de l’une des allemandes. Puis nous nous arrêtons vers 17h30, dans ce qui est visiblement un restaurant. Jinny nous dit, « aller, on va dîner ». En soit ça ne me dérange pas, surtout qu’il s’agit d’un resto hyper local dans lequel nous ne serions jamais allés et où la nourriture est sûrement très bonne mais elle aurait pu au moins nous demander notre avis, ou nous prévenir avant. En tous cas communiquer avec nous. Mais non, c’est comme ça, nous n’avons rien à dire. Le pire c’est que je suis certain qu’elle essaie de nous faire plaisir.

Nous sommes donc installés tous les 4 avec les 2 allemandes, sur une table séparée du groupe des mamies. Nous convenons que nous aurions préféré nous joindre à elles. Tant pis. Nous commandons des currys qui sont, somme toute, assez quelconques. J’essaie de faire la conversation avec les jeunes allemandes. C’est moyennement intéressant. On dirait que ça les emmerde d’être en vacances tellement elles sourient peu, même lorsqu’elles nous racontent les bons moments de leur voyage. Et bien sûr quand vient l’addition c’est de nouveau le sketch car l’une d’entre elles est certaines que les prix ont été augmentés pour nous. C’est vrai que cela arrive et qu’il faut faire un peu attention mais pour être honnête c’est très bon marché et pinailler pour 10 bahts qui représentent 25 centimes d’euros, c’est abuser.

Nous finissons par reprendre la route et bien sûr, il faut redéposer toutes les mamies chez elles. Ainsi nous sommes de retour à la guesthouse vers 20h30.

Résumons : nous sommes partis ce matin à 7h30, nous avons passés 1 heure à visiter les chutes d’eau avec une baignade éclaire, j’ai visité une grotte pendant 20 minutes et tout le reste du temps, c’est à dire 13 heures, nous avons soit fait de la route, soit attendu que ça se passe ou bien mangé au lance-pierre. Mouais. Ca nous laisse quand même un petit goût amer cette histoire. Et contrairement aux allemandes, ce n’est pas tant une question de prix que l’impression d’avoir été baladés sans information, sans pouvoir se parler de la journée et sans être maître de nos décisions. Le plan lose. Nous aurions finalement préféré nous balader à notre rythme à l’endroit initialement prévu. Et pourtant c’était beau.

En tous cas ça nous a permis d’éclaircir un point… Car le lendemain nous avions prévu de partir en balade avec Jinny pour voir la fameuse « passe de l’enfer », là ou les prisonniers de guerre ont souffert tant et plus sous le joug japonais pour creuser un passage à travers la montagne. C’est un incontournable ici. Mais c’est très loin. Et vu comme ça s’est passé aujourd’hui, nous n’avons pas vraiment envie de renouveler l’expérience. Dommage, vraiment dommage car ça a l’air hyper beau.

Mais demain sera un autre détour et une journée qui promet d’être très, très, très longue, avec le trajet pour Bangkok suivi du bus de nuit pour rejoindre Koh Tao. Aller, il est temps de se coucher !

english_flag So, last night the plan was that Jinny would take us to the bus station at 7:15. At 7:10 this morning that plan changed. I didn’t know what the new plan was, but it had changed. Oh, and to top it all off, Stéphane was now ill with a cold!

Apparently, one of Jinny’s friends had cancelled. Cancelled what I don’t know, but there was now one space in the mini-van so Stéphane and I could both go with them. Both of us, in one seat in a mini-van. To where? I don’t know, but we would be leaving at 7:30 instead.

Two German girls who were sitting waiting on the steps and who were already part of the deal said that we would be heading to different waterfalls than the ones that we had planned to go to. That there was a mini-van organised by Jinny and her friends and that we would be back by 4pm. They later told us that it would cost 300 baht in total and that lunch was included.

The bus arrived. Stéphane in the front and the foreign women in the back seat…I couldn’t speak to Stéphane at all once we were settled in. Once the bus had come and we’d toured most of the surrounding area of Kanchanaburi to pick up all of Jinny’s friends…none of whom spoke English…we stopped at a supermarket so that Stéphane and I could buy some breakfast.

We ate our breakfast in the bus and, just as we finished, the ladies started to get food out of their bags and eat. Some of it was handed around (sticky rice) but, as we’d just eaten I turned it down….little to know that I wouldn’t be offered it again…or anything else for that matter!

I started to doze off as the bus finally started making it’s way north west of the town. Our first stop, was at a pick-your-own strawberry farm…I don’t like strawberries, but that didn’t matter as all we were to do here was take a few group photos in front of the signpost! After another quite long drive we stopped at a Birman temple, followed shortly by some caves. The entrance fee for the caves was 300 baht. The German girls started moaning that they had signed up for a daytrip that was supposed to cost 300 baht in total and now they’d learnt that this was 300 more and that they would have to pay another 300 later on to get to the waterfalls. They weren’t happy and tried negotiating things like paying one park entry would get them into the two different national parks and for two days instead of just one….things that Jinny didn’t have the power to negotiate.

I wasn’t that interested in seeing the caves and so Stéphane and I decided that he would go on his own and that I would stay at the bottom with the Germans….what a mistake!

The cave was 600 metres up a hill and it took a long time for Jinny’s friends to make it up there. It’s not lit inside and so you have to rely on the guide lighting things up to be able to see anything and take photos… In the meantime I was having to put up with Little Miss Moanalot (a.k.a. Desirée) and her friend…even in German I managed to understand the jist of what was being said! I managed to escape them after a while to try and find some reception to reply to the text messages that Stéphane had been sending since his arrival at the cave’s mouth.

After about 2 hours they came back and we all got into the mini-bus to head for the next site…Huay Mai Khamin waterfalls. In the van some more food was handed around. Desirée got a bag of sticky rice, of which she gave me two teaspoon size portions. I had two 2cm x 1cm pieces of beef and two lumps of pumpkin and I believed that was lunch. Once out at the waterfalls Stéphane and Desirée asked Jinny about lunch and she took us to the site’s restaurant where we had fried rice and the Germans had Pad Thai. Jinny wandered off to find her friends telling us that we would be leaving at 3pm so that she could get to the funeral.

As soon as lunch was over we headed down to the waterfalls 1 to 4 (5 to 7 were upwards from here). They were stunning. A turquoise blue water flowing over ochre coloured rocks. In the first pool Jinny was bathing on her own…we said that we’d just nip to the bottom to take photos before coming back to join her. By the time we got back she had already got out and we didn’t have much time to swim either, but it was too tempting and too hot to resist…we quickly stripped off and jumped in. The Germans went further down the waterfalls and so didn’t have time to swim when they came back up…oh dear, what a shame ^_-.

We made it back to the mini-bus a couple of minutes after three and everyone was waiting for us. They were all drinking Sprite using their cut-off water bottles as glasses and the remaining ice-cubes from the cooler box as crushed ice, but we weren’t offered any.

Jinny had got changed from her swimming outfit of t-shirt and shorts and was now wearing a very stylish black outfit. Clearly she was heading straight to the funeral when we got back.

After about an hour’s drive the mini-bus pulled off the main road and onto a dirt track…I woke up and it began to dawn on me that we were all going to the funeral as it was here and not in Kanchanaburi…none of this had been explained to us beforehand, but this is why all the ladies had spent the day together.

The car park for the funeral had an impressive number of cars, pick-ups and now our mini-bus. Someone came and tied a red string around the wing mirror. The ladies all got out and headed over to where the funeral would take place…where there were already a large number of guests sitting and standing around. We were told to stay by the bus or to go and explore the village. Stéphane and I wandered off into the village, the German girls stayed by the bus.

We sat down under a tree at the edge of the car park and a young woman came over and gave us a couple of cups of drinking water and asked if we wanted some food. We thanked her, but declined as we were still pretty full from the rice at lunch. I started getting bored and so headed up towards the funeral, making a point of staying behind the cars so as not to interrupt. As I approached the monks were just queuing up, holding lotus flowers and putting them by the coffin (I presume it was the coffin, I was pretty far away). Then everyone else got up and did the same and then headed off towards their cars…it was all over.

I went and got Stéphane and we were back in the mini-bus before the ladies got back. I looked back to the coffin and saw a monk lifting the lid and either putting something inside or taking something out. As the bus pulled away we heard what sounded like fireworks and I turned back to see the coffin going up in flames. An open air cremation.

Unfortunately we didn’t get the chance to discuss this with Jinny to understand more about the ceremony. We did learn that it was a teacher and that was why there were so many people there for the funeral.

The bus stopped again on the way back, apparently we’d be eating in a restaurant in the middle of nowhere with Jinny and her friends. Once again Desirée didn’t fail “Who’s going to be paying for this?”. She also moaned about the fact that we had to pay for the water that we’d drank at the table… It didn’t seem ironic to her that she had been talking about the fact that she was flying back to Germany for Christmas before flying back out here to carry on her holiday in January…no, but paying 10 cents for water….impossible!!

The journey back to town seemed even longer than the one to get to the waterfall and we, once again, had to drop off all Jinny’s friends all around the town.

We had planned to go to the Hellfire Pass tomorrow but, having spent so long in a bus today, Stéphane being poorly, having to catch a bus to Bangkok tomorrow afternoon and the overnight bus to Chumphon tomorrow night, we decided to cancel it! Jinny seemed to understand ^_^ .

By the time we got back to the hotel it was nearly 10pm and so we said goodnight to everyone and headed to bed.

2 reflexions sur “Grotte de Tham Phra That, chutes de Huay Mae Khamin

  1. Jonathan

    Hey bien voilà un détour qui m’aura bien fait rigoler ! Et la photo avec la fameuse « Désirée » est aussi magique.
    Bon au moins vous aurez pu profiter un peu de Ko Tao (*attention spoiler*), à part la pluie et votre double rhume ! ^^
    Bonne continuation à vous deux 🙂

    1. Steph Auteur de l'article

      Salut Jonathan ! Super sympa ton message, merci beaucoup de nous lire et de rigoler un peu avec nous 😉 Très bonne continuation à vous deux… Apparemment vous avez sillonné Bangkok de long en large 🙂 Si vous y êtes toujours, nous y sommes ce soir près de la station Nana. Cheers !