Le Grand Détour

Rencontrer les dragons de mer feuillus – Dive with the leafy sea dragons

Download PDF

france_french_flag [11 février 2016]
Encore une super journée qui s’annonce aujourd’hui sous le soleil, dès 6h40… Oui, l’avenir appartient à qui se lève tôt et le présent aussi d’ailleurs, non ? Ce matin nous sommes en route pour récupérer notre voiture de location puis conduire jusqu’à la boutique de plongée bouteille un peu plus loin en ville avant de prendre la direction de notre site de plongée.

Il faut croire que nous sommes devenus accros à ce sport car oui, nous avons réservé deux plongées supplémentaires. Mais ici dans l’Australie du Sud, point de barrière de corail. Par contre il y a plein d’épaves de bateaux à visiter et aussi de nombreuses espèces de poissons rares qui s’épanouïssent. C’est le cas du dragon de mer feuillu pour lequel nous avons sélectionné nos plongées. Jusqu’à il y a très peu de temps nous ignorions complètement l’existence de ces animaux improbables mais il nous a suffit d’en voir un en photo pour avoir furieusement envie de le rencontrer en vrai. Et comme de bien entendu, ces animaux très rares qui tiennent du croisement entre un hypocampe et le dragon peuvent justement être observés dans la région, à Rapid Bay, à une petite centaine de kilomètres d’Adélaïde. Enfin, faut-il encore savoir les trouver ces petites bestioles et c’est la raison pour laquelle nous avons choisi le club DivingAdelaide qui semblait avoir les références nécessaires.

Un peu avant 9 heures comme prévu nous sommes à la boutique pour faire la connaissance de Rob qui sera notre dive master et prendre possession de notre matériel. Même si c’est un sport très fun, la plongée bouteille nécessite deux éléments incontournables pour se dérouler dans les meilleures conditions : des professionnels en qui on peut avoir confiance et du matériel de qualité. C’est exactement ce que nous trouvons lorsque nous franchissons les portes de la boutique : des gens qui nous accueillent avec le sourire et nous mettent tout de suite en confiance et du super matériel. Comme l’eau est froide ici (21 degrés), en tous cas relativement froide comparée à la Grande Barrière de corail (29 degrés), on nous donne des combinaisons intégrales de 7 milimètres, impeccables, avec botines et gants. Même constat avec le reste de l’équipement, récent, propre, visiblement bien entretenu. Ca s’annonce super bien !

Il est temps de monter dans la voiture pour suivre Rob dans son van jusqu’à Rapid Bay. Notre road trip commence réellement maintenant en quittant Adélaide et en suivant la côte. Notre voiture est une automatique et il me faut un petit temps d’adaptation pour ne pas avoir le réflexe de passer les vitesses mais ça vient vite.

Bientôt nous traversons de superbes paysages valonnés de vignes et de pâturages mais qui semblent aussi très secs. Y-aurait-il eu un feu il y a quelques années ? Rien est moins sûr.

Nous avons vraiment quitté la ville maintenant et nous ne croisons plus que des fermes, des vignes ou des vergers. Des vaches et des moutons aussi. Tiens ça faisait longtemps que nous n’avions pas vu de moutons.

Avant de plonger, nous nous arrêtons brièvement dans une petite ville à une quizaine de kilomètres pour prendre de quoi se restaurer à midi entre les deux plongées. Puis nous repartons.

La route prend fin juste à côté de la mer, devant un ponton. Ou plutôt deux pontons. Le plus ancien a été détruit par un énorme orage il y a une quinzaine d’années de cela. Il servait à acheminer du calcaire depuis la mine adjacente jusqu’aux bateaux. La mine a fermé depuis et un nouveau ponton de promenade a été construit juste à côté. De promenade, de pêche et de plongée. En tous cas pour les courageux qui viennent s’aventurer jusqu’à là car il n’y a rien autour.

Nous nous garons et commençons lentement à nous équiper. Quelle température fait-il ? Il fait un soleil brûlant mais il souffle un vent bien frais, propice aux coups de soleil. Nous enfilons nos combinaisons tandis que deux autres plongeurs chinois nous rejoignent pour plonger avec nous.

Contrairement au bateau sur la barrière de corail, ici c’est à nous d’équiper notre bouteille de A à Z. Rob s’équipe également de son côté avec un attirail impressionnant typique des instructeurs incluant couteau, arc électrique anti-requin et d’autres appareils dans le ton… De ses 25 ans de plongée dans la région Rob n’a jamais croisé un seul requin blanc mais il vaut mieux être équipé le jour où cela arrivera, si d’aventure le bestiau était un peu trop curieux.

Nous ne tardons pas à crouler sous le poids de notre équipement mais avant de pouvoir nous mettre à l’eau, il faut marcher quelques 500 mètres jusqu’au bout du ponton ce qui est assez fatigant. Vivement qu’on se mette à l’eau !

Le moment tant attendu est enfin arrivé. Ouah mais elle est froide la flotte ! Nous faison d’abord un petit test pour voir si nos poids sont suffisants pour nous faire couler… Négatif pour moi ! Rob m’en donne deux de plus. Idem pour Susie. Il faut dire qu’avec une combinaison de 7 milimètres, il faut ce qu’il faut !

Nous partons enfin pour 58 minutes de plongée entre 4 et 9 mètres.

Durant nos deux plongées nous longerons l’ancien ponton pour observer la vie marine qui s’est développée le long de ses piliers, notamment en quête de nos dragons des mer feuillus.

Susie me donne du OK, tout va bien, nous pouvons simplement profiter du voyage et des vingt milles yeux sous la mer qui ne tardent pas à nous observer avec curiosité. A peine quelques minutes après le départ, Rob nous montre un nudibranche ! Ca alors, nous voulions aussi en voir. Ces êtres également improbables ne ressemblent pas vraiment à quoi que ce soit d’identifiable mais existent en une variété incroyable de couleurs et de formes. On dirait des genres d’escargots sans coquille un peu applatis qui portent une robe à franges. C’est la définition scientifique bien sûr 😉 Cool.

Quinze minutes plus tard Rob trouve un fameux dragon feuillu. C’est la rencontre du troisième type pour nous. Nous nous posons autour de lui sans l’effrayer en essayant d’accepter l’idée qu’un tel animal existe vraiment et qu’il se tient là, devant nous, à vaquer à ses occupations. C’est magique. Il se déplace en bougeant sa queue de dragon avec de toutes petites ailettes sur sa queue. Franchement nous sommes comblés… Et dire que nous en rencontrerons encore trois ou quatre autres au total des deux plongées. Effet Wahou de la journée sans aucun doute !

Bien entendu les formations coraliennes ne peuvent pas rivaliser avec celles de la grande barrière de corail mais en revanche nous croisons des bancs de poissons plus imposants. A un moment donné nous sommes littéralement entourés de centaines de poissons. Nous croisons également le chemin de plusieurs calamars, des étoiles de mer, des poissons coffres qui gonflent si on les embête, des balistes et j’en passe.

Lorsque nous remontons de cette première plongée, nous sommes enchantés. Personnellement j’ai bien froid mais j’ai un sourire jusqu’aux oreilles 🙂 Nous remarchons nos 500 mètres avec la bouteille. Ouille.

C’est le moment de faire une bonne pause pour se réchauffer et se restaurer. Le vent a bien forci lorsque nous étions sous l’eau mais le soleil brille toujours intensément sans un nuage dans le ciel… Bientôt il est temps de se mettre de nouveau à l’eau. Cette fois Rob me donne une cagoule pour que je ne me refroidisse pas trop vite.

Même combat, même marche jusqu’à la plateforme de mise à l’eau. Que nous réserve cette nouvelle plongée ? En tous cas Rob filme le tout avec une caméra GoPro Hero 4 spéciale plongée et nous donnera les vidéos à la fin donc nous devrions pouvoir en profiter doublement.

La cagoule fait une réelle différence et cette plongée de 62 minutes sera encore plus sympa que la première : nous voyons une nouvelle fois des dragons feuillus. Difficile de ne pas rester pendant des heures à les observer… A un moment Rob nous fait signe de rester où nous sommes quelques instants. Qu’a-t-il vu ? Un requin ? Non, une raie aigle qui se repose tranquillement sur le sable. Nous approchons tout doucement… Et puis à un moment elle s’envole majestueusement pour retrouver un peu de tranquilité. Cool ! Nous profitons de ces instants privilégiés, sous l’océan australien. C’est extraordinaire. Et encore plus génial de pouvoir faire ça à deux avec Susie.

Nous remontons encore une fois enchantés. Fatigués mais enchantés. Il n’est pas loin de 16h. C’est vraiment une excellente journée !

De retour au parking nous nous déshabillons pour retrouver des vêtements chauds et secs et nous discutons un peu avec Rob, de plongée, de l’Australie, de notre voyage. Il est vraiment super sympa ce gars. Et encore plus de nous donner ses vidéos gratuitement là où de nombreux clubs nous les auraient fait payer très chers. Et en plus, pour les avoir regardé un peu plus tard le soir, elles sont géniales avec les dragons feuillus et nous derrière.

Bientôt nous nous retrouvons la seule voiture sur le parking avec Susie. Rob et les chinois sont repartis en ville tandis que nous mettons les voiles pour Port Elliot où nous passerons la nuit ce soir. Il est environs 16h40, le soleil est encore haut dans le ciel. La journée n’est pas encore terminée mais en ce qui nous concerne elle nous a déjà largement comblés.

C’est reparti pour une centaine de kilomètres à travers les collines et la mer qui n’est jamais très loin sur notre droite.

Avant Port Elliot nous nous arrêtons à Victor Harbour pour un petit tour vers la plage. En fait ce qui nous attire c’est ce pont ou plutôt cette jetée en bois d’un bon kilomètre qui relie la ville et une toute petite île. Il s’agit en fait de Granit Island, un petit caillou qui abrîte une colonie de pingouins. Nous sortons de la voiture pour faire une petite balade en amoureux sur cette longue jetée… Il fait très beau mais il commence à faire bien frais également. Moi ça va mais Susie n’a qu’un teeshirt. Nous nous blotissons l’un contre l’autre et la vie n’en est que plus belle.

Nous ne verrons les pingouins que de très loin mais c’est déjà ça. Il est temps de rentrer à la voiture.

Nous arrivons à Port Elliot quelques minutes plus tard. « Bienvenus au Paradis », nous annonce Steve, qui tient l’auberge de jeunesse où nous avons réservé une chambre. Le paradis ? C’est peut-être bien vrai lorsque nous découvrons la vue depuis le balcon de notre chambre : nous dominons la baie, c’est magnifique. Les autres pensionnaires que nous rencontrons un peu plus tard nous le confirment : c’est une super auberge de jeunesse et nombreux sont ceux qui prolongent leur séjour ici. Et nous alors, que va-t-on faire ? Nous n’avons prévu d’y rester qu’une nuit mais nous verrons bien demain… Je caresse l’idée d’aller faire du surf avant de prendre la route du Mont Gambier mais les plans sont là pour être changés parfois. La nuit porte conseille.

Avant d’aller nous restaurer, nous nous promenons un peu sur le bord de la falaise. Un panneau indique l’emplacement de tous les bateaux qui se sont échoués dans la baie, c’est impressionnant ! Sur le parking nous croisons un couple de jeunes français dans leur van équipé. Nous nous disons que ça sera bientôt nous en Nouvelle-Zélande 😉 Le temps passe vite quand même.

Une fois n’est pas coutume, nous dînons dans un vrai pub avec de la nourriture de pub, de la bière et du cidre, en lisant le journal local et en regardant les courses de lévriers, les courses de chevaux et le golf à la télé. Des habitués sont visiblement très enthousiastes de sport et plusieurs d’entre eux ont lancé des paris. Quant à nous, nous avons de la peine à engloutir nos schnitzels de boeuf et de poulet, leurs salade et montagnes de frites : nous aurions largement pu partager un seul plat… La bière et le cidre sont délicieux mais il faut y mettre le prix : 8 dollars la pinte, oui monsieur, oui madame. A ce prix-là nous ne nous saoulerons pas ce soir ! De toutes façons nous sommes bien claqués après nos aventures.

Nous trouvons encore la force de faire quelques parties de ping-pong de retour à l’Auberge avant de prendre nos douches et de nous coucher… non sans avoir jeté un oeil à nos vidéos du jour que nous avons hâte de partager !

L’une de nos plus belles journées australiennes. C’est magnifique. Bonne nuit !

english_flag [11th February 2016]

Another early morning but, again, for a good cause! After a rapid breakfast at the hostel we headed, with our luggage, to Avis where we’d rented the car to take us to Melbourne. Rose, the manager, remembered us and made sure that we were dealt with quickly so that we wouldn’t be late for our appointment at the Dive Centre. It was all going swimmingly until we got to the 4th floor of the car park and were unable to find Bay 2 where our car was supposed to be parked!!

After a quick game of hunt for the car, going up and down the aisles pressing the lock and unlock buttons we eventually spotted the flashing warning lights and ran to chuck our bags in the boot and get on our way.

Google helped us avoid the traffic jams, that Rose had said would take us forty minutes to get through at this time of day, and fifteen minutes later we were sitting in the car park of the dive centre moaning that we could have had twenty minutes more in bed!!

At 9am a couple arrived and opened up the shop and, as we were filling in our waiver forms, our instructor Rob arrived too. He was a pretty large chap and smelt a little of cigarettes but was very friendly and we instantly felt at ease with him. He said that we would see the Leafy Sea Dragons that we were hoping to see and that sometimes there are eagle rays or seals that pass through where we’d be diving too. Cool!!

We headed out the back of the shop to get fitted up with our gear. A 7.5mm full-length wet suit (makes a bit of a change from the 5mm shorties that we had up in Cairns), mask, tuba, tanks (steel for me to stop me from floating so much), BCD (Buoyancy Control Device — inflatable jacket thing that goes on the air bottle), regulators and computers, boots and flippers/fins. The equipment appears to be good quality and well-maintained and this was totally confirmed during our dives!! Rob even had a couple of extra goodies that he lent to us — gloves for me and a t-shirty hoody thing for Stéph, on his second dive, to protect him from the cold.

The drive down to the dive site was stunning. We were in our car and following Rob in the club’s van. Through the McLaren Valley and onto the Fleurieu peninsula to Rapid Bay where we would be diving around the legs of the old jetty.

We were joined by a couple of Chinese guys who had already dived with Rob the previous day. They had more dive experience than us and regularly dive in the Maldives. The younger guy complained about the water being too cold over here and said that he preferred it there as it was about 30° in the water. That’s probably why Nicole (my mother in law) likes it so much too! ^_^

It was good to be able to set up our equipment ourselves (as on the Great Barrier Reef it was all already prepared for us). Rob had parked as close to the jetty as possible but it was still an incredibly long walk from the van, with all our gear on (and tanks), along the new jetty to the dive platform (about 500m walk in hot midday Aussie sunshine and full dive gear!).

Once at the end of the jetty and down the steps to the platform, Rob made Stéphane and I get in and check that we’d got enough weights on our belt to sink us…we hadn’t, we bobbed up and down on the surface like idiots with our evacuation tubes in our raised left hands. Luckily he’d brought a couple of spares in his pockets for us. We got one each in our BCDs and we were ready. Rob made the signal for us to head down all together and so we emptied all the air out of our BCDs and we were off…down, down…or not in my case!! I kept floating…

Rob came back up and made me calm down and breathe out more…slowly. Slowly but surely I started to sink….equalising my ears and nose all the time to keep the pressure behind my ear drums at the ambient pressure.

We dived for nearly an hour on this first dive, going to nearly 9m deep, between the feet of the old jetty. The seaweed and corals have had a good few decades to take a hold here and, just over halfway out, we stopped to meet Leo the Leafy Sea Dragon and his friend.

Rob had offered to take his GoPro 4 (black version which is apparently designed for underwater filming) and take a few photos of us with the Dragons…we’ve just watched them all and they are excellent…far better than the ones that Stéphane took with our GoPro 2. I think we may need to invest in a new version if we carry on this diving malarkey!

We also saw goodness knows how many other fish, squid, etc. in groups or on their own. After a bit of a pause for a bite of lunch and a breather, we headed back down with a fresh tank of air (after the 1km walk to the car park and back). On our second dive we headed up the far side of the jetty, rather than between the legs, and saw some equally interesting things…including our new friends the Leafy Sea Dragons and their gorgeous big eyes and tiny, tiny wings! I even spotted another leafy when we headed out the other side. They are so cool and their little wings flap like crazy just to keep them in one spot!!

And on the way back we even spotted the Eagle Ray that Rob had told us about. It was taking a break under the jetty in an arch position and it had, what looked like from far away, huge cartoon-like eyes!! Having watched Rob’s video (he was closer than me) the “eyes” that I had seen were actually his gills…I’ve got so much still left to learn ^_^.

After the dive, Rob kindly let us copy his memory card so that we’ve got the videos. He also said that he could get a couple of stills from the videos for us if we fancied. That would be great as I have no idea how to do that myself and would probably have to pay for the software before I could do it anyway!

As we were saying goodbye I felt quite bad for Rob as he was going back to Adelaide on his own and going to have to wash all the gear from the five of us that dived today!! In any case, a big thank you again to you Rob, we had a great day and couldn’t believe that it was nearly 4pm by the time we left Rapid Bay! Two dives, 121 minutes in total!! That’s 13 dives in our log book now and we got to see loads of Leafies and even nudibranchs too…wicked!

After a much needed stop at the ladies loos in the neighbouring campsite (11am to 4pm and with lots of diving in cold water!!) we were on the road again heading over the top of the peninsula to Port Elliot. Again the road was beautiful and as we came over every hill we were smacked in the face by another beautiful view.

We stopped briefly at Victor Harbour and headed over the walkway to Granite Island to see the penguins (well they looked like penguins from where we were). The horse-pulled train was no longer running and so we had to walk across to the island with the cold evening wind blowing against us. I only had a short-sleeved t-shirt on and so we even jogged for a bit of it in an attempt to warm ourselves up.

The Youth Hostel where we’re staying for the night in Port Elliot is on the top of the hill overlooking the bay in a southerly direction. The view from the balcony (and our room) is over the bay and it’s beautiful. After a warm welcome from Steve, and a quick chat to a couple of girls in the back garden, we headed off for a quick walk further up to the top of the lookout point. Up here we found a bronze plaque showing all the wrecks in the bay and there have been a fair few! There is a large cenotaph-type structure too where they fly a blue flag if there are dangerous currents in the bay and around in order to warn passing boats. I don’t know if this is still used, there was no blue flag up there today.

After dinner in one of the local pubs, the Hotel Elliot, where the portions were so big that neither of us could finish ours and the pints are so small that I had to have a second one (which I did share with Stéphane…honest). I don’t know if this was the pub that Rob had recommended, but we liked it.

Stéphane is considering surfing lessons tomorrow…though we haven’t booked anything officially yet…I guess we just wait and see what the day brings. In any case, we need to be up and out by the 10am check-out limit. Not too early thankfully!!

Vidéo de Rob – Rob’s video

 

 

 

7 reflexions sur “Rencontrer les dragons de mer feuillus – Dive with the leafy sea dragons

  1. yvette

    C’est extraordinaire !!! ce dragon des mers, sur le moment on dirait une algue, quelle belle rencontre

    j’ai hate de découvrir la suite

    bisous

    1. Steph Auteur de l'article

      Coucou Yvette ! Oui, il est incroyable cet animal avec ses gros yeux aux longs cils 😉 Bisous et à bientôt

  2. Annie et Bernard

    On adore vos histoires et votre enthousiasme!
    On pense bien à vous, dans votre cocon-ambulant sur les routes de Nouvelle-Zélande. Et ça,on ne connait pas! On vous embrasse
    Annie et Bernard

    1. Steph Auteur de l'article

      Bonjour Annie et Bernard, Merci pour vos pensées ! J’aime bien cette image du cocon ambulant, même si pour des tas de raisons nous avons finalement choisi la voiture plutôt que le camping car mais nous passons effectivement beaucoup de temps dedans 😉 A très bientôt, Susie et Stéphane

  3. Chantal CAVAGNÉ

    Coucou à vous,
    Oui, pouvoir plonger, donne l’occasion de donner une autre dimension aux voyages, vous le montrer très bien avec vos aventures subaquatiques, bravo et merci.
    A l’occasion donnez-moi les coordonnées du club, j’aime trop ces plongées qui ressemblent à des balades découvertes.
    Bonne route et à bientôt.
    Chantal

    1. Steph Auteur de l'article

      Merci Chantal ! A tout hasard, il s’agissait du club « Diving Adelaide » en Australie, à Adelaide. A bientôt !