Le Grand Détour

Sillonner la Golden Bay – Enjoying the Golden Bay

Download PDF

france_french_flag [8 mars 2016]

Comment ne pas sourire ce matin en découvrant la superbe journée qui s’offre à nous ?

Et pour bien en profiter nous savourons un petit déjeuner sur la terrasse, avec une délicieuse confiture locale, de cette région aux innombrables vergers. Nous prenons vraiment notre temps aujourd’hui et ça fait du bien.

Avant de partir en balade pour découvrir la Golden Bay, nous faisons un crochet par l’office du tourisme afin de réserver notre journée au parc d’Abel Tasman le lendemain. Comme nous l’avons découvert hier sur la route en lisant notre guide, l’Abel Tasman Coastal Track est l’une des neuf grandes randonnées de Nouvelle-Zélande et l’une des plus populaires qui plus est, en raison de son accessibilité et des merveilles de faune et de flore qui s’y trouvent. Sans grande surprise nous avions aussi découvert il y a quelques temps qu’il n’y avait plus de place dans les gîtes pour y passer la nuit… C’est la loi de la haute saison d’été ici. Mais tout n’est pas perdu, loin de là, car outre la marche, il est tout à fait possible de profiter du parc en kayak, le long d’une côte qui regorge de criques et de plages de sable fin et qui abrite surtout une réserve marine permettant d’approcher des espèces endémiques d’otaries, de dauphins, de pingouins ainsi que de nombreuses espèces d’oiseaux. Et encore plus fort, il est même possible de combiner une partie de la côte en kayak et une partie en randonnée. Génial, non ? Oui, à condition de savoir choisir un opérateur parmi les neuf qui proposent ce genre de combos, chacun ayant sa spécialité. Sans oublier de prendre en compte les marées et les vents qui peuvent faire une grande différence, tant dans la difficulté que dans la faisabilité du parcours. Bref, pour y voir clair dans tous ces facteurs nous avons finalement jeté l’éponge après des heures de triturage de méninges pour demander de l’aide à l’office du tourisme. Et nous avons bien fait ! En 5 minutes la jeune tchèque qui nous accueille nous dégote l’offre qui satisfait tous nos critères : 2h30 de kayak dans la réserve marine, 2h30 de marche, déjeuner inclus, taxi-boat inclus, yes ! Comme quoi il suffit simplement de poser la question à ceux qui savent au lieu de perdre des heures de réflexions pour rien…

Mais ça c’est pour demain. Pour l’heure, sur les conseils de Lynda, nous nous sommes décidés pour un autre combo sympathique : balade en voiture dans la montagne, randonnées de 3 heures avec pique-nique et déambulation sylvestre autour de la ville de Takaka. Quelques petites courses plus tard, nous partons enfin à l’aventure.

Encore une fois cette route de montagne nous offre des points de vue absolument magnifiques, notamment le Hawks Lookout d’où l’on peut admirer à la fois la baie, les montagnes et la mer. Mais le ciel semble vouloir nous réserver d’autres surprises… En catimini de gros nuages se sont amassés sur le versant de notre randonnée. Et quelques minutes plus tard nous sentons même des gouttes de pluie. Au départ nous voulions partir pour 3 heures de randonnées autour de la Takaka Hill mais il va probablement falloir repenser un poil l’itinéraire…

Nous nous garons, pétris d’hésitation. Un couple de randonneurs qui revient de la même balade nous confirme que le temps est très menaçant de l’autre côté du sommet. Prenons-nous le risque de partir et de prendre une saucée ? Je suis joueur et je n’ai surtout pas envie qu’on se tape un nouveau pique-nique dans la voiture alors qu’il y a toute cette nature à portée de main. Let’s go !

Le temps se maintient à mesure que nous progressons et j’arrive à nous dégoter un petit coin de paradis avec un panorama d’enfer pour déjeuner. En voilà une combinaison idéale ! Et pas un chat, ni ange ni démon à l’horizon. Le top 😉

Après le pique-nique nous poursuivons jusqu’au sommet, le long d’un sentier qui n’est pas sans nous rappeler la forêt de pierres de Shilin, près de Kunming en Chine, avec ses rochers abrasifs aux formes incroyables. Quelques oiseaux curieux viennent nous lancer des œillades suspicieuses tandis que nous tentons en vain d’apercevoir un powelliphanta hochstetteri , un de ces escargots carnivores géants sensés peupler la montagne… On pourrait croire à poisson d’avril mais ce petit monstre endémique existe bel et bien avec sa carapace de près de 10 centimètres pour les plus gros. En voilà un exemple à l’assaut d’un ver de terre .

Nous parvenons au sommet, toujours au sec, et la vue est juste fantastique malgré les nuages. Nous restons de nombreuses minutes à en profiter.

Plutôt que de tenter le diable encore une fois en faisant le tour de la montagne, nous décidons finalement de redescendre. Et nous voilà bientôt en route pour Takaka.

Bien qu’elle n’apparaisse pas parmi la liste des routes les plus sinueuses du monde selon ce site, nous prenons un énorme pied à conduire le long des dizaines de lacets vertigineux qui descendent de l’autre côté de la vallée. La végétation y est incroyablement verte comme nous l’a expliqué Lynda et semble faire le régal des centaines de vaches que nous croisons dans les prés.

Notre prochaine balade nous amène dans une forêt d’arbres immenses et de rochers étranges qui nous rappellent à la fois Fontainebleau et Angkor, avec ces racines qui semblent avoir pris littéralement possession des rochers. Le point de vue qui domine la Golden Bay parvient à étirer encore un peu plus nos sourires et ce n’est pas simple ici !

Et maintenant

Il est déjà 15h50 et il y a tellement de possibilité de balades autour de cette région… Nous optons finalement pour une forêt qui abrite un spot d’escalade local, en passant par Motupipi. Motupipi, à côté de Takaka, ça ne s’invente pas !

Bref, nous rejoignons ce nouveau chemin de randonnée et nous ne tardons pas à entendre les grimpeurs et le cliquetis caractéristique des mousquetons à mesure que nous montons. L’escalade me manque. Je me dis qu’il faudra absolument aller à Fontainebleau en rentrant en France. J’en profite pour discuter quelques minutes avec les grimpeurs. Le niveau est moyennement élevé ici, avec des voies équipées qui tournent autour du 6a / 6b mais il y a également quelques gros dévers qui démangent mes phalanges… Je finis par me suspendre, évidemment et ça fait du bien !

Il y a cinq grimpeurs que nous observons quelques temps mais c’est surtout la fille du groupe qui fait la conversation. A un moment donné, elle parle d’une voie qu’il faut absolument grimper nu, une nuit de pleine lune, ce qu’elle a fait il n’y a pas si longtemps. Apparemment c’est magique. Ok. Peut-être pour une fille mais je ne suis pas certain que grimper avec les roubignoles qui pendent et la quenelle qui virevolte soit l’ingrédient magique qui rendrait l’expérience inoubliable… Le risque de se coincer quelque chose est trop grand ! Ce n’est pas par pruderie mais je garderais le slip si je venais à le faire 😉 Ce qui n’est pas dans l’agenda de toutes façons. Bref.

Nous poursuivons notre chemin en profitant de cet fin d’après-midi qui a largement tourné au beau. Balade bucolique le long d’une rivière à l’eau turquoise qui scintille au soleil. Le bonheur c’est aussi simple que ça, parfois.

Lorsque nous rejoignons la voiture, c’est Susie qui prend le volant : à son tour de profiter de la conduite dans les épingles à cheveux… ce qu’elle savoure en souriant.

Nous retrouvons notre petite maison chez Lynda pour une séance de farniente au coucher de soleil avant le dîner en ville. Ce sera dans un pub très sympa ce soir où nous prenons des forces pour la journée de demain. Nous avons encore tant de belles choses à voir avant la fin du voyage…

 

english_flag [8th March 2016]
We headed to the tourist office in town this morning to get some advice to choose a kayak and walk combination in the Abel Tasman National Park tomorrow. Having spent half an hour looking at the different brochures and not being able to choose we went up to the counter and asked the woman there.

She recommended a small and relatively new company and a tour called “La crème de la crème”. With a name like that you can’t go wrong (although it was on the pricey side). She even rang them up to book us our places so that we didn’t have to go to their offices and do it ourselves! Cool!

So now, what to do with the rest of the day? Lynda had suggested that we head over the mountains to Takaka and Stéphane had seen that there were a couple of good walks in the guide books too in that direction. Having stopped at the supermarket to get some things for lunch we set off. The road was one of the windiest (again bends and not gales) and it got pretty grey and drizzly as we headed up the mountains and away from Motueka.

We spotted the car park at the start of the walk, there were two other cars already there. In one, a woman eating her lunch and, as we got out to head off on our walk, the owners of the other car arrived back from up the path. They confirmed that they didn’t do the whole circuit but the bit that they had done was beautiful. They’d stopped when they’d seen the grey rain clouds on the other side of the hill.

After a quick chat we decided to give it a go anyway and headed off. Up and down the hillsides until we arrived at a dry river bed where we agreed to stop for lunch. There were some very uncomfortable rock formations where we could sit without getting a wet arse and where we enjoyed a lovely picnic of ham and coleslaw rolls, cherry tomatoes and even some NZ camembert (right texture, no taste!). All of this washed down with some authentic Australian ginger beer and a banana! ^_^

When we finally clambered up the track to the top of the hill we saw the grey clouds that the others had warned us about. There were a few huts and antennas up here too and it’s impossible to take a panoramic photo without one or the other in it. The walk back down to the car was quicker (thanks to our friend gravity!) and we drove off down the other side of the hill where the roads were just as bendy as the ones that bought us up to the top!

The guidebook talked about another viewpoint walk which would only take us twenty minutes and so we headed to there once we’d filled up with petrol at Takaka. Funnily enough this walk was in a place called Motupipi…seriously TaKAKA et MotuPIPI? Some Frenchman who was in charge of naming these places is wetting himself somewhere!!! ^_^

Anyway, enough of the 6-year old humour…..

The path took us through some pretty overgrown rocks and bushes and I felt like I was in some kind of Indiana Jones or Tomb Raider game. There were even lianas and tree roots (from the Rata trees) clambering down these wicked rock formations. They’re going to start moving any moment now…

Following the path through the narrow crevasses in the rock walls we come out onto a kind of balcony with magnificent views across the fields below us and out to sea. The sun’s come out and our smiles too…must be some kind of chemical reaction! ^_^

We took the long path back round to the car and spotted a rock that looked like the profile of a cartoon character’s face…impossible to take a decent photo of it though, but I’m sure you can find it if you look at the walks available around Motupipi.

After a debate as to whether we had the time and the energy to carry on the road to go on another walk or rather head back to Motueka we eventually decided to head back, but to stop on the way at a site where a lot of New Zealand climbers go to clamber up the rocky cliff walls.

This place reminded me a lot of Fontainebleau, especially because there is a group of climbers there giggling and chatting around a crash mat. One of them, a rather loud girl was busy telling all kinds of stories about being drunk and skinny dipping…no wonder there’s a bunch of guys surrounding her! As we’re stood there chatting to the two of them who are trying to climb the rock face, she blurts out to one of others “I love your genitals”.

WHAT?!? Even he gave her a strange look before he realised that she couldn’t have possibly said that. “Ahhh, jandals!” he says with relief. The Kiwi term for flip-flops is jandals…such an innocent comment…such a bad understanding (especially as she was sat on the floor leaning against a tree and he’s stood next to her wearing baggy shorts!! An easy mistake to make! ^_^

Stéphane discusses with the ones who are climbing about the possibilities around here and the level of each of these faces. Once again he’s tempted to have a go, but weary about getting injure and so we head back down the path.

I fancy a bit of a swim in the river, but it’s fairly overgrown and we don’t actually manage to find an easy path down to the riverside so, after a while, we head back to the car and it’s now my turn to drive back over the mountain with the bendiest roads in the world (though that is just my opinion and not at all official!).

Back in Motueka we head to the main pub in the town where I have a yummy salad…one of the best of the holiday! There are a lot of people in here and I think the owners really know what they are doing as they sponsor a lot of the local associations. Tonight the town’s cyclists’ club are in after their session….eating pizzas and drinking beers to cancel out the benefits of the sport!

Tomorrow we have a sporty day ahead of us too so we don’t stay long in the pub and head back to Lynda’s for a good night’s sleep!

2 reflexions sur “Sillonner la Golden Bay – Enjoying the Golden Bay

  1. Brenda

    What beautiful countryside, and you look very much at home in your B&B!
    I love the Stephane does Spiderman photo! xx