Le Grand Détour

Relax in Bateau Bay

Download PDF

france_french_flag [28 janvier 2016]
Le soleil vient de se lever, encore une belle journée et vous pouvez chanter la suite avec ou sans Ricoré. De notre côté nous ouvrons l’oeil en Australie, comme dans un rêve, après une bonne nuit de sommeil qui fait du bien. Ce n’est cependant pas aujourd’hui que nous aurons notre grasse matinée car Susie a rendez-vous chez le coiffeur ce matin à 9 heures.

Pendant ce temps je suis à la maison avec Brian et nous profitons d’être seuls sans les filles pour mettre la musique à fond et partager sans retenue notre passion commune pour Jimi Hendrix ! Oh yes ! Brian me raconte le concert où il a vu Jimi jouer en live et forcément j’en bave d’envie. Il met ensuite un live rare que je découvre avec délectation tandis qu’il m’explique comment il s’y est pris pour peindre le portrait du Voodoo Child accroché au-dessus de la stéréo. C’est bon d’écouter Hendrix ce matin. Bizarrement, alors que j’ai transporté une bonne partie de notre musique avec nous, je n’en ai presque pas écouté depuis le début du voyage, mon cerveau étant souvent occupé ailleurs. Mais ici, avec ce sentiment de se poser à la maison, j’en ai une énorme envie (désolé, je suis un enfant de la pub). Brian ne joue pas de guitaire bien qu’il ait toujours voulu s’y mettre. D’ailleurs il en a deux à la maison, dont une qu’il a gagnée lors d’un concert, signée de très nombreux artistes… Il me la prête et je dérouille mes doigts pendant une petite demi-heure, en essayant tant bien que mal de me rappeler ce que je sais jouer.

Un peu plus tard je me retrouve tout seul à la maison avec Kooper, le chien le plus cool du monde. Puis il est temps d’aller chercher Susie et de faire mes premiers kilomètres de voiture en Australie, sans problème.

Nous nous retrouvons tous pour le déjeuner, Susie avec ses nouveaux cheveux et tout le monde avec des sandwichs au bacon.

Dans l’après-midi Brian et Fay nous emmènent faire un tour de voiture dans les environs de Bateau Bay.

Nous nous rendons d’abord à Terrigal pour prendre notre premier bain dans l’océan pacifique. Ahhhh mais c’est qu’elle est fraîche cette eau ! Tant pis, nous y plongeons en nous amusant comme des gosses dans les vagues pendant un bon quart d’heure. Lorsque nous sortons Brian nous donne quelques tuyaux sur les courants qui peuvent être dangereux en Australie et nous montre quelques méduses « bouteilles bleues » échouées sur le sable. Oui, en Australie la nature peut être assez dangereuse comme nous allons le comprendre tout au long de notre séjour.

Un peu plus tard nous roulons jusqu’à la ville de « The Entrance » où nous profitons d’un petit show avec les pélicans du coin, habitués à être nourris tous les jours à 16h avec les restes des poissonniers du coin. Ils sont énormes ces oiseaux, on dirait des gros cygnes avec du maquillage jaune autour des yeux. Nous les regardons un moment hocher la tête à l’unissons lorsque le pêcheur fait monter et descendre son bras avec du poisson dans la main. A marée basse de nombreux pêcheurs en herbe descendent dans la baie pour ramasser des crevettes mais il arrive que certains soient emportés par le courant jusqu’au large.

Nous reprenons ensuite la voiture jusqu’à Shelly Beach où nous admirons quelques surfeurs et surfeuses dans les vagues avant de grimper à pied jusqu’à Crackneck point d’où nous pouvons admirer un magnifique point de vue sur la baie. C’est aussi d’ici que partent souvent des deltaplanes… Tiens, on n’en a pas encore fait du deltaplane durant ce voyage, non ? A voir…
Toutes ces balades se déroulent vraiment à la cool, au rythme australien où s’en faire n’est pas vraiment de mise. D’ailleurs les gars de la campagne australienne utilisent souvent cette phrase « she’ll be right » (littéralement « elle ira bien ») qu’on pourrait traduire en français par « ça va l’faire ! ». Et ça le fait bien avec Brian et Fay !

Nous revenons à la maison pour glisser tranquillement vers le soir où nous attendent un bon barbecue et un vin rouge délicat. Nous terminons cette journée à la cool en jouant au pool avec Brian et Fay. Ou plus exactement au Kelly Pool qui est une variante très sympa du billard américain dont le principe est le suivant : chacun tire au sort un numéro qu’il garde secretement et qui représente le numéro de la boule à rentrer. Le but du jeu est d’être le premier à rentre sa boule mais attention, il faut le faire discrètement parce que si l’un des adversaires la rentre à notre place, c’est l’élimination. Enfin pas tout à fait : on ne peut plus gagner mais on continue de jouer pour tenter de faire une partie nulle en empêchant les autres de rentrer leur boule. Bref, je me comprends ! En tous cas nous nous amusons bien avant de retrouver notre lit et d’y goûter un long sommeil… Une journée agréable à se laisser porter pour une fois. She’ll be right !

 

english_flag  [28th January 2016]

A bit of an early start for us…and, with the jetlag, our bodies think that it’s four hours earlier too — so pretty much the middle of the night!!

Fay kindly took me to her hairdressers where she’d booked me in for a colour and cut. She even made sure that I was well received before heading off to get on with some things. Stéphane would be coming to get me afterwards in her car and they’d lent me Uncle Brian’s phone to call the house with when I was ready ^_^. Such pampering!

Whilst in the hair dressers, a young girl came in, nearly crying she explained that another hairdresser had left the colour on too long and her hair was now in a horrible state and a horrible colour and she wanted it changed so that her roots took longer to show through than with the peroxide blonde that she’d got currently.

The hairdressers didn’t seem chuffed about having to clear up someone else’s mess and, apparently, her hair was in such a bad state that they were scared about making it worse (though they only said that when she’d gone outside for a cigarette).

This girl poured her heart out to the hairdresser (and therefore the whole salon) — she’s 29 with a 9 year old daughter, her sister used to be a drug addict and did ICE (but “in the days before it was as dangerous as it is now”). Anyway, I was so impressed at how easily the hairdressers took it all in their stride, like it was an everyday occurrence. They are more like psychiatrists than stylists…”tell me more about it”. Eventually I stopped listening and turned back to the copy of Australian equivalent of the Closer magazine that I’d been given…

A few hours later, having been made beautiful once again thanks to Julie and her foils, Stéphane came to get me and we headed back to the house. We got a little bit lost on the way back, but the roads are all in a fairly simply grid-like system so it wasn’t too tricky to get back.

A little while later Fay and Brian came back and prepared lunch which we had outside. It was a beautiful day and so we quickly headed out to see the surrounding beaches and sights. Our first stop was a quick walk up to a viewpoint at Terrigal. Funnily enough there were four other people up there and one of the couples knew Fay and Brian! The other couple were, like us, here on holiday!

After coming back down the slope we stopped at the Terrigal beach where we discussed jelly fish and blue bottles before Brian and Fay suggested we go swimming in the sea. Slightly scared, but with the overwhelming call of the ocean, we stripped off and headed in. Before I knew it, we’d been carried down the beach and Brian was waving at us to head back up to his level…I tried, but the currents were pretty strong here.

I’m not a weak swimmer (or, at least, I don’t think I am), but I was beginning to think that I wouldn’t have enough strength to make it back out! Stéphane came over to me and told me that I was being daft and that I needed to calm down and it would all be fine. It’s rare, but he was right (just checking whether he reads this or not 😉 ).

Neither of us got stung by a blue bottle and we both really enjoyed our first swim in Australia!! This is what it’s all about!

Our next stop was at 3:30pm to see the pelicans being fed at The Entrance. I’ve never seen so many pelicans and so close! As they climbed up and down the steps next to us we kept getting whacked by their wings in our eyes or over our heads…they are such wonderful birds. I couldn’t help thinking back to one of my favourite books when I was little, “The Giraffe, The Pelly and Me” by Roald Dahl. I must re-read it….I hope it’s still at home in Worcester on my bookshelf. ^_^

Brian took a photo of Stéphane and I by the sign at The Entrance saying that he’d got the same photo with Granny and Grandad when they came over (with the sign at the time). I must try to get my hands on that photo and copy it…

I remember Granny and Grandad’s photos when they came back from Australia, Adam and Katie (my cousins) must have been about 6 and 4 years old at the time. And having not met either of them (until a few years ago) that is how I always imagined them!

That said, I knew that Adam was into surfing and so I guess I imagined that 6 year old, carrying his surfboard into an ocean filled with Great Whites (a very sheltered British view of Australian surfers ^_^).

On the way back we passed Shelly Beach where there were lots of surfers in the waves and headed up to Crackneck viewpoint…which really is….crackneck. You strain your neck to stare at the wonderful coastline below…it’s just breathtaking! And it’s really not far from Fay and Brian’s, they chose well!! ^_^

Back at the house, we enjoyed a bit of pool (playing a game called Kelly pool (https://en.wikipedia.org/wiki/Kelly_pool) , a couple of beers, a beautiful roast dinner and some lovely wine. Our first roast in months — t’was delicious, my first pool in years — wasn’t too embarrassing!!

I somehow think that we’re not going to be losing much weight in Australia!

And once again, we chatted until late with Brian and Fay, it’s really good to get to know them and tomorrow we get to have a lie-in in the morning…wooohoooooooooo!!!


france_french_flag [29 janvier 2016]

La voilà notre grasse matinée tant attendue ! C’est les vacances dans les vacances ! Notre activité du matin consiste à faire durer le petit-déjeuner jusqu’au déjeuner 😉 Enfin, avec un petit passage au centre commercial local pour acheter des pass de transport pour Sydney que nous visiterons demain. Brian et Fay nous donnent également une carte Sim qu’ils ont reçus en cadeau et qui marche nickel du premier coup, téléphone et Internet. C’est quasiment du jamais vu !

Dans l’après-midi Brian nous emmène visiter un parc aux reptiles qui tient finalement plus du zoo intéractif de la faune australienne que des seuls reptiles. En tous c’est pour nous l’occasion rêvée d’approcher de très près, voir de toucher tous ces animaux exotiques à nos yeux d’européens, à commencer par les koalas qui sont de véritables peluches et qui dorment dans des positions pas possibles dans les arbres. Chez le koala l’évolution a troqué le cerveau pour le système digestif ! Ce n’est donc pas l’animal le plus intelligent de la planète. En revanche il est capable de digérer des feuilles d’eucalyptus et de ne survivre qu’avec ça. Il dort, il mange et il redort.

Un peu plus loin se trouve l’enclos des diables de Tasmanie qui font un sacré rafut lorsqu’ils se pourchassent entre eux. L’espèce est en fait menacée par une forme de cancer qui leur provoque des tas d’excroissances horribles qu’un programme scientifique tente d’endiguer. Il y a également de nombreux oiseaux de toutes les tailles et de toutes les couleurs comme les kookaburras, les loriquets pour n’en citer que deux. Au milieu du parc, des kangourous et des wallabys se promènent en liberté et nous pouvons les approcher pour les caresser, c’est génial ! Ces derniers ne font pas toujours les fiers lorsque des émeus un peu trop curieux viennent les embêter. Voilà maintenant le wombat, cette espèce d’énorme taupe-peluche dont l’attaque typique consiste à foncer sur l’ennemi à reculons les fesses en premier. Que dire encore des ornythorinques, cet animal si étrange que les premiers scientifiques anglais en ayant reçu un « exemplaire » envoyé par leur collègues australiens ont d’abord cru à un canular ? Un mammifère semi-aquatique à bec de canard qui pond des oeufs et qui possède un aiguillon très venimeux sur ses pattes postérieures, il y a de quoi en perdre son latin ! C’est également dans ce parc que nous croisons Hugo en train de faire sa promenade quotidienne. Hugo, une énorme tortue de 60 ans et de plus de 100 kilos qui avance doucement dans le pré pour le plaisir des petits et des grands.

Des tortues aux reptiles, il n’y a qu’un pas (à peine une sous-branche d’évolution) et nous voilà maintenant à regarder la grande marre aux alligators. Alligators ou crocodiles ? Les deux existent en Australie et ne forment pas des rencontres chaleureuses avec les être humains. L’entrée du parc accueille fièrement les visiteurs avec une reproduction de l’un des plus grands crocodiles découvert sur le continent et la sculpture mesure près de 10 mètres de long ! Tiens et il y a aussi Elvis, le crocodile solitaire du parc qui avec ses 4 mètres de long a tué toutes les femelles qu’on lui a présenté… De nombreux enclos à ciel ouvert (où l’on peu se pencher) permettent également d’observer des tas d’espèces de lézards et d’iguanes, aussi colorés que placides pour la plupart, ainsi que des serpents. Oui, des serpents qui pourraient sortir si l’envie leur en prenait.

C’est le moment d’aller à la rencontre des bestioles australiennes les moins sympathiques. Et sur ce terrain l’Australie s’avère imbattable avec tous les types d’animaux les plus dangereux du monde parmi lequels bien évidemment les serpents et les araignées. Auxquels il faudrait ajouter les méduses et les requins mais nous aurons l’occasion d’en reparler dans un autre article. Cette fois nous les observons derrière des vitres mais ça n’empêche pas d’avoir quelques frissons à la vue de certain individus… Le cobra royal par exemple, est l’un des rares serpents à se nourrir exclusivement de… serpents ! En approchant ces animaux nous pouvons apprendre à les reconnaître et à moins en avoir peur d’une certaine manière. Relativement. Dans le doute en cas de rencontre, il vaut mieux prendre ses distances le temps que l’animal s’éloigne un peu. Comme pour les requins il y a une certaine psychose des serpents mais ceux-ci s’en prennent très rarement à l’homme et lorsque cela arrive, c’est souvent lorsque l’homme essaye de les embêter ou s’approche de leur nid. Je ne suis quand même pas très à l’aise en voyant ces reptiles si dangereux par leur venins à quelques centimètres de moi.

Et nous voilà aux araignées australiennes qui comptent bien sûr parmi les plus dangereuses du monde. La plus connue est la red-back qui, comme son nom l’indique, porte une marque rouge sur son dos. Mais pas toujours, parfois elle est toute noire. C’est pourquoi on l’appelle aussi la veuve noire d’ailleurs, dont la morsure qui nécessite une aide médicale dans les deux heures… En termes de dangerosité elle rivalise de près avec la funnel-web de Sydney. Tiens, ça tombe bien, c’est l’heure de la mini-conférence sur cet animal poilu.

Le responsable arrive et nous montre un bocal sans couvercle aux parois lisses que l’araignée ne peut grimper… Enfin sauf si on incline un peu trop le bocal. Et c’est ce qu’il se passe ! Tout est prévu évidemment mais lorsque l’araignée attérrit par terre et se met à avancer, la petite audience n’en mène pas large sur son banc à 2 mètres de là 😉 Le ranger nous montre qu’il est relativement aisé de la capturer et de la remettre dans son bocal si d’aventure on se trouvait nez à nez avec elle. En effet, soit cette araignée se dresse sur ses pattes arrières pour montrer qu’il ne faut pas approcher mais dans ce cas elle ne peut plus bouger, soit elle avance en ligne droite. Mouais. Je ne sais pas si j’aurais le sang-froid pour le faire, tout dépend de la taille du bocal. Toujours est-il que le seul moyen d’obtenir un anti-venin c’est de trouver ces araignées et de les traire. Si, si. Mais comme les centres anti-venins n’ont pas les ressources nécessaires, ils comptent sur les gens pour leur en amener…

Nous finissons la visite par la mini-conférence sur d’autres reptiles du parc. L’occasion de voir un petit bout de jeune fille manipuler des iguanes, des crocodiles et des serpents comme si de rien n’était. D’ailleurs si l’on veut, on peut se faire prendre en photo avec un énorme python sur les genoux. Oui, oui, heu, enfin je sais pas. Bon d’accord mais alors je ne m’assois pas du côté de la tête, hein 😉 Ok, c’est Susie qui s’y colle et qui doit tenir la tête le temps de la photo. De mon côté je pose à peine mes doigts sur la peau de ce serpent de 9 mètres de long dont je sens les muscles onduler. Certes l’animal est docile mais je suis quand même plus à l’aise lorsque l’on vient nous le reprendre…

Il y a bien sûr des tas d’autres trucs que nous apprenons ce jour-là mais on va s’arrêter là pour aujourd’hui ! Sachez simplement que question serpents et araignées, nous aurons d’autres occasions de nous y frotter de près dans les jours à venir… En tous cas l’Australie est un pays extraordinaire en termes de faune et de flore.

Nous passons la fin d’après-midi à organiser la suite du voyage en tentant de résoudre le casse-tête de nos billets d’avion avec les différente contraintes de temps, de faisabilité et de portefeuille. Nous finissons par réserver nos vols pour le périple suivant : Sydney-Cairns, Cairns-Adélaide, Adélaide-Melbourne en voiture, Melbourne-Uluru et finalement Uluru-Sydney. Ca pique mais on va s’en mettre plein les yeux !

Nous finissons la journée avec un autre excellent repas, tout en refaisant le monde, l’Australie et l’univers avec Fay et Brian. En attendant, demain nous irons visiter Sydney. Bonne nuit !

english_flag  [29th January 2016]

When we eventually woke up this morning Fay told us that she would be staying at home in order to prepare all the meals for this weekend (as we wouldn’t be at home early enough to cook tomorrow or Sunday evening). This meant that Brian would take Stéphane and I to the Australian Reptile Park.

So armed with our sandwiches for lunch we headed off in what was, I think, a southerly direction. After about an hour’s driving we arrived and headed into THE Australian Reptile Park. It’s a bit of false marketing though as they not only have Australian reptiles, but also reptiles from elsewhere, as well as things that aren’t reptiles at all!! The place is HUGE and really nicely laid out.

We arrived just in time for the presentation of the Tasmanian Devils…unfortunately they were a bit camera-shy and kept showing me their rear-ends as they chased after their food, but I did find it interesting that the wild ones were (or are) being killed off my horrible face ulcers/cancers and that, once they are officially extinct in the wild, then the ones bred in zoos can be released back into the wild to take over once the illness is extinct too.

Before the talk was finished we headed off into the koala area for my first glimpse of Australian koalas in Australia…and they were ALL asleep. All of them. Not one opened their eyes to say “Hey Susie, thanks for coming to see us”!! Not one! Cheeky buggers!

In a few cages after the koalas there were some birds, an owl, a few kookaburras and a lot of parrots (or similar birds). Around the corner again and we passed in front of the alligator pool which is massive and has several alligators either basking on the banks under the trees or floating around in the water…all innocent-like!

We then headed back to the main building, stopping to watch Hugo the HUGE Galapagos turtle going for his daily walk, before entering the snakes and lizards section where I swear one of the baby crocodiles wanted to eat me!!

Back outside, the sky was getting darker and darker but we were indoors so it didn’t matter, now it was time to see the spiders!

I think that one of the things that scares me the most about Australia is the poisonous spiders. I don’t like spiders anyway, even little ones back home, but the fact that one of these blighters has the power to kill you, agonisingly, in a matter of seconds, scares me….a lot!! (As I’m typing this I can feel imaginary spiders crawling up my legs and have had to check to make sure that there aren’t any!! ^_-).

As we left the spiders it was raining. Proper rain. None of this pussy-footing around!! Time for lunch then!?

We grabbed the last remaining available bench under the main buildings porch and devoured our sandwiches. Great stuff! And it’s stopped raining — let’s go and see the rest before it starts again!

We then saw Elvis the crocodile (who is still apparently alone because he has eaten the two lady crocodiles that they tried to place with him), the free-range kangaroos, the wallabies, the emus, the dingos, the wombat (though he looked a little like roadkill as he was asleep on his back near the gate).

We made it round just in time to see the reptile presentation which was done by a small young woman and was really interesting. Not all the reptiles were indigenous to Australia though which was a bit of a shame. At the end of the presentation we all decided to have our photo taken with the 9m long python. Brian suggested that I sit in the middle, but that meant that Stéphane would have had to hold the snake’s head…and he wasn’t ready to do that, so I bravely volunteered, happy that I wasn’t on my own with the snake!!

We sat in a row with our arms above our heads, the keepers placed this poor snake over our laps and we lowered our arms. I had to have both my hands around the snakes head and neck. As the guy took his time to set up the camera and take the photos, the snake started slipping his head further backwards towards my hands….thankfully the keepers took him off us before he got all the way.

Stéphane calmly told me afterwards that all I had to do was move my hands back…thanks for that!! ^_-

When we arrived back at Fay and Brian’s (after the long drive back…thanks Brian!) the house was filled will all kinds of lovely cooking smells! We were to have another barbie tonight and so Brian prepared some homemade burgers to have with sausages and loads of veg. It was yummy…again!

Tomorrow though we have an early morning as Fay and Brian are heading down to Manly Oval to watch the first day of a two-dayer between Randwick Petersham (my cousin is captain of this team) and Manly. We’re going with them in order to catch the Manly Ferry over to Sydney. So we were well behaved tonight and didn’t stay up too late!

2 reflexions sur “Relax in Bateau Bay

  1. Brenda

    What a great description and wonderful photos! Brought back loads of lovely memories of our holiday in Australia. Brian and Fay are great hosts!
    Your Roald Dahl book is still on the shelf, Susie. I checked!