Le Grand Détour

The Great Ocean Road (part 1) – La Grande Route de l’Océan (part.1)

Download PDF

france_french_flag [12 février 2016]

Ce matin nous petit-déjeunons dans un petit café-boulangerie de Port Elliot, sur une table à l’extérieur, profitant déjà d’une nouvelle journée ensoleillée. Pas mal de kilomètres nous attendent donc le surf attendra. Avant de partir nous faisons un petit crochet par la poste, ce qui en soit n’est pas extraordinaire sauf que cette poste-là n’a plus de timbre à nous vendre et pas d’enveloppe non plus, le croyez-vous ?

La route nous emmène à travers le parc national de Coorong et ses inombrables lacs asséchés. La route semble parfois s’étendre tout droit à l’infini sans que nous croisions personnes pendant des kilomètres. Des panneaux indiquent de faire attention aux kangourous. Nous sommes bien en Australie 😉 Sauf que malheureusement pour eux, ce serait plutôt aux kangourous de faire attention aux voitures, vues les nombreuses carcasses que nous croisons sur le bord de la route.

Nous finissons par arriver dans la petite bourgade de Meningie, où nous déjeunons avec une vue superbe sur le lac, à en faire palir d’envie nous amis sur Facebook, n’est-ce pas ? Le fish & chips du pub est délicieux et si copieux qu’un seul pour deux est amplement suffisant. A ce moment nous nous disons que la perfection serait peut-être un petit morceau de fromage pour finir le repas…

Et bien devinez quoi, nous sommes à côté du musée du fromage, voilà qui devrait faire l’affaire, non ? Sauf qu’il s’agit de l’un des musées les plus étranges que nous ayons visités. D’abord en guise de fromage il ne s’y fabriquait que du Cheddar destiné à l’exportation vers l’Angleterre ! Mais surtout le musée lui-même n’a vraiment rien à voir avec le fromage. A la place nous trouvons un bric à brac du passé des 50 dernières années avec tout un tas d’objets technologiques appareils photos, ancêtres d’ordinateurs, vieilles machines à coudre, des vieux textiles, etc. Un genre de capsule temporelle. Susie prend un peu la mouche alors que de nombreux objets se trouvent être ceux que nous avons connus lorsque nous étions enfants… Voilà, notre vie semble déjà avoir sa place dans un musée. C’est vertigineux.

Pendant tout ce temps nous sommes seuls dans cet endroit abandonné qui n’a pas d’accueil. On pourrait se croire dans un épisode de la quatrième dimension, comme si nous étions sur une planète extraterrestre lointaine et tous ces objets seraient ceux qu’une race non-humaine aurait réussi à sauver de la Terre avant sa destruction et qui essaierait de comprendre à quoi pouvaient bien servir ces choses humaines…

Bon, nous remontons dans la voiture.

De nouveau la rectitude infinie le long des deux voies où, la vitesse est limitée à 110km/h. Le bluetooth ou le cable usb ne fonctionnent pas avec notre poste de radio… et souvent nous ne captons rien, aucune émission. Nous partageons de long silence d’évasion.

A un moment nous nous engageons sur une route non goudronnée qui serpente à travers les lacs et les lagons d’où nous apercevons de nombreux oiseaux. Plus loin nous nous arrêtons devant un lac où l’eau est rose ! Apparemment c’est naturel bien que des fils barbelés soient installés pour en empêcher l’accès. Encore plus loin nous nous garons pour faire une petite balade dans un sanctuaire de pélicans… mais nous n’en voyons aucun ! Tant pis, le paysage est chouette et ça fait du bien de se dégourdir les jambes.

D’autres arrêts photos, d’autres paysages. Sauf que la monotonie de la route commence à peser sur mes paupières. Et à un moment donné je dois m’arrêter pour faire une petite sieste éclair car je lutte pour garder les yeux ouverts. Siège en arrière, nous roupillons 20 minutes et ça va beaucoup mieux après. Il faut dire que nous avons sous-estimé la distance jusqu’à notre prochain arrêt.

Nous retrouvons un peu de civilisation vers Kingston où nous faisons connaissance avec Larry le homard dont la statue nous salue sympathiquement à l’entrée de la ville. Il est aussi temps de faire le plein d’essence car le réservoir n’est pas loin d’être vide. Il va falloir que nous soyons vigilant avec ça à l’avenir.

Nous finissons par arriver à Robe où nous allons passer la nuit chez Geoff Dening, un ancien comique australien assez célèbre ici qui a transformé sa maison en chambre d’hôte. Robe semble être une petite ville cotière très sympa. Nous décidons d’aller dîner au pub local, le Caledonian où nous nous offrons deux verres de vin australiens.

Pour finir la soirée nous partons faire une fabuleuse balade le long des falaises pour admirer le coucher de soleil. En amoureux, main dans la main. What else ? Les photos parlent d’elles-mêmes, je crois…

De retour chez Geoff nous passons la soirée à discuter avec les deux autres voyageurs de la maison, une australienne d’Adelaide et un allemand qui vient pour la seconde fois en Australie. Geoff se joint ensuite à nous et je lui pose des questions sur son ancienne vie. Ce n’est pas tous les jours qu’on a l’occasion de parler avec un comique ! Il nous raconte quelque peu certains de ses spectacles dont un numéro qu’il a fait complètement nu ! Il nous parle des voix dans sa tête qui parlent à 100 à l’heure et de son actualité d’écriture dans les magazines, etc. Il est marrant ce gars ! Et il ne se prend pas la tête et c’est vraiment un type adorable.

Notre road trip a bel et bien commencé, d’immensités arides et de couchers de soleil. Vivement demain !

english_flag [12th February 2016]

After having finished off the leftover raisin bread from yesterday’s breakfast we headed to the nearby café where we shared some toast which I washed down with a chai latté. Delicious!

This town, Port Elliot, really feels like a country and western film town…we’re sitting in the Far West and a Sheriff will come clipping past to get on his horse anytime now ^_^ . For now though, it’s time for us to quit this one-horse town and head south…to Robe, along the coastal road…both slightly gutted that we hardly saw the sea, but lining the road there were plenty of lakes (or what used to be lakes before they dried up).

We stopped at the Meningie Cheese Factory Museum and Restaurant for lunch — hoping for a decent lunch with some delicious cheeses. However, with a cheese platter at about $25 and offering such things as Edam and Gouda we finally opted for a plate of fish and chips…which, thankfully, we decided to share. And there was plenty for 2 people!! With an amazing view from our table in the beer garden…sorry guys, I just couldn’t resist putting the photo up on Facebook! (Edit: That shows you how long ago this was and how behind we are with the blog!!)

We stopped at a red coloured lake to take some photos…hoping that the red water is not caused by anything dangerous or toxic as it’ll be on my shoes now!?!?! (Edit: we were later told that it’s some kind of mini prawns that change the colour of the water). We also stopped, a little later on, for a quick sleep as Stéphane was getting drowsy and he was the only one insured to drive the car.

Once back on the road and nearing our destination for the night we stopped once more at the HUGE Larry the Lobster statue (and discovering that Larry is just one year younger than me!!) just outside of Kingston SE where we also filled up with petrol and chocolate chip cookies. Stéphane’s tiredness disappeared after just one cookie!! ^_-

When we got to Robe we easily found our home for tonight, the “Beds in Robe” guesthouse owned and run by a guy called Geoff Dening. Geoff is an ex-stand-up comedian cum writer. His plans for the near future are to write four children’s books about the Robe Town Mascot…Rocky the Lobster (who he dresses up as whenever the town needs him too).

After a bit of a chat with Geoff we headed into town for dinner at the Caledonian Hotel where we opted for a lasagne (Stéphane) and a Caesar salad (me — plus eating some of Stéphane’s chips!) washed down with a couple of glasses of Aussie Sauvignon Blanc. Very nice. On the way out we chatted to the waitress about the two foreign tourists who were attacked by a guy on the coast a couple of days ago…she was horrified that they could have been so stupid getting into a 4×4 with an older guy that they didn’t know and going off wild camping on a deserted beach with him. I guess they’ve learnt their lesson now though…horrible story.

After dinner we headed up to the headland to have a digestive wander and watch the sunset. We had a quick call with Fay and Brian whilst the sunset — it appears that Brian might be in hospital when we return to their place after Uluru. It’ll be a shame but it’s for a good cause!

We realised that we’ve been rubbish at keeping the blog up to date and need to come up with some kind of solution…don’t know what though — apart from sitting down for a week and doing nothing but writing and sorting out the photos!!

As we were walking back along the path to the car we got surprised by a kangaroo that ran away from us through the bushes…how wonderful!!?

Once back at the guesthouse we had a ginger tea and chatted with Amy (Australian girl) and a German guy, Niels, who are staying here for one night too.  It was fun chatting and sharing our experiences and Geoff came and told us that this was one of the reasons that he loved renting out his rooms (hearing people chattering in the kitchen!).


france_french_flag [13 février 2016]

Nous venons de finir de dîner. Ce soir nous restons dans notre premier motel australien. A part le camping c’est la forme la plus cheap d’hébergement mais cela coûte tout de même 95 dollars la nuit soit 60 euros mais c’est plus confortable que ce à quoi nous nous attendions, propre et avec pas mal de fournitures et d’équipements… Du coup nous avons décidé de manger dans notre chambre après avoir fait quelques courses au supermarché du coin. Susie a mis les quatre saisons de Vivaldi et, bien qu’il s’agisse plutôt d’un pique-nique que d’un repas gastronomique, nous avons l’impression d’atteindre le comble du raffinement ! Ah, il en faut pafois peu pour combler les routards !

Retour sur la journée…

Après un bon petit déjeuner chez Geoff nous prenons la route pour tracer nos vie vers l’inconnu des 400 kilomètres qui nous séparent de Portland où nous passerons la nuit.

Nous nous arrêtons une première fois dans la ville de Beachport pour parcourir son ponton en bois de 772 mètres, frigorifiés dans le vent mais en prenant des coups de soleil en même temps ! Nous empruntons une route panoramique le long des falaises et chaque virage est l’occasion d’une nouvelle photo de cette côte découpée et battue par la mer.

Nous décidons de pousser jusqu’à Mont Gambier pour le déjeuner bien que l’heure avance et qu’il nous reste encore beaucoup de kilomètres. Il faut dire que nous avons repéré un traiteur dans le LonelyPlanet qui sert apparemment de délicieux déjeuners… Sauf le samedi évidemment, ce que nous découvrons à notre grand damne. A la place nous déjeunons tout à côté et nous nous régalons de burgers alors tout va bien 🙂

Mont Gambier est surtout connu pour son lac bleu qui est vraiment d’une couleur incroyable et naturelle. Un bleu turquoise qui devient gris en hiver dû à une réaction chimique de cristaux sensibles à la température. Le lac a été formé il y a 4000 ans (comme les deux autres lacs dans les environs) suite à une explosion de lave.

De nombreuses histoires parsèment la vie du lac, comme celle de ce jockey surdoué, Lindsay Gordon, qui effectua un saut accrobatique avec son cheval sur une plateforme au-dessus du lac et qui sauta de nouveau sur la route sain et sauf, le tout raconté au pied d’un obélisque qui célèbre ce héro local. Les australiens sont très friands de leurs personnages historiques dont l’histoire n’est pas si lointaine.

Mont Gambier c’est aussi un système de grottes apparemment extraordinaires que nous ne visitons pas… A la place nous préférons l’art et visitons une galerie locale dont un des peintres, Antony Hamilton ne nous laisse pas indifférent avec son univers un peu cartoon d’êtres imaginaires et de paysages irréels (à voir ici sur Facebook et là pour un article).

Mont Gambier c’est aussi des fouilles archéologiques où fut détéré le plus vieux boumerang du monde, qui prouve qu’il y a 10 000 ans les aborigènes utilisaient déjà cet outil.

Mont Gambier c’est enfin son trou d’effondrement en plein milieu de la ville de 50 mètres de profondeur, quand même…

Il est temps de repartir.

La route est d’abord très semblable à celle d’hier, bordée d’arbres, de champs secs avec des moutons et des vaches. Nous avons parfois l’impression d’être en Amérique de l’ouest avec les fermes, les éoliennes et les réservoirs en hauteur. Puis assez rapidement nous voyons apparaître des forêts de conifères « artificielles » (plantées par l’homme) qui nous donnent l’impression d’être dans un paysage de montagnes alors que nous sommes au niveau de la mer. C’est une nouvelle partie de la route malheureusement pleine de carcasses d’animaux renversés par les voitures : wombats, kangourous, emeus, etc. De multiples panneaux répètent les précautions d’usage mais ce n’est pas toujours simple de piler devant un kangourou qui saute devant la voiture à 100km/h. Nous passons au travers de ces rencontres dangereuses en ne croisant que deux émeus dans un champ.

Par contre je commence à fatiguer comme hier… Nous ne tardons pas à nous arrêter dans un parking à côté d’une plage pour une petite sieste de 20 minutes. Puis nous sortons pour admirer Ocean Beach, une énorme plage de sable battue par les vagues et où la nage est déconseillée.

De nouveau la route, ses lignes blanches et son asphalte propice aux réflexions sur notre voyage… Notamment sur les différences de ressenti entre la partie asiatique de notre périple et l’Australie. Une aventure différente dans un pays où nous parlons la langue ce qui favorie les rencontres, une aventure plus centrée sur la nature que sur l’histoire quoique les 200 ans d’histoire récentes soient tout de même intéressantes.

Si nous sommes partis de Robe avec un ciel bleu magnifique, nous avons retrouvé la grisaille aujourd’hui essuyant même quelques petits épisodes de pluie par endroit. Ca ne devrait pas durer. En tous cas lorsque nous arrivons à Portland vers 18h nous ne sommes pas très motivés pour faire grand chose. Nous passerons la soirée à nous occuper enfin du blog après tous ces jours de retard… Demain nous attaquons la partie officielle de la Great Ocean Road ! Top !

Ah, j’en oublierais presque notre rencontre fortuite avec un koala égaré en plein milieu de la ville, marchant sur la route avant de trouver refuge dans un arbre. Forcément Susie a flashé dessus 😉

english_flag [13th February 2016]

After a lovely (and, more importantly, free) breakfast at Geoff’s place we said our goodbyes and headed off further south along the Great Ocean Road to our next port of call, Portland. As we drove along we spotted a couple of wild emus in one of the fields aligning the road, but mainly lakes, cattle and Wild West style rusty, metal windmills.

We stopped at Beachport for a proper break and walked along the blustery 772 metre-long jetty, stained by the ink of the squid previously caught by fishermen. Parts of the jetty were falling into the water in a state of disrepair which didn’t make me feel very comfortable about walking so far out, but it’s a sunny day and I know how to swim, so if worst comes to worst then I’m sure we’d be fine! ^_-

Stéphane had spotted in the guidebook a good place in Mount Gambier for lunch but unfortunately, at the weekends, they don’t do lunches and so we had a change of plan at the last minute…oh well, the best laid plans and all that. The café that we chose was busy, but it turns out that that had more to do with being the only place still open for lunch on a Saturday! ^_^

Also in Mount Gambier the guidebook recommended visiting the Blue Lake and the Art Gallery. Geoff had told us a little story about the blue lake this morning and, in particular, about Adam Lindsay Gordon, a very good horse-rider, who jumped over the fence and landed on a small ledge and jumped back again to show how good he was. The story sounded a little naff to be fair, but when we got to the Blue Lake there was a memorial dedicated to him there! Pretty sad too as he ended up committing suicide at the age of 37…

Our next stop, when we eventually found it (GPSes getting very confused) was the art gallery in the town’s visitor centre. There were a few different exhibitions on, a local painter who specialises in portraits of local people…ok, but I’m not a great portrait person. Another one like painting boobs of African ladies…a lady walked into the room and said loudly “The first thing I see is this huge pair of boobs” ^_^. At the end of the gallery was a selection of graffiti and fantasy artists and Stéphane particularly liked this bit. I think it reminded him of the artwork that he used to do when he was a bit younger and also what he would like to be able to do, given the time, now.

I copied a pavlova recipe from another piece of artwork in the centre:

Preheat oven to 200°

Ingredients:

  • 4 egg whites at room temperature
  • Pinch of salt
  • 8oz (227g) of caster sugar
  • 1 tsp vinegar
  • ½ tsp vanilla
  • 1 dsp cornflour (sifted)

Beat egg whites with a pinch of salt until STIFF, very STIFF! Can you hold the bowl above your head and them not fall out? Great. Next… Gradually add sugar, vinegar and vanilla. Beat until stiff or sugar has dissolved. Can you feel some sugar still? Well, keep on beating. Once done fold in cornflour.

Put aluminium foil dull side up onto a wet plate. Spread out your pavlova with a spatula. Drop the oven temp to 120° and bake for 1.5 hours. Then oven off but do not open the door. Let cool in the oven.

Finally, once cool — decorate with whipped cream, berries and chocolate shards and bask in the glory of your awesomeness.

In another part of the visitor centre there was an exhibition about the area and its history. They discovered Australia’s oldest boomerang in this area…10,000 years old!!

Just behind the visitor’s centre is a large sinkhole that appeared not so long ago. There’s a staircase down into it and it made me wonder just how safe the rest of the nearby area is and whether we should maybe be heading off!!

Which is just what we did…to Portland this time. Stéphane had booked us into a motel and was pleasantly surprised at how good it was. The lady at the reception was lovely and even have us some fresh milk for our tea in the morning. We headed to the supermarket in town where we grabbed some things to have a picnic dinner in our room (including the most delicious tomatoes that I have ever eaten…called “Sweet Berry Truss”… buy them, grow them and I will move into your place during the tomato season! ^_^).

After the supermarket we had a little drive around town. The seafront was pretty industrial and not very attractive, BUT…on the way back to the motel we saw a koala…walking in the street….amongst the cars and traffic. He even walked the wrong way around a nearby roundabout…like he owned the town!!

We stopped the car and I took as many photos as possible until he started running towards me…I ran back to the car and waited for him to pass and climb up a nearby tree!

What an amazing creature and far bigger than the ones that we’d seen in the Reptile Park with Brian at the start of our Australian adventure! Not sure that they’re supposed to be found this far into towns though!! Hopefully he’ll be ok.

 

Une réflexion au sujet de “The Great Ocean Road (part 1) – La Grande Route de l’Océan (part.1)