Le Grand Détour

Au-revoir l’île du sud, bonjour Wellington ! – Bye bye South Island, Hello Wellington!

Download PDF

france_french_flag [10 mars 2016]

L’écume du sillon se disperse dans la houle à mesure que s’éloigne l’île du Sud et que se rapprochent les derniers jours de notre grand détour et de notre séjour en Nouvelle-Zélande. Nous traversons de nouveaux fjords avant de rejoindre le détroit de Cook où sont prévus des vents de 50 noeuds pour notre arrivée à Wellington. Nous quittons cette sublime île du sud et le panache blanc des vagues ondule comme pour nous dire au revoir… Retour sur les dernières heures.

Le trajet en voiture depuis Motueka que nous quittons ce matin jusqu’à Picton où nous allons embarquer à bord du ferry est une nouvelle fois époustouflant. Suivant la route ouverte en 1859 le long de l’ancienne piste maori, nous rejoignons d’abord Nelson puis nous traversons les fjords de Petrolus et de Marlborough via la route Queen Charlotte, prétexte à de nombreux arrêts photos et micro-balades. Si nos estomacs menacent de vider leur sac à chaque virage, nos yeux, eux, se régalent et se gorgent de panoramas superbes et de vues imprenables au rythme des lacets. Ça monte et ça descend, ça tourne dans un sens et puis dans l’autre. Nous traversons des réserves naturelles le long de cette route à la végétation toujours changeante, sous le soleil qui perce largement au-dessus des hauts nuages. C’est pas dégueu comme qui dirait ! Il va falloir faire le tri dans nos photos lorsque chaque virage semble vouloir traverser l’objectif malgré nous.

Arrivés à Picton, nous nous garons en attendant l’embarquement à bord du ferry, l’occasion de prendre notre déjeuner pique-nique dans la voiture. Pique-nique préparé par Susie ce matin avant de partir et qui arrive à point nommé à vrai dire. J’en profite également pour travailler sur l’organisation de la fin du voyage… Et si nous arrivions à refaire de la plongée bouteille une dernière fois avant de partir ? Je commence à étudier nos options et j’esquisse un premier plan : avant notre dernière étape d’Auckland où prendrons l’avion du retour, nous passerons deux nuits à Whitianga, sur la péninsule de Coromandel qui offre justement plusieurs possibilités de plonger. Bon, il faut que j’écrive aux clubs de plongée pour voir… Au pire, si ça ne se fait pas, nous pourrons toujours profiter de la plage pour nous reposer, ce qui ne sera pas plus mal après toutes nos péripéties. En attendant il nous reste encore plein d’aventures exaltantes alors n’allons pas trop vite en besogne et profitons du moment présent, à commencer par ce trajet en ferry.

Après notre séjour chez Lynda à Motueka, nous avons de nouveau choisi AirBnB pour loger à Wellington, où nous allons faire la connaissance de Helen. Cette dernière vient de nous écrire pour nous dire qu’elle arrivera tard ce soir et qu’elle a laissé les clés sous le paillasson… Il y a si peu de vols ou de crimes ici que les gens ne sont pas inquiets et c’est rafraîchissant à vrai dire. Donc nous ferons comme chez nous pour nous installer ainsi qu’elle nous l’a proposés.

Une heure avant d’arriver à Wellington, j’en profite pour faire un petit tour sur le pont supérieur histoire de voir ce que donnent les fameux vents qui étaient annoncés… Et là je suis soufflé, littéralement ! Il n’y a qu’une dizaine de personnes dehors et pour cause, le vent souffle si fort qu’il est quasiment impossible de se tenir debout sans tomber. C’est dingue, j’ai l’impression d’être en pleine chute libre, sauf que je n’ai pas de lunettes et qu’il m’est difficile d’ouvrir les yeux. Je me cramponne à la barrière à la limite de l’hilarité tout comme les quelques fous qui bravent le souffle incroyable… Et pourtant la mer n’est pas vraiment démontée : à l’intérieur du bateau on ne sent rien de ce vent. Pour rentrer dans la cabine et retrouver Susie, je dois arracher la porte au vent et me glisser à l’intérieur sans me coincer mes doigts, c’est juste ! Nous apprendrons un peu plus tard à la télé que les passagers du voyage de retour vers l’île du Sud ont eu moins de chance : énorme houle, tempête, des véhicules endommagés et des gens malades par dizaines…

De notre côté nous débarquons avec le sourire à Wellington, la capitale de la Nouvelle-Zélande avec ses 180 000 habitants. Avant que le soleil ne se couche, nous découvrons une ville côtière entourée de collines avec de nombreuses maisons aux façades en bois. Puis nous arrivons chez Helen. Nous trouvons la clé sous le paillasson mais Helen est déjà rentrée de son travail et nous accueille très chaleureusement avec une tasse de thé. Nous passons une bonne heure à discuter avec elle, de notre voyage et de la Nouvelle-Zélande. Helen est responsable d’un institut psychiatrique et vit seule dans un mignon appartement à 10 minutes en bus du centre-ville. Elle nous propose un plan d’attaque pour la journée du demain qui nous semble parfait. Cool !

Ce soir nous dînons à 2 minutes à pied, dans le petit quartier où elle habite. Par contre notre choix de restaurant chinois à emporter n’est pas vraiment judicieux… Nous égouttons comme nous pouvons l’huile de chaque bouchée jusqu’à être rassasiés – et écœurés. On ne peut pas gagner à tous les coups ! Nous finissons la soirée à nous occuper tranquillement du blog, des photos, sans oublier la réservation de nos toutes dernières nuits. Nous voilà donc sur l’île du nord, une nouvelle aventure va commencer !

english_flag [10th March 2016]

Before leaving Lynda’s place we knocked on the door so that we could say our goodbyes. As usual Lynda was full of energy making jokes (although I’m not sure if it was on purpose). We told her about our wonderful day yesterday and she told us that she’d seen penguins, but in the zoo in Auckland and that they were pretty tall (their height was demonstrated by holding her hand up to her shoulder-height). She also made a beak-like shape with her hand and swayed it from side-to-side in order for us to understand that a penguin is a bird maybe? I’m still not sure that she understands that I’m English and that Stéphane speaks fluent English, but still, she’s a sweet and slightly-crazy lady and we’ve enjoyed staying here!

Having opted for the coastal road from Motueka to Nelson,we opted for a second scenic route further on to Picton. We had plenty of time as the ferry was not for another few hours…

At the start of this scenic route we stopped in a layby car park to go and see what is to be seen from the viewpoint. But before we could leave the car park we heard a clack-clack-clacking noise of something hard against metal. It turned out that it was coming from a campervan nearby and the driver got out and looking rather worried knelt on the floor next to the van (half praying and half checking to see whether he could see the cause of the noise). I asked if we could help and we had a look too, but we have as much mechanical skill as he seemed to! He confessed to being “rubbish at this kind of stuff” and said that he didn’t know what to do. After a little discussion he opted for driving down to the nearby town and trying to find a garage (or to call the campervan company). Let’s just hope that the banging wasn’t his brakes though as it’s a steep road down to town from here!

The viewpoint was a little disappointing in that you could see pretty much the same view from five metres out of the car park and, on the way back to the car, I decided to respond to the call of nature. As luck would have it there was a single, solitary loo just nearby, but on my way there a German (what else) tourist stopped me and told me that I shouldn’t as it is “full of flies”. It’s a public toilet, out in the middle of nowhere, I thought patronisingly, of course it’s full of flies. I thanked him but carried on and opened the door only to be confronted by a swarm of wasps!! Oh shit! Never mind, I’ll just have to cross my legs until Picton!! I wonder what the German translation for wasp is.

The road was the most bendy, up-and-downy road in New Zealand and before long we were both slightly nauseous despite multiple stops in order to take more and more photos with every breath-taking view that appeared from around each bend. Time seemed to accelerate and the road seemed to be endless as we started to worry whether we did actually have as much time as we’d thought before the ferry!

Unfortunately this meant that we didn’t stop and take photos in one little village that we passed through though I would have loved to, you see they appear to have had a “decorate your letterbox” competition within the village. In New Zealand (as in other countries that we’ve been to) their letterboxes are actual boxes on a pole at the roadside (in order to facilitate the postman’s life). Here there were some that were totally covered in Lego, one that was disguised as a fish, another was a postman’s van, a digger and many more…I couldn’t help wondering whether they change them regularly or if it was a one off. And it’s with a little disappointment that, as we drove along further, we started seeing just the regular old monochrome plastic boxes again.

In the end we had plenty of time to arrive for the ferry as it was late docking from its previous trip and so this gave us time to eat our lunch and to work on the organisation of the rest of the holiday (maybe even going diving again when we get to the north of the north island…fingers crossed).

Once on the ferry we headed up to the restaurant bit and grabbed a nice table near the window and in a fairly quiet part of the restaurant. The trip was really calm, surprisingly so really. We took it in turns to head up onto the top of the boat to enjoy the views as the ferry picked its way through the maze of islands before hitting the main part of the straits over to Wellington. At one point Stéphane came back down and announced that it was officially blowing a gale and it’s amazing that the boat isn’t rocking more than it is. This evening on the television, however, they announce that the return trip wasn’t as smooth and apparently resulted in damage to the vehicles on-board and a lot of vomiting passengers!!! I think that we were very lucky!!

We drove off the ferry at Wellington and headed straight to Helen’s place. She’d sent us a message telling us to let ourselves into the house as she would be working late this evening and telling us where to find the key. Though as we did open the door we realised that she was already there and watching TV…maybe we should have tried ringing the bell first…felt a little bit rude and embarrassed, but she quickly made us feel at home and we chatted for a bit over a cuppa before heading out for dinner.

Unfortunately we decided to try the Chinese takeaway nearby in the centre of Hataitai village. It was not great to say the least…a sea of grease and MSG and so we were soon back at Helen’s, picking her brains in order to better organise tomorrow’s activities.

Une réflexion au sujet de “Au-revoir l’île du sud, bonjour Wellington ! – Bye bye South Island, Hello Wellington!

  1. Chantal CAVAGNÉ

    Hello!
    C’est vraiment très bien de poursuivre ce blog alors que vous êtes rentrés.
    Je félicite particulièrement Susie que je vois au boulot dans la journée et qui rédige le soir! Cela me donne une rôle d’impression d’avoir des descriptions d’aventures du bout du monde d’une personne que je croise dans la journée.
    A bientôt
    Chantal