Le Grand Détour

Milford Sound Magic

Download PDF

france_french_flag [1er mars 2016]

Avertissement : à la lecture de cet article et qui plus est en regardant les photos, vous risquez d’avoir une furieuse envie de vous rendre en Nouvelle-Zélande. Attention les yeux, on vous aura prévenus 😉

Milford Sound en kayak

2000 tours minute. 100 kilomètres heure. 5h46. Nous voilà partis, sillonnant la nuit néo-zélandaise, le long d’une des plus belles routes du pays – et il fait si noir que nous ne voyons rien du tout ! Les étoiles scintillantes nous annoncent tout de même une journée magnifique que nous attendons pleine d’émerveillements. Oui parce que si nous en sommes là, à faire deux heures et demi de route dont une bonne partie de nuit, c’est pour enfin découvrir le fameux Milford Sound, cet extraordinaire fjord, l’un des endroits les plus photographiés du pays. Mais pourquoi nous presser lorsque la route elle-même est au moins aussi remarquable que la destination ? Hé bien tout d’abord parce que nous décidé de découvrir le fjord en kayak, pour une balade de deux heures et demi qui part à 8h30. Et aussi parce qu’à cause de nos difficultés à trouver un hébergement, notre motel se trouve à près de trois heures de Milford Sound. Si loin que ça ? Pas vraiment en fait, seulement à 139 kilomètres. Oui mais 139 kilomètres d’une petite route à une voie qui joue des lacets comme sur une chaussure de patineuse artistique… Alors oui, le réveil a piqué un peu tout à l’heure mais l’excitation de la journée à venir nous permet de garder les yeux ouverts tandis que notre faisceau de lumière valse à travers les montagnes.

D’ailleurs le ciel ne commence-t-il pas à changer imperceptiblement de couleur tout là-bas ? Mais oui, on dirait bien une crête de montagne ! Tant mieux car le silence qui règne dans la voiture n’aide pas notre fatigue. Ce n’est pas faute d’essayer la radio mais comme souvent en Nouvelle-Zélande nous ne captons rien que ce soit sur les petites ou les grandes ondes. Alors nous observons l’aube lentement colorer la nuit et révéler le relief qui nous entoure. Un rare privilège qui ne tarde pas à ravir nos pupilles à mesure que nous découvrons les pics et leurs neiges éternelles. Nous sommes encore en été mais il faisait un tout petit 5 degrés ce matin, il s’en est fallu de peu pour que l’on ait à dégivrer la voiture ! Et dire que nous serons bientôt sur l’eau… Ils ont intérêt à fournir de quoi nous tenir chaud chez GoOrange, l’organisateur de notre expérience.

Les montagnes se dévoilent et nous commençons à croiser les premières voitures. Nous sommes entourés de cirques, de pics, de chutes d’eau. Bientôt nous parvenons au tunnel Homer, la seule voie d’accès au Sound, ouvert en 1954 et ayant nécessité 19 ans de construction harassante pour 1,2 kilomètres seulement. Au-delà du tunnel, c’est la descente en à-pic et en lacets jusqu’au fjord lui-même. Nous prenons nos premiers effets waouh de la journée.

Nous parvenons au parking principal du départ des croisières avec un peu d’avance – parking qui s’avérera à peine suffisant pour les dizaines et dizaines de voitures, de vans et de bus qui débarquent quotidiennement ici. Et peut-être encore plus lors de journée ensoleillée comme aujourd’hui. Heureusement que nous sommes un jour de semaine. Bref, nous débarquons à la limite du grelottement pour marcher jusqu’au comptoir de GoOrange, situé à 15 minutes de marche du parking. Sauf que nous ne sommes pas au bon endroit pour la balade en kayak. Damn it. Bon, heureusement que nous avions un peu d’avance parce que cela ne nous aurait pas fait rigoler de louper le départ après 2h30 de route, hein. Donc nous retournons sur nos pas pour trouver l’autre parking.

Nous arrivons bons derniers parmi les groupes de kayaks qui se préparent. Certains enfilent déjà leur équipement, mais pas notre groupe, heureusement. Will, notre guide nous accueille « chaleureusement » en short et en tongs alors que nous sommes quasiment gelés avec nos cinq couches de vêtements ! Il nous rassure en distribuant le matériel : une paire de caleçons longs thermolactyl pour le bas, un haut thermolactyl à manches longues, une veste polaire, une veste étanche, sans oublier le bonnet et la jupette du kayak qui nous tiendra au sec. Bon, avec ça on devrait être bien. Et heureusement car bien que le soleil brille, le mercure n’a pas l’air de vouloir se lever ce matin. Mais il faut quand même se déshabiller, à même le parking, en maillot de bain pour enfiler notre tenue… C’est presque parti ! Car il ne faut pas oublier la crème solaire et les lunettes de soleil 😉 Ah et l’appareil photo aussi, stocké dans un sac étanche également fourni.

Ni une ni deux nous nous retrouvons à l’eau dans nos kayaks de mer biplaces. Je suis à l’arrière, maître du gouvernail avec les pieds, tout en pagayant avec les bras et en prenant des photos et vidéos de temps en temps ce qui nécessite un peu de coordination. Mais ces détails techniques sont vite oubliés car le temps de s’émerveiller est arrivé. Ça y est, nous y sommes, au Milford Sound ! Et en kayak qui plus est, la plus belle façon de découvrir le fjord selon les locaux. Et il fait un temps de malade, une absolue rareté dans cette région, l’une des plus humides de la planète avec 6,8 mètres d’eau par an ! C’est juste du bonheur.

Notre groupe avance bien, dans des eaux d’abord très calmes puis un peu plus agitées lorsque nous dépassons l’un des promontoires du fjord. Nous découvrons cet environnement unique, ces montagnes qui nous dominent en aplombs de deux milles mètres au-dessus de nous, des chutes d’eau immenses. Notre guide nous en montre une au loin dans le fjord. A quelle distance se trouve-t-elle d’après nous ? Chacun se hasarde, 500 mètres, 1 ou 2 kilomètres… Non, elle se situe à 8 kilomètres de nous ! C’est dire toute la dimension de ce paysage à l’échelle qui nous dépasse. Tandis que nous pagayons Will nous explique aussi la raison d’être des tâches de végétation plus claires que nous apercevons sur le flanc des falaises : il s’agit de restes d’avalanches d’arbres. Oui, j’ai bien dit des avalanches d’arbres ! Mais il existe peut-être un terme plus technique pour qualifier ce phénomène. En fait les falaises sont d’abord recouvertes de mousse, puis des arbres commencent à s’y accrocher. Mais la roche est tellement dure que leurs racines ne peut pas la pénétrer. A la place, elles se développent en longueur, directement dans la mousse. Sauf qu’il arrive un moment ou l’arbre (ou les arbres) deviennent trop lourds pour leur ancrage. C’est alors que des énormes couches de mousse cèdent sous leur poids et entraînent tout un pan de végétation dans l’eau au pied des falaises. D’ailleurs nous passons devant plusieurs de ces avalanches relativement récentes, c’est impressionnant.

Nous poursuivons notre balade en découvrant les différents pics qui nous entourent dont le fameux Mitre Peak et ses 1692 mètres, la montagne la plus photographiée de Nouvelle-Zélande. Nous ouvrons aussi grand les yeux pour tenter d’apercevoir des phoques ou des dauphins mais ils sont timides ce matin. Nous en profitons également pour faire connaissance avec les autres kayakistes du groupe, un couple de médecins anglais ayant déménagé à Auckland parce que la vie y est plus cool, un couple d’allemand dont la femme est enceinte et un autre jeune couple de Manchester qui voyagent depuis près de deux ans et qui sont sur le retour, tranquillement…

Bientôt il est temps de faire demi-tour pour repartir dans l’autre sens, et par la même admirer un autre point de vue du paysage. Les montagnes sont sublimes, le soleil brille, il n’y a pas un nuage dans le ciel et nous commençons même à sérieusement nous réchauffer, what else ?

Le retour est un peu plus compliqué car nous avons maintenant le vent de face mais rien d’insurmontable pour des « pro » comme nous 😉 Nous suivons le rivage au plus près pour nous protéger du vent, en passant devant plusieurs petites chutes d’eau. Au-dessus de nos têtes les avions de tourisme et hélicoptères s’en donnent à cœur joie dans ce ciel plus que parfait. Waouh.

Nous rejoignons notre rive de départ avec une énorme banane. Milford Sound en kayak, check ! Cette fois la température nous permet de nous déshabiller en maillot de bain sans grelotter.

Et c’est l’heure du pique-nique, fourni par GoOrange avant la suite… Oui parce que notre aventure n’est pas terminée : pour ne pas faire les choses à moitié nous avons réservé un combo « kayak + croisière ». Cette dernière va nous permettre de parcourir toute la longueur du fjord jusqu’à la mer, soit près de 16 kilomètres à travers les montagnes. Nous allons nous régaler !

english_flag [1st March 2016]

Warning : Reading this article and seeing the pictures might induce a sudden and uncontrollable desire to go to New-Zealand. Watch out! You have been warned 😉

Kayaking Milford Sound

The thing is that we’d booked ourselves on a GoOrange Kayak and Cruise combination today in Milford Sound. The lady at the reception of our motel said that we should leave three hours to drive from here to there (but then also said that at silly o’clock (the time that we would be leaving this morning) it should only take two and a half hours). We needed to be there at 8:15 at the latest. And so we did all our calculations and set the alarm clock accordingly.

When it went off, I leapt out of bed and put the heater on and ran back to bed…it was freezing in our room and the sun still wasn’t up to offer any natural heat! We quickly dressed in all our layers and ate our breakfast in the room — croissants and raspberry jam…very New Zealandish (we’ve been having discussions about how you describe something from New Zealand…still not sure about it…Microsoft Word certainly isn’t liking the “ish”!!).

The journey to Milford Sound is only 139km, but as the road is so narrow and windy meandering between the lakes and the mountains it takes much longer than any foreigner would imagine. For me though, the first half of the journey was dull to say the least…it was still totally black outside and there were no stations available on the car’s radio.

But once the sun started to come up over the mountains on our right hand side we were both happy! The road to Milford, once the sun was up, was something remarkable…and it would have been wonderful to do the same journey a couple of hours later…what wonderful scenery have we missed in the first part?!

It’s such a beautiful day though and beautifully timed planning by Stéphane (who has been keeping an eagle eye on the weather forecast over the past few days). You see, Milford Sound is one of the wettest parts of New Zealand…some people have even told us that it rains 200 days a year here (though the Internet says that it’s less than that). But there are still around 6 and a half metres of rainfall a year here!! Crazy! (For comparison, in 2014 Cardiff was named Britain’s wettest city with 115cm of rain per year!).

We arrived at 7:45 in the car park near the visitor centre and toilets and after a quick comfort break we decided that we had time for a bit of a nap in the car before heading to the main building where the boats are. Perfect timing, we arrived at the GoOrange desk at 8:25…only to be told that we weren’t in the right place for the kayaking!!! The girl at the counter seemed cool about it “Don’t worry”, “Plenty of time”…didn’t help our frustration…we’d arrived early enough to correct this…if only we hadn’t napped!!

We rushed back to our car, in a car park that was by now pretty packed, and drove round to the right part of the “Sound” for the kayak. Lesson time: a “Sound” is a river-carved valley filled with sea water whereas a fjord is a valley carved by a glacier which has since been filled with sea water. And in actual fact (waste of words?) Milford Sound is actually a fjord ^_^

Back to the kayak. We were the penultimate couple to arrive at the launch area for the kayaking and were quickly put in a group with 6 other people: a German couple (I only noticed that the woman was pregnant when she got out of the boat at the end…so observant!!), a couple of doctors from the UK who now live in Wellington (“because it’s more relaxed”) and a young couple from Manchester who have been travelling for 18 months so far and are heading back to the UK in a few weeks (once they’ve sold their car and stopped for a week in “Asia” on the way home). Our guide, Will, is from North Island…all his sentences finished with “Eh”. ^_-

I stripped down to my bikini before layering up with all the clothes that GoOrange provide (thermal long-sleeved top, thermal leggings, thick fleece jumper, waterproof illuminous orange jacket, kayak skirt and fleece hat). Once ready we all met back up at the boats where we put our life jackets over the top and grabbed an oar before carrying our two-person kayaks down to the water’s edge. Stéphane was “driving” which meant that he had the backseat and the foot pedals to steer the boat. I jumped in up front and we were off.

After a smooth start on a very calm part of the lake (the deepest part), it suddenly got very choppy when we turned the corner into the real “Sound”. The waves from the cruise boats and the expanse of the water plus the strong winds resulted in the impression that we were at sea…in a kayak!! It was a little bit scary at first, but I told myself that they do this every day and today was such a beautiful day with stunning blue sky that these “waves” were nothing!! What’s the worst case scenario — you end up in the water…it’ll be cold, but you’re close to the edge and know how to swim so it’s ok ^_^. Get on and enjoy it Susie!!

I rowed for a bit, whilst Stéphane filmed and took photos (I noticed that the other couples were all in a similar situation to us. The men in the backseat steering and the women up front rowing…it seems that the guys have trouble multi-tasking and therefore steering and rowing don’t go together!! To be fair though, Stéphane mainly only stopped rowing so that he could take some photos.

At one point Will asked us how far away we thought a waterfall was on the other side of the lake… “1km”, “1 mile” came the replies. “8km” replied Will, proving to us simultaneously just how huge the lake and the waterfall are!

The return trip was a bit more harrowing. A fierce headwind and some pretty hefty waves meant that I had more than one drenching (being heavier and at the front of the kayak didn’t help!).

france_french_flag Milford Sound en bateau

Will nous amène donc tous en van jusqu’à l’embarcadère où nous étions garés ce matin pour prendre place à bord du Milford Haven pour près de deux heures de croisière.

Nous ne tardons pas à nous diriger droit sur le Mitre Peak que nous découvrons dans toute sa splendeur. Les mots nous manquent pour décrire ce paysage digne de Jurassic Park mais pourtant bien réel avec ses falaises et ses énormes chutes d’eau. Ainsi nous naviguons au soleil, d’émerveillement en émerveillement au rythme des méandres du fjord.

J’en profite pour faire un aparté géologico-linguistique. Parce qu’en anglais on différencie un « fjord » d’un « sound » (comme dans le nom Milford Sound). En effet un fjord est une vallée creusée par un glacier qui a été ensuite rempli par la mer tandis qu’un sound est une vallée creusée par une rivière puis remplie d’eau de mer. Et là où ça se complique un peu c’est que les scientifiques ont montré que Milford Sound était en fait un fjord. C’est pourquoi je m’obstine à utiliser le mot fjord en français pour Milford Sound, d’autant plus que je n’ai pas trouvé quelle pourrait être la traduction de « sound » en français – canyon immergé ?

Nous parvenons bientôt à l’embouchure du fjord, en pleine mer de Tasmanie. Dire que le capitaine Cook, qui fut le premier à cartographier de façon remarquable toute la Nouvelle-Zélande en 1770, est passé deux fois à côté du fjord sans le voir, pensant qu’il s’agissait d’une simple baie – ce qui peut se comprendre vue la configuration de l’embouchure. Les maoris quant à eux connaissaient l’existence du fjord depuis des centaines d’années  comme piste de pèlerinage sacré mais il fallu attendre 1812 pour qu’un européen n’en découvre l’existence.

Notre capitaine entame maintenant le demi-tour, toujours sous le soleil éclatant. Nous essayons de profiter au maximum de ces moments. Être là et pas ailleurs, imprégner nos rétines et nos neurones de chaque seconde, les scintillements du soleil sur la mer, la géométrie des montagnes, la palette de couleur des falaises, le souffle du vent…

Sur le retour nous avons la chance de croiser plusieurs bancs de dauphins qui se mettent à faire des sauts périlleux dans tous les sens pour notre plus grand plaisir. Apparemment ils aiment se montrer en spectacle et frimer un petit coup devant les bateaux à leur passage. Le capitaine nous dira cependant que cela faisait plus d’une quinzaine de jours qu’il n’en avait pas vu dans le fjord. Quel privilège ! Comme celui d’admirer les phoques et les lions de mer qui se prélassent sur les rochers au soleil.

Le bateau se dirige ensuite vers l’énorme cascade que nous apercevions ce matin à huit kilomètres de distance. A mesure que nous approchons le grondement devient assourdissant pour nous autres humains, microscopiques au pied de ce colosse de pierre et d’eau. Le bateau va même jusqu’à se positionner sous la chute rugissante dans un tourbillon d’eau, de bruit et de lumière chaotique. Youhou ! Nous en ressortons trempés mais heureux !

Nous faisons ensuite un détour par la crique d’Harrisson pour une magnifique photo du mont Pembroke et son glacier culminant à 2064 mètres de haut. Et nous finissons enfin cette croisière en repassant une nouvelle fois devant la cascade Bowen, l’une des deux cascades permanentes de Nouvelle-Zélande propulsant ses eaux depuis 160 mètres du massif des Darren.

english_flag Cruising Milford Sound

Once we were back on dry land we again stripped off…it was a lot warmer now that the sunshine had risen above the surrounding mountains and so we could walk back to the car in our swimming costumes to get dressed without turning blue! Will then gave us our picnic lunches and drove us around to the cruise boat mariner (where we’d mistakenly gone earlier this morning) where we were given our tickets for the cruise and a voucher for a fish and chip lunch on-board (second lunch after all this morning’s efforts!!).

Having eaten our picnic lunch the boat set off and we spent the cruise wandering around the boat, taking far too many photos — the scenary on every side of the boat is breathtakingly beautiful and we don’t want to forget it! The boat took us out of the Sound and into the ocean beyond so that we could see what Captain Cook saw as he passed whilst mapping out the coast of New Zealand in 1770. For him this was just a small bay…he totally missed the fjord beyond…even when he came back round to check his work!

On the way back into the Sound, as we were approaching the huge waterfall on the left-hand side, there were a couple of pods of dolphins playing around in the water. The captain stopped the engines and we glided up alongside them. At one point there were dolphins leaping about on both sides of the boat…and all of us tourist oohing and aahhing from above them on the boat! After a while they got bored with showing off to us and swam off. The captain confirmed that he hadn’t seen any for a couple of weeks and so we felt even more privileged than before!

He then drove the nose of the boat in under the spray from the huge waterfall. The noise was deafening and the wind picked up eerily the closer we got. Staring up at the water it seemed to take on all kinds of strange shapes…I swear I could see huge faces looking back out at us as I struggled to tidy my camera away under my waterproof jacket!

Before too long we were back at the docks where Will was waiting to take us back to the kayaking car park. There were huge numbers of tourists here now and so many coaches that they were having to double-park and causing total chaos!! We’d made a good choice coming out here early this morning. It also meant that we had time to stop on the way back to Manapouri to have a couple of walks and see more of the fjordland.

france_french_flag Milford Sound en voiture

Nous retrouvons la terre ferme avec des étoiles plein les yeux… et la journée n’est pourtant pas terminée ! Car nous allons maintenant pouvoir découvrir et admirer la route du retour en plein jour et avec elle, les multiples points de vue et randonnées qui jalonnent le parcours.

Nous roulons vraiment en pleine carte postale, au milieu des cirques et des glaciers, des cascades et des sommets, c’est incroyable. Nous commençons à ressentir un peu la fatigue de cette longue journée mais nous ne pouvons nous empêcher de faire plusieurs arrêts « mini-rando » tels que The Chasm (20 min), où la force du torrent a creusé d’énormes trous dans la roche, Mirror Lakes (10 min) ou encore le lac de Mistletoe (45min).

Lorsque nous atteignons Te Anau, il est temps de faire quelques courses et nous décidons de nous faire plaisir pour fêter cette journée extraordinaire avec du saumon et une bonne bouteille de vin blanc, bah tiens !

Nous retrouvons finalement le lac Manapouri sans nous lasser du paysage et de la lumière du couchant. Milford Sound, c’est magique !

english_flag Driving Milford Sound

And we did stop. A lot. Either for photos or for short walks (The Chasm, the Mirror Lakes and Lake Mistletoe, to name just three ^_^). We weren’t the only ones to have this idea though, we spotted the kayaking doctors at the Chasm.

Passing through Te Anau, we stopped at the supermarket and bought ingredients to put together to make dinner at the motel…it probably cost more than a restaurant would have done (as we did get a well-deserved nice bottle of wine too! ^_-).

As we pulled up in front of our motel room we noticed a lot of climbing gear outside the room next to ours. It turns out that we have a new neighbour, a young-ish woman…who’s been up climbing in the Milford…and got particularly wet when climbing up right next to a waterfall. Her gear is outside as she’s hoping that it will dry off a bit! Stéphane thinks that she must be a professional climber and we see her again later on chatting with a group of people outside another room.

We have our aperitif sitting outside our room looking out over the lake and the mountains. It’s our last evening here and so we want to absorb as much as possible. The fjordlands are reputed to be the most beautiful part of New Zealand after all!!

 

Les vidéos

Kayak

Under the waterfall – Sous la cascade

Bowen Waterfall – La cascade de Bowen

6 reflexions sur “Milford Sound Magic

  1. Chantal CAVAGNÉ

    Coucou,
    Savourez au maximum ces moments de finalisation du Grand Tour et continuez à vous appliquer à nous faire rêver avec ce magnifique blog, qui restera pour beaucoup de vos lecteurs comme moi un grand rendez-vous de partage de la beauté de la terre. Autant pour les paysages magnifiques que pour les belles rencontres que vous avez faites!
    A bientôt
    Chantal

    1. Susie

      Merci encore Chantal pour ton encouragement ! J’espère qu’on puisse continuer de publier aussi souvent après ma reprise de travail. On se voit lundi au bureau ? 😉

  2. yvette

    MAGNIFIQUE ! tu as eu bien raison de noter l’avertissement ! celà donne envie d’y aller en Nouvelle Zélande.

    Encore une fois merci pour tous ses partages

    bisous à tous les deux

    1. Susie

      Merci encore Yvette ! C’est un endroit magnifique et magique et on a beaucoup apprecié comme tu as pu constaté 😉 Bisous ! xxx

  3. Brenda

    What an amazing place, and you certainly made the most of it!
    Merci beaucoup for sharing it with us. xx